Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | April 12, 2021















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Aix et Strasbourg, deux festivals allégés mais programmés

24 mars 2021 |

affiche-strasbourg-2021Alors que BD à Bastia a été reporté à septembre, que Livre Paris a été annulé, que le flou persiste sur le Festival d’Angoulême et Japan Expo, deux événements dédiés au dessin et à la bande dessinée ont été maintenus, en version adaptée : les Rencontres de l’Illustration de Strasbourg et les Rencontres du 9e art d’Aix-en-Provence.

À Strasbourg

Du 18 au 31 mars, les 6es Rencontres de l’Illustration de Strasbourg se tiennent autour de la thématique « Humour, satire et dessin de presse ». Le Musée Tomi Ungerer accueille jusqu’au 4 juillet, et en visite virtuelle, une exposition sobrement intitulée « Le dessin de presse satirique en France, 1960-2003″ – avec des dessins originaux, publiés mais aussi des inédits. Les médiathèques de la ville ont également concocté un programme de rencontres et d’expositions.

Parallèlement à ces Rencontres, se déroule le Festival Central Vapeur, dédié à la jeune création. Sous diverses formes : une librairie éphémère, un événement en ligne sur Twitch, un parcours d’affiches de l’illustratrice Margaux Meissonnier, ou encore une expo en plein air sur le travail des Éditions 2024.

Plus d’infos ici.

central-vapeur-2021

 

À Aix-en-Provence

invisibles-aix

Les festivités des Rencontres du 9e art et des arts associés ont démarré le 10 mars, et mais la plupart des propositions se poursuivent jusqu’en avril. Principalement en extérieur. Sur la façade de deux cinémas, on peut découvrir l’expo « Invisibles » autour d’affiches de vrais films inachevés ou jamais tournés (de Federico Fellini à Stanley Kubrick en passant par Alfred Hitchcock ou Jacques Tati), dessinées par des artistes comme Anne Simon, Alexandre Clérisse, Mélanie Allag, Benoît Preteseille, ou Lucie Albon. Un livre publié par Café Creed regroupe 35 affiches et histoires détaillées de ces films maudits.

Autre dispositif extérieur, le dessin sur le mobilier urbain. L’illustrateur Stéphane Trappier squatte les colonnes Morris du centre-ville, avec des images créées pour l’occasion, tandis que le label belge Botanike Komiks, porté par Éric Lambé (qui avait déjà réinterprété Cézanne avec talent et humour lors du festival 2019) investit les affichages « sucettes » Decaux avec des dessins mettant en scène la BD comme objet sacré voire mystique (voir ci-dessous)… L’illustrateur bolivien Marco Toxico se glissera aussi dans le mobilier urbain, fin avril-début mai.

Enfin, le festival crée des journaux BD collectifs, qui seront distribués largement dans la ville : Julien Neel chapeaute un journal jeunesse avec plein de copains venus faire la Boum, tels Guillaume Bianco ou Saïd Sassine ; Pierre Place détourne le format Post-it pour une création avec, entre autres, Camille Burger ou Benoît Jacques ; et une dernière équipe s’imaginera aventuriers de l’espace dans un journal baptisé Planète 2. Alléchant.

Plus d’infos ici.

botanike-komiks-lambe

Publiez un commentaire