Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 18, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

14 Comments

Delcourt rachète Soleil

22 juin 2011 |

Voilà une nouvelle qui vient pimenter une actu BD un peu molle : « Les éditions Delcourt viennent d’acquérir une part majoritaire du capital des éditions Soleil. », dans une proportion qui n’est pas précisée.

soleil-delcourtLes liens entre les maisons de Guy Delcourt et Mourad Boudjellal sont déjà anciens. Entre 1990 et 1993, Soleil confiait la gestion de ses droits étrangers à Delcourt. Mais le rapprochement entre les deux maisons concurrentes se fait surtout en 2003, avec la création de leur filiale commune de diffusion, Delsol. Une plateforme qui assure aujourd’hui la diffusion de Futuropolis, Gallimard BD, les Humanoïdes Associés, Bamboo, et Panini.

Les éditions Delcourt, qui viennent de fêter leur 25 ans, précisent aujourd’hui que Mourad Boudjellal reste actionnaire de Soleil, mais ne se consacrera qu’aux relations avec « les auteurs historiques de la maison ». Il avait déjà cédé récemment une large part de Futuropolis à Gallimard. La gestion de son club de rubgy le RC Toulon l’accapare véritablement.

« Dans la nouvelle configuration, les éditions Soleil comme les éditions Delcourt (et leur filiale Tonkam) verront leur identité préservée, dans le plus grand respect de leurs auteurs et de leurs salariés, et trouveront un terrain propice à l’accomplissement de leurs ambitions éditoriales« , précise le communiqué. On ne sait pas trop quel est ce « terrain propice« , mais il pourrait être une réduction du nombre de nouveautés, dans des segments parfois proches des deux catalogues, l’heroic fantasy, le fantastique ou le polar. Mais ceci n’est que spéculation. Il reste que ce nouvel ensemble « devient, par son chiffre d’affaires, le premier groupe indépendant du marché francophone de la bande dessinée », précise le communiqué.

Commentaires

  1. Francis Pincemoi

    Pour vous, j’ai procédé à une rapide analyse des comptes 2009 des deux maisons d’édition, qui permet de mieux comprendre : en 2009, les Chiffres d’affaires de Delcourt et Soleil furent respectivement de 27,3ME et de 22,2 ME (à peu prés équivalents, donc). En revanche, le résultat net Delcourt est de 2,3 ME, contre 0,25 ME pour Soleil (ou plutôt MC productions). Le troll poilu ne paie plus, mes bons amis, nul ne s’en plaindra (moi le dernier, car j’abhorre ce genre crétin)…. Et une boite à forte rentabilité (merci aux blagues de Toto, seul gros bestseller de Delcourt, pour ce que j’en sais …) a de quoi obtenir des concours bancaires intéressants pour entrer majoritairement dans le capital d’un collègue moins « fortuné », sans doute exposé aux coups de Soleil (attention, cela donne à forte dose le cancer de la peau!). Je me rappelle avec amusement que lorsque Delsol fut créé, beaucoup de pros (auteurs, libraires) redoutaient qu’à terme, Soleil n’ absorbe Delcourt. C’est le contraire qui est en train de se produire sous nos yeux, et si je ne suis guère un gros client ni de Delcourt, ni de Soleil, je suis quand même plutôt favorable à Delcourt qui a quelques bons titres à son catalogue, plus diversifié. Tout cela est amusant: Menu et Boudjellal se sont parfois affrontés dans le passé, les deux perdent le contrôle de leur boite en même temps ou quasiment.

