Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 22, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

A Silent Voice #1-3

22 juin 2015 |
SERIE
A Silent Voice
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
6.60 €
DATE DE SORTIE
15/05/2015
EAN
2355927715
Achat :

Shoya Ishida est un p’tit con. Il ne mérite même pas le « e » de petit, d’ailleurs ! Non, il n’est pas hyperactif, il est juste con et insupportable. Attention, on ne parle pas d’un « adorable petit diable », on parle d’un enfant réellement détestable et aimant faire le mal. Et quoi de mieux pour ce tortionnaire en culottes courtes que d’harceler la petite Shoko Nishiyima, une camarade classe sourde et fragile ? Durant une bonne partie de sa scolarité en école primaire, les brimades de succéderont et même la majorité de la classe se liguera contre celle qui est « différente ». a_silent_voice_image1Et puis un jour, la coupe est pleine et Shoko s’en va, laissant le champ libre à l’école pour trouver un responsable tout désigné : Shoya. Dommage pour lui, sa conscience s’éveille et son mal-être le ronge jusqu’à le pousser au suicide. Mais avant cela, et à l’aube de ses 18 ans, il veut retrouver sa victime et lui exprimer ses regrets. Mais ce serait trop facile, et au dernier moment, il décide de tout faire pour expier ses erreurs et devenir son ami… Un ami que Shoko désire plus que tout au monde depuis sa plus tendre enfance.

A Silent Voice n’est pas seulement un drame sentimental finement raconté. L’auteur nous plonge littéralement dans la psyché de son anti-héros, dans ses tourments, sa peur de l’autre, et de son angoisse même de vivre. Bien sûr, cela ne pardonne pas son comportement, mais crée une empathie bienvenue envers un jeune homme en quête de rédemption. Le récit aborde également sans moralisme la place même des personnes handicapées dans la société, et pas que nippone. Doit-on les intégrer « de force » dans des structures où les valides seront obligés de s’adapter à leur mode de vie ? Et si l’on ne veut pas s’adapter, est-on forcément un salaud égoïste ? Difficile de juger sans manichéisme, encore plus si l’on se place d’un point de vue religieux au Japon. Car pour certains, le karma est une réalité et si une personne souffre d’un handicap, c’est parce que celle-ci le « mérite » du fait d’actes répréhensibles… dans une vie antérieure ! Libre au lecteur de trouver cela révoltant ou d’éveiller sa curiosité envers une culture pourtant réputée pour son mélange de modernité et de tradition… Pour le meilleur ou le pire.

Dans ce grand tourbillon où chacun accuse l’autre d’être un égoïste, un salaud, un profiteur, une victime, etc., nos deux protagonistes auront bien du mal à consolider les liens qui se tissent peu à peu entre eux. A Silent Voice pose donc plus de questions qu’il ne donne de réponses (y a-t-il d’ailleurs une vérité absolue sur le sujet ?), mais il fait appel tout aussi bien à notre cœur qu’à notre intelligence, notre culture, nos convictions et nos pseudo certitudes. Aidé par un graphisme académique mais expressif, mais surtout par une mise en scène très inventive lorsqu’il s’agit de décrire les tourments du loser magnifique qu’est Shoya, ce manga en sept tomes émeut autant qu’il incite à l’introspection.

Kara

a_silent_voice_image2

Publiez un commentaire