Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | February 19, 2018

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Angoulême 2018 : portrait robot du favori au Fauve d’or

18 janvier 2018 |

À une dizaine de jours de la proclamation du palmarès du 45e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, tentons d’analyser, à l’aune des précédents palmarès, qui serait le plus susceptible de décrocher le Fauve d’or du meilleur album.

paysage_apres_la_bataille_couvPalmarès fiction. Pour tenter de dresser une tendance, exercice forcément vain mais terriblement amusant, de ce qui fait un bon candidat au prix du meilleur album au Festival d’Angoulême, remontons jusqu’en 2002, année où la distinction entre meilleur album étranger et meilleur album est abolie. Ce qui nous fait une liste intéressante de 16 bandes dessinées : Isaac le pirate #1, Jimmy Corrigan, Le Combat ordinaire #1, Poulet aux prunes, Notes pour une histoire de guerre, NonNonBâ, Là où vont nos pères, Pinocchio, Pascal Brutal #3, Cinq mille kilomètres par seconde, Chroniques de Jérusalem, Quai d’Orsay #2, Come Prima, L’Arabe du futur #1, Ici, et Paysage après la bataille.

En chiffres

– Éditeur récompensés : Dargaud (4 fois), Delcourt (3), Actes Sud (2), L’Association, Frémok (coéditeur avec Actes Sud de Paysage après la bataille), Cornélius, Gallimard, Fluide Glacial, Atrabile, Allary, Les Requins marteaux (1 fois chacun).

– Nationalité des lauréats : 8 albums français, 2 américains, 2 italiens, 1 japonais, 1 québécois, 1 australien, 1 belge.

– Sexe des lauréats : 1 seule femme (Marjane Satrapi) pour 18 hommes.

– Auteur complet ou duo d’auteurs : seuls 2 livres (Paysage après la bataille et Quai d’Orsay) ont été réalisés par un duo d’auteurs, scénariste et dessinateur.

– Multiprimés : sur 16 éditions, deux auteurs ont reçu deux fois le prix du meilleur album, Christophe Blain et Riad Sattouf.

– Genres : 3 albums sont d’inspiration autobiographique (L’Arabe du futur, Chroniques de Jérusalem, NonNonBa) ; 3 relèvent de l’humour ou du registre de la comédie (Pascal Brutal, Pinocchio, Quai d’Orsay) ; 3 sont des drames (Poulet aux prunes, Paysage après la bataille, Là où vont nos pères) ; 3 sont des récits introspectifs (Le Combat ordinaire, Come Prima, 5000 km par seconde) ; 2 sont des albums de genre (Isaac le pirate, Notes pour une histoire de guerre) ; 2 sont des projets plus expérimentaux (Jimmy Corrigan, Ici). Au final, des genres assez variés. Mais globalement, les récits de genre sont minoritaires et les lauréats tournent plutôt autour de sujets contemporains ou qui ont pour coeur du récit les relations humaines et familiales.

Les candidats en lice

la_saga_de_grimr_couvLa short list pour le Fauve d’or présente les caractéristiques suivantes : 4 femmes pour 7 hommes, 10 éditeurs différents (dont 7 jamais primés depuis 2002), un auteur déjà récompensé (Gipi), 4 récits de genre en forme de quête personnelle (Ces jours qui disparaissent, La Terre des fils, La Saga de Grimr, Emma G. Wildford), deux BD du réel (Dans la combi de Thomas Pesquet et Hip Hop Family Tree), une bio (Istrati), une autobio (Alors que j’essayais d’être quelqu’un de bien), un album d’humour (Happy Fucking Birthday) et un drame (L’Inconnu).

Alors que j’essayais d’être quelqu’un de bien – Ulli Lust (Ça et Là)
Ces jours qui disparaissent – Timothé Le Boucher (Glénat)
Dans la combi de Thomas Pesquet – Marion Montaigne (Dargaud)
– Emma G Wildford, Zidrou & Edith (Soleil /Noctambule)
– Hip Hop Family Tree T3 – Ed Piskor (Papa Guédé)
– Istrati ! T1 Le Vagabond, Golo (Actes Sud BD)
L’Inconnu – Anna Sommer (Les Cahiers dessinés)
Megg, Mogg & Owl, Happy Fucking Birthday – Simon Hanselmann (Misma)
La Saga de Grimr – Jérémie Moreau (Delcourt)
La Terre des fils – Gipi (Futuropolis)

Portrait robot n°1 : le favori logique

Donc, si on suit bêtement la tendance, le favori devrait être un album français, réalisé par un auteur complet mâle, publié par Dargaud ou Delcourt, et plutôt un récit portant un questionnement intime. Le lauréat pourrait donc être… La Saga de Grimr de Jérémie Moreau, même s’il a le « handicap » de ne pas avoir un univers contemporain.

pesquet_couvPortrait robot n°2 : l’outsider évident

Dans l’idée où le jury, présidé par le drôlissime Bouzard, pourrait choisir un album bien dans l’air du temps, c’est Dans la combi de Thomas Pesquet qui fait figure de candidat le plus solide. Une BD documentaire (genre à la mode mais jamais titré), drôle (les deux derniers Fauves d’or n’étaient guère riants) et réalisé par une femme (ce qui n’est pas arrivé depuis 2005). Et déjà un gros succès public.

Portrait robot n°3 : la surprise totale

Le Grand Jury voudra peut-être, à l’instar de celui présidé par Posy Simmonds l’an dernier, surprendre tout le monde et choisir un livre plus discret, signé d’un auteur chevronné mais rarement célébré. Golo et son Istrati! pourraient ressembler à ce portrait.

Bien entendu, bien malin qui pourrait imaginer les discussions du Grand Jury et bien aveugle qui penserait qu’un palmarès répond à un commandement statistique. Mais bon, ça coûte rien d’essayer, non ?

 

Publiez un commentaire