  2. Francis Pincemoi

    Pour vous, j’ai procédé à une rapide analyse des comptes 2009 des deux maisons d’édition, qui permet de mieux comprendre : en 2009, les Chiffres d’affaires de Delcourt et Soleil furent respectivement de 27,3ME et de 22,2 ME (à peu prés équivalents, donc). En revanche, le résultat net Delcourt est de 2,3 ME, contre 0,25 ME pour Soleil (ou plutôt MC productions). Le troll poilu ne paie plus, mes bons amis, nul ne s’en plaindra (moi le dernier, car j’abhorre ce genre crétin)…. Et une boite à forte rentabilité (merci aux blagues de Toto, seul gros bestseller de Delcourt, pour ce que j’en sais …) a de quoi obtenir des concours bancaires intéressants pour entrer majoritairement dans le capital d’un collègue moins « fortuné », sans doute exposé aux coups de Soleil (attention, cela donne à forte dose le cancer de la peau!). Je me rappelle avec amusement que lorsque Delsol fut créé, beaucoup de pros (auteurs, libraires) redoutaient qu’à terme, Soleil n’ absorbe Delcourt. C’est le contraire qui est en train de se produire sous nos yeux, et si je ne suis guère un gros client ni de Delcourt, ni de Soleil, je suis quand même plutôt favorable à Delcourt qui a quelques bons titres à son catalogue, plus diversifié. Tout cela est amusant: Menu et Boudjellal se sont parfois affrontés dans le passé, les deux perdent le contrôle de leur boite en même temps ou quasiment.

  3. Villeurd

    Boudjellal ne perd pas le contrôle de sa boite, il le cède pour se consacrer à autre chose.

  4. Villeurd

    Boudjellal ne perd pas le contrôle de sa boite, il le cède pour se consacrer à autre chose.

  5. Audrey

    Depuis que la nouvelle a été annoncée au grand jour, c’est incroyable ce qu’on peut lire comme bêtises ! Francis votre commentaire révèle avant tout une méconnaissance totale de la situation, de Delcourt et de Soleil. Et de l’Association, dois-je ajouter, qui n’a jamais été la propriété de Menu, comme lui-même se l’est peut-être imaginé, ce qui a été vraisemblablement le coeur de la discorde. Mourad Boudjellal, a monté sa boîte seul, ce que n’a jamais fait JC Menu (c’est même la raison du nom de la société à l’aventure de laquelle il participait : l’Association).
    Pour votre gouverne, le chiffre des Trolls n’a pas bougé depuis à peu près 10 ans et reste un gros best-seller, ce qui n’est pas difficile à vérifier. Mais je comprends que vous n’aimiez pas l’humour crétin, visiblement, vous préférez le crétinisme tout court. En revanche, chez Delcourt, on trouvera tout de même des séries comme Sillage, Happy Sex, le Chant des Stryges, Grand Galop (!!), le Vent dans les Saules, etc… Mais aussi des mangas comme Nana ou Yakitate Japan. Heureusement, Delcourt a largement plus d’un best-seller dans ses cartons ! C’est tout de même ce qui fait la santé d’une entreprise.
    En revanche, ce qui peut faire la différence entre une grosse et une petite marge, c’est que dans le cas de la petite, l’argent a pu être réinvesti dans de nouvelles séries de jeunes auteurs (qui n’ont souvent jamais été publiés ailleurs, il serait intéressant de calculer le pourcentage d’auteurs dans la profession qui ont fait leurs armes chez Soleil) et qui ne rapportent pas un rond à la boîte (et en font même perdre). En tant qu’auteur Soleil, je vous remercie de sous-entendre qu’il n’y a pas de bon titre chez Soleil. Ce sont tous les auteurs Soleil que vous insultez pas vos propos stupides et non renseignés. Je ne sais même pas quoi dire devant tant d’ignorance. Quant à la diversité, j’imagine que vous n’avez jamais entendu parler des collections Noctambules, Venus Dea, Quadrant, Blackberry ou Métamorphose ? Mais non, évidemment. C’est tellement plus drôle de cracher sur ce qu’on ne connait pas. A l’avenir, renseignez-vous, même un strict minimum. Ou n’intervenez pas. ça vaudra mieux pour tout le monde.
    Et Villeurd, merci pour votre intervention, mais je vais ajouter une petite précision : en vérité, Mourad garde un bon pourcentage de Soleil et ne lève pas le pied à 100% non plus. Il continuera à s’occuper de certains auteurs.

