Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | January 16, 2022















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Beaux livres pour Noël 2021 #1

14 décembre 2021 |

Vite, Noël, c’est demain ! Il vous faut des idées cadeaux de beaux livres d’images, qui ne soient pas des albums figurant dans notre top 10 BD 2021 ? Voici une première petite sélection, pour faire des heureux et en prendre plein les yeux.

cosey-maghen-couvÀ l’heure où les dieux dorment encore

Le dessinateur suisse Cosey, Grand Prix d’Angoulême 2017, vient de mettre fin à sa série Jonathan. C’est l’occasion pour les éditions Daniel Maghen de publier un ouvrage très original, où l’auteur nous invite au voyage et à l’introspection. Du Valais à la Chine, du Tibet au Japon, de l’Inde au Myanmar, Cosey croque les paysages, les hommes, les femmes, les costumes et les monuments, au crayon, à l’encre, à l’aquarelle. Ses dessins apaisants parlent d’eux-même ou sont agrémentés de courts textes manuscrits, comme si était réunie ici une correspondance vibrante et sensible d’un auteur-baroudeur. Car ce très beau livre est bien plus qu’un artbook ou un énième carnet de voyages, c’est une immersion dans l’univers culturel et graphique d’un artiste, qui évoque pêle-mêle, et avec beaucoup de naturel, son goût pour la couleur ou le dessin d’observation, Sergent Pepper, les Pokemon, les Schtroumpfs ou les arts de l’Islam. En se posant incidemment LA grande question : « Est-ce qu’un chemin peut nous conduire à nous-mêmes? »

Par Cosey. Éd. Daniel Maghen, 304 p., 49 €.

cosey-maghen-image

Dictionnaire insolite d’Astérix

dictionnaire-insolite-asterix

La mode des dictionnaires aux approches particulières est vive depuis plus d’une décennie, et il est difficile de se distinguer. Pour ce bel ouvrage richement illustré (plus de mille illustrations nous dit l’éditeur), l’historien du cinéma Philippe Durant, déjà auteur d’un Dictionnaire insolite des Tontons Flingueurs, a donc cherché du curieux, du méconnu, du bizarrement drôle. Un certain nombre d’éléments sont en fait assez classiques, mais il réussit en effet à développer sur un sujet si connu des entrées assez originales, notamment en englobant Astérix dans sa globalité : films (ou, forcément, l’auteur excelle), contexte de création, publicités (parfois assez inattendues), mais aussi le Parc Astérix, élément si important pour Albert Uderzo et souvent négligé des études. Cet ancrage dans la matérialité diverse d’une œuvre, qui a tenté plus qu’aucune autre série française de toucher tous les espaces médiatiques, apporte de nombreuses approches inédites. À cela s’ajoutent de nombreuses interviews réalisées pour l’occasion, notamment avec le regretté dessinateur ou le tout aussi regretté Roger Carel (inimitable voix d’Astérix), que de nombreuses autres personnes ayant touché de plus ou moins loin l’univers du petit Gaulois – et donc Alain Delon, malheureusement présent dans un film de sinistre mémoire. Une approche qui permet des anecdotes de première main tout en donnant un côté très officiel qui peut faire craindre un manque de recul critique (cf. la présence du suscité…), une impression cela étant assez vite balayée à la lecture. Si l’on ressent l’amour sincère de l’auteur, il conserve une rigueur appréciable et fait de ce qui semblait juste un sympathique « coffee table book » une véritable mine de ressources.

Maël Rannou

Par Philippe Durant, Nouveau monde édition, 25,90 €.

alice-carrouse-couv

Alice – Le Carrousel

Familier des beaux livres de fin d’année (voir ses ouvrages somptueux sur les fantômes japonais ou la peintre Frida Kahlo), l’illustrateur Benjamin Lacombe revient sur l’univers de Lewis Carroll et d’Alice au pays des merveilles, qu’il avait déjà exploré dans deux ouvrages illustrés dans la collection Métamorphose. Cette fois, il propose un livre-objet spectaculaire, qui s’ouvre et se déploie en six tableaux en trois dimensions : un « carrousel » qui offre une plongée de l’autre côté du miroir, en relief et profondeur dans des scènes-clefs de l’histoire d’Alice, à la fois comme un ouvrage proche du livre pop-up, et comme un objet qu’on peut poser sur une table pour ensuite tourner autour. L’étrange beauté des illustrations est magnifiée par un travail de fabrication de haute volée, pour un des plus beaux livres jeunesse de cette fin d’année (doublé d’un jeu de cartes sur le même univers, sorti simultanément).

Par Benjamin Lacombe d’après Lewis Carroll. Soleil/Métamorphose, 24,95 €.

lon-wolf_couvLone Wolf & Cub – intégrale, éd. prestige

Grand format, couverture cartonnée, jaquette, mais aussi traduction révisée et appareil critique : Panini ne fait pas les choses à moitié pour son édition dite « prestige » du grand classique du manga, Lone Wolf & Cub. Une série écrite par Kazuo Koike et dessinée par Goseki Kojima, qui s’étend sur quelque 7000 pages publiées entre 1970 et 1976. Une BD japonaise culte qui a inspiré nombre d’oeuvres de cinéma et de télévision, à commencer par les longs-métrages nippons Baby Cart, jusqu’à la série Disney The Mandalorian, en passant par le Kill Bill de Quentin Tarantino. Lone Wolf & Cub met en scène un samouraï errant, prêtant son sabre à qui le loue ou qui en a besoin, et transportant un petit garçon dans un landau. L’étrangeté de la situation mettra du temps à s’éclaircir, au fil de séquences d’une grande noirceur, souvent très violentes, parfois plus poétiques. Cette nouvelle édition prévue en 12 volumes prendra une grande place dans votre bibliothèque, mais ce sera celle d’une oeuvre majeure du 9e art mondial.

© LONE WOLF AND CUB © 2001 by KAZUO KOIKE / GÔSEKI KOJIMA.

Par Kazuo Koike et Goseki Kojima. Panini manga, 688 p., 32 €.

lon-wolf-image

Charlie Hebdo libère les femmes

charlie-femmes-couvSous-titré « Un demi-siècle d’articles et de dessins sur les droits des femmes », cet épais et impressionnant recueil réussit le tour de force de condenser sur 328 pages des dizaines d’articles de l’hebdomadaire satirique, évidemment illustrés par ses grands dessinateurs (Wolinski, Reiser, Cabu, Charb, Luz, Riss ou Coco), autour de thématiques féminines et féministes articulées en différents chapitres : la grossesse, les violences, la femme-objet, l’avortement, la contraception, la prostitution, le harcèlement… Il faudra parfois s’armer d’une loupe et de patience pour se plonger dans les longs reportages et enquêtes du journal, la maquette grand format de Charlie ayant été reproduite sans modification si ce n’est sa taille, pour rentrer dans les pages du livre. Pas grave, car si l’ensemble est dense, il est visuellement attractif et donne envie de s’immerger dans ce florilège et cette somme de travail. Car certains titres et choix de sujets étaient visionnaires, et parfois toujours aussi provocateurs dix ou vingt ans après (pas tous, OK, mais on ne gardera en mémoire que les meilleurs).

Les Échappés, 328 p., 39 €.

Publiez un commentaire