  6. Audrey

    Depuis que la nouvelle a été annoncée au grand jour, c’est incroyable ce qu’on peut lire comme bêtises ! Francis votre commentaire révèle avant tout une méconnaissance totale de la situation, de Delcourt et de Soleil. Et de l’Association, dois-je ajouter, qui n’a jamais été la propriété de Menu, comme lui-même se l’est peut-être imaginé, ce qui a été vraisemblablement le coeur de la discorde. Mourad Boudjellal, a monté sa boîte seul, ce que n’a jamais fait JC Menu (c’est même la raison du nom de la société à l’aventure de laquelle il participait : l’Association).
    Pour votre gouverne, le chiffre des Trolls n’a pas bougé depuis à peu près 10 ans et reste un gros best-seller, ce qui n’est pas difficile à vérifier. Mais je comprends que vous n’aimiez pas l’humour crétin, visiblement, vous préférez le crétinisme tout court. En revanche, chez Delcourt, on trouvera tout de même des séries comme Sillage, Happy Sex, le Chant des Stryges, Grand Galop (!!), le Vent dans les Saules, etc… Mais aussi des mangas comme Nana ou Yakitate Japan. Heureusement, Delcourt a largement plus d’un best-seller dans ses cartons ! C’est tout de même ce qui fait la santé d’une entreprise.
    En revanche, ce qui peut faire la différence entre une grosse et une petite marge, c’est que dans le cas de la petite, l’argent a pu être réinvesti dans de nouvelles séries de jeunes auteurs (qui n’ont souvent jamais été publiés ailleurs, il serait intéressant de calculer le pourcentage d’auteurs dans la profession qui ont fait leurs armes chez Soleil) et qui ne rapportent pas un rond à la boîte (et en font même perdre). En tant qu’auteur Soleil, je vous remercie de sous-entendre qu’il n’y a pas de bon titre chez Soleil. Ce sont tous les auteurs Soleil que vous insultez pas vos propos stupides et non renseignés. Je ne sais même pas quoi dire devant tant d’ignorance. Quant à la diversité, j’imagine que vous n’avez jamais entendu parler des collections Noctambules, Venus Dea, Quadrant, Blackberry ou Métamorphose ? Mais non, évidemment. C’est tellement plus drôle de cracher sur ce qu’on ne connait pas. A l’avenir, renseignez-vous, même un strict minimum. Ou n’intervenez pas. ça vaudra mieux pour tout le monde.
    Et Villeurd, merci pour votre intervention, mais je vais ajouter une petite précision : en vérité, Mourad garde un bon pourcentage de Soleil et ne lève pas le pied à 100% non plus. Il continuera à s’occuper de certains auteurs.

  7. Francis Pincemoi

    pour Villeurd: ben si, quand on cède une part majoritaire de sa boite, on devient un actionnaire minoritaire.
    pour Audrey: merci de ne pas deformer mes propos: je sais bien que Menu n’etait pas propriétaire de l’Asso, mais il en a été le grand timonnier pendant longtemps, avant d’en sortir de son plein fait suite à l’AG houleuse. Il y a donc perdu le pouvoir!
    Les chiffres que j’ai donné sont globaux et officiels, j’ignore la part exacte de » trolls heroic SF nanas « , mais je suppose qu’elle représente bien 70% du CA global de Soleil.
    Quand je parle de genre crétin, je parle des séries de trolls évidemment. Vous n’allez pas me reprocher de ne pas aimer, tout de même? J’ai encore le droit d’acheter et de lire ce que j’aime? Ces séries à l’humour potache (si vous preferez) s’adressent à un public sans doute agé de 14 à 24 ans, elles ne me concernent guère. Il est vrai que soleil publie parfois autre chose (le hors série sur Coluche, par exemple, mais aussi l’Epervier de Pellerin, que j’achète car il s’agit de la suite d’une série qui paraissait chez Dupuis).
    Il y a parfois de bons auteurs chez cet éditeur, mais il faut les trouver. Et quand on publie plus de 300 titres par an, cela n’incite pas vraiment à tous les feuilleter, désolé! maintenant, si vous pensez avoir publié un beau livre, merci de m’en donner le titre, j’y jetterai un oeil en librairie!

  8. Francis Pincemoi

    pour Villeurd: ben si, quand on cède une part majoritaire de sa boite, on devient un actionnaire minoritaire.
    pour Audrey: merci de ne pas deformer mes propos: je sais bien que Menu n’etait pas propriétaire de l’Asso, mais il en a été le grand timonnier pendant longtemps, avant d’en sortir de son plein fait suite à l’AG houleuse. Il y a donc perdu le pouvoir!
    Les chiffres que j’ai donné sont globaux et officiels, j’ignore la part exacte de » trolls heroic SF nanas « , mais je suppose qu’elle représente bien 70% du CA global de Soleil.
    Quand je parle de genre crétin, je parle des séries de trolls évidemment. Vous n’allez pas me reprocher de ne pas aimer, tout de même? J’ai encore le droit d’acheter et de lire ce que j’aime? Ces séries à l’humour potache (si vous preferez) s’adressent à un public sans doute agé de 14 à 24 ans, elles ne me concernent guère. Il est vrai que soleil publie parfois autre chose (le hors série sur Coluche, par exemple, mais aussi l’Epervier de Pellerin, que j’achète car il s’agit de la suite d’une série qui paraissait chez Dupuis).
    Il y a parfois de bons auteurs chez cet éditeur, mais il faut les trouver. Et quand on publie plus de 300 titres par an, cela n’incite pas vraiment à tous les feuilleter, désolé! maintenant, si vous pensez avoir publié un beau livre, merci de m’en donner le titre, j’y jetterai un oeil en librairie!

  9. Audrey

    A bord de l’Étoile Matutine, Billy Brouillard, Couleur de peau : Miel, La Danseuse Papillon, le Club du Suicide, Le Marin, l’actrice et la Croisière Jaune, Chat Siamois, Le Dernier des Mohicans, Le Petit Chaperon Rouge & Ce qu’il advint dans le ventre du loup, Malgré Nous, Correspondante de Guerre, Gothic-Lolita, Yaxin the Faune, Beautiful Nightmares, La Marche du Crabe, Mission M’Other (l’est même pas encore sorti celui-là) etc, etc, etc, etc.

    ça va vous coûter cher, dîtes-moi !

    Voici quelques bouquins un peu atypiques et pas trop vieux qui me passent en vrac par la tête. Je comprends que ce soit des bouquins difficiles à trouver quand on ne met jamais les pieds en librairie comme ça semble être votre cas. Vous êtes toujours aussi insultant avec votre « parfois de bons auteurs », alors qu’il semble évident que vous ne connaissez rien aux BD Soleil.
    Quant à moi, pauvre attardée que je suis, du haut de mes 29 ans, je vais aller relire toute la série Trolls de Troy que je trouve absolument géniale. Et puis, tant que j’y suis, comme j’ai le vice chevillé au corps, je vais aussi relire tout les Jean-Luc Sala (encore un petit sournois de scénariste populaire qui ne sait même pas lire). Et avec ça, je vais peut-être même me refaire le Sang du Dragon d’Istin (oh, la petite traînée, mais c’est qu’elle n’a même pas honte d’aimer la BD populaire en plus !).
    Et ce n’est même pas ça qui va m’empêcher de me lire pendant l’été l’intégrale de Kipling que je viens d’acheter à La pléiade ! (Rhooooo, mais faut l’enfermer, celle-là !)
    Il faudrait arrêter avec ce racisme populaire, qui, comme toutes les formes de racisme, n’est pas une preuve d’intelligence. Une bonne BD alternative demande autant de coeur, d’intellect et de culture à son auteur qu’une bonne BD populaire. Oui, il y a parfois des ratés, oui, cela arrive de se planter, mais ce n’est pas une raison pour tomber dans la ségrégation, surtout quand pour seul argument on a que son ignorance.
    Il m’arrive d’écrire des préfaces pointues sur des classiques littéraires, des contes, des nouvelles et j’y prends autant de plaisir que lorsque j’écris des séries de fantasy qui font voyager, ou des séries jeunesse qui font rêver des quantité de petits lecteurs. Et j’en tire de la fierté.
    Je ne vous laisserai pas contre-argumenter par une pirouette du genre « oui, mais vous êtes une passionnée, LES AUTRES ne sont pas comme ça. » Je connais de nombreux collègues chez Soleil, j’avoue que certains tâtonnent un peu dans le métier, mais dans l’ensemble nous sommes nombreux à être passionnés, à aimer nos séries et à faire 2 à 3 fois les 35 heures dans la semaine pour les faire vivre, pour faire rêver nos lecteurs ou les faire rire.
    Vous avez le droit ne ne pas aimer rêver, vous avez le droit de ne pas aimer rire, vous avez le droit de détester la littérature et de n’aimer que lire Houellebecq, vous avez le droit de détester tout ce que vous voulez.
    Mais permettez-moi de lever le ton, quand vous vous en prenez à la qualité de toute une maison d’édition en laquelle j’ai tellement cru et pour laquelle j’ai travaillé si dur.
    Et une fois encore, je suis loin d’être la seule.

  10. Audrey

    A bord de l’Étoile Matutine, Billy Brouillard, Couleur de peau : Miel, La Danseuse Papillon, le Club du Suicide, Le Marin, l’actrice et la Croisière Jaune, Chat Siamois, Le Dernier des Mohicans, Le Petit Chaperon Rouge & Ce qu’il advint dans le ventre du loup, Malgré Nous, Correspondante de Guerre, Gothic-Lolita, Yaxin the Faune, Beautiful Nightmares, La Marche du Crabe, Mission M’Other (l’est même pas encore sorti celui-là) etc, etc, etc, etc.

    ça va vous coûter cher, dîtes-moi !

    Voici quelques bouquins un peu atypiques et pas trop vieux qui me passent en vrac par la tête. Je comprends que ce soit des bouquins difficiles à trouver quand on ne met jamais les pieds en librairie comme ça semble être votre cas. Vous êtes toujours aussi insultant avec votre « parfois de bons auteurs », alors qu’il semble évident que vous ne connaissez rien aux BD Soleil.
    Quant à moi, pauvre attardée que je suis, du haut de mes 29 ans, je vais aller relire toute la série Trolls de Troy que je trouve absolument géniale. Et puis, tant que j’y suis, comme j’ai le vice chevillé au corps, je vais aussi relire tout les Jean-Luc Sala (encore un petit sournois de scénariste populaire qui ne sait même pas lire). Et avec ça, je vais peut-être même me refaire le Sang du Dragon d’Istin (oh, la petite traînée, mais c’est qu’elle n’a même pas honte d’aimer la BD populaire en plus !).
    Et ce n’est même pas ça qui va m’empêcher de me lire pendant l’été l’intégrale de Kipling que je viens d’acheter à La pléiade ! (Rhooooo, mais faut l’enfermer, celle-là !)
    Il faudrait arrêter avec ce racisme populaire, qui, comme toutes les formes de racisme, n’est pas une preuve d’intelligence. Une bonne BD alternative demande autant de coeur, d’intellect et de culture à son auteur qu’une bonne BD populaire. Oui, il y a parfois des ratés, oui, cela arrive de se planter, mais ce n’est pas une raison pour tomber dans la ségrégation, surtout quand pour seul argument on a que son ignorance.
    Il m’arrive d’écrire des préfaces pointues sur des classiques littéraires, des contes, des nouvelles et j’y prends autant de plaisir que lorsque j’écris des séries de fantasy qui font voyager, ou des séries jeunesse qui font rêver des quantité de petits lecteurs. Et j’en tire de la fierté.
    Je ne vous laisserai pas contre-argumenter par une pirouette du genre « oui, mais vous êtes une passionnée, LES AUTRES ne sont pas comme ça. » Je connais de nombreux collègues chez Soleil, j’avoue que certains tâtonnent un peu dans le métier, mais dans l’ensemble nous sommes nombreux à être passionnés, à aimer nos séries et à faire 2 à 3 fois les 35 heures dans la semaine pour les faire vivre, pour faire rêver nos lecteurs ou les faire rire.
    Vous avez le droit ne ne pas aimer rêver, vous avez le droit de ne pas aimer rire, vous avez le droit de détester la littérature et de n’aimer que lire Houellebecq, vous avez le droit de détester tout ce que vous voulez.
    Mais permettez-moi de lever le ton, quand vous vous en prenez à la qualité de toute une maison d’édition en laquelle j’ai tellement cru et pour laquelle j’ai travaillé si dur.
    Et une fois encore, je suis loin d’être la seule.

  11. K.K

    Un peu moins d’agressivité pour répondre à Pincemoi, et ça le ferait aussi bien !!!

  12. K.K

    Un peu moins d’agressivité pour répondre à Pincemoi, et ça le ferait aussi bien !!!

  13. Francis Pincemoi

    A Madame ou Mademoiselle Audrey: je n’ai toujours pas compris quels étaient vos albums à vous. Sinon, dans ceux que vous citez il me semble qu’il y en a quelques uns qui ont récolté de bonnes critiques.
    Je comprends fort bien que vous défendiez la production de votre éditeur et de vos collègues, mais pour ma part, voyez-vous, je pense qu’il existe des milliers d’excellents albums chez Casterman, Dupuis, Lombard, Dargaud (il me semble qu’ils ont certains titres populaires, voire très populaires. ), Humanos, Glénat, Audie, Cornélius et l’Asso, Gallimard et Futuro ancien et nouveau, et aussi chez 13 bis, denoel, et rackham. Ce sont eux qui meublent les étagères de ma demeure. Pour la production Delcourt, je dois reconnaitre que j’ai été trés agréablement surpris par quelques emprunts à la médiathèque (les livres de Chauvel, les Donjon, les Vattine et quelques autres).
    Mais je suis un vieux machin coincé dans le XXème siècle où j’ai passé la majeure partie de mon existence (un peu normal à 64 ans!°). Rassurez-vous, je suis également sidéré par les audiences-record qu’obtiennent certaines émissions télé qui mélent allégrement beaufisme, et bétise, autosatisfaction et vulgarité. Et qui me donnent allégrement envie de zapper.
    Enfin pour finir, étes vous au courant que éditeurs, auteurs,libraires et simples acheteurs de BD se plaignent de la surproduction actuelle? C’est aux éditeurs de rationaliser tout celà, en étant plus vigilant sur le processus créatif des auteurs, ou alors en accompagnant de façon commerciale leurs coups de coeur. Sinon, cela ne sert qu’à encombrer les magasins des soldeurs BD (bloody mary, vous connaissez?). Cordialement

  14. Francis Pincemoi

    A Madame ou Mademoiselle Audrey: je n’ai toujours pas compris quels étaient vos albums à vous. Sinon, dans ceux que vous citez il me semble qu’il y en a quelques uns qui ont récolté de bonnes critiques.
    Je comprends fort bien que vous défendiez la production de votre éditeur et de vos collègues, mais pour ma part, voyez-vous, je pense qu’il existe des milliers d’excellents albums chez Casterman, Dupuis, Lombard, Dargaud (il me semble qu’ils ont certains titres populaires, voire très populaires. ), Humanos, Glénat, Audie, Cornélius et l’Asso, Gallimard et Futuro ancien et nouveau, et aussi chez 13 bis, denoel, et rackham. Ce sont eux qui meublent les étagères de ma demeure. Pour la production Delcourt, je dois reconnaitre que j’ai été trés agréablement surpris par quelques emprunts à la médiathèque (les livres de Chauvel, les Donjon, les Vattine et quelques autres).
    Mais je suis un vieux machin coincé dans le XXème siècle où j’ai passé la majeure partie de mon existence (un peu normal à 64 ans!°). Rassurez-vous, je suis également sidéré par les audiences-record qu’obtiennent certaines émissions télé qui mélent allégrement beaufisme, et bétise, autosatisfaction et vulgarité. Et qui me donnent allégrement envie de zapper.
    Enfin pour finir, étes vous au courant que éditeurs, auteurs,libraires et simples acheteurs de BD se plaignent de la surproduction actuelle? C’est aux éditeurs de rationaliser tout celà, en étant plus vigilant sur le processus créatif des auteurs, ou alors en accompagnant de façon commerciale leurs coups de coeur. Sinon, cela ne sert qu’à encombrer les magasins des soldeurs BD (bloody mary, vous connaissez?). Cordialement

Publiez un commentaire