Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 20, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Demon #1

24 octobre 2016 |
SERIE
Demon
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
22 €
DATE DE SORTIE
09/10/2016
EAN
236624231X
Achat :

demon_02Il a beau essayer, multiplier les tentatives, rien n’y fait. Lui, c’est Jimmy Yee, ordinaire citadin d’Oakland. Et il a une folle envie de mourir car « l’existence est devenue une corvée » depuis le décès de sa fille et de sa femme dans un tragique accident de voiture. Résultat, il lui faut absolument rejoindre le ciel du fond de sa chambre de motel. Seulement, il y a un hic. Qu’importe le procédé – corde, rasoir, revolver, somnifères, poids lourd – rien ne fonctionne. À chaque fois, Jimmy renaît le lendemain, sans une égratignure ou presque. Et s’il nageait en plein cauchemar ? Ou s’il n’était qu’un démon ?

Après les excellents Bookhunter, Vanille ou Chocolat ? ou encore Fleep, l’auteur américain Jason Shiga revient avec son nouveau projet trasho-ludique. Spoiler interdit ! Imaginez le film Un jour sans fin, version musée des horreurs, avec un soupçon d’Exorciste, le tout baignant dans un suspense – loufoque ici – digne des meilleurs thrillers du cinéma. Après des tentatives de suicide aussi folles que désespérées, voilà Jimmy traqué par les services secrets et tout un complexe militaro-industriel…

Encore une fois, à l’appui d’un trait naïf et rond ultra-fluide, l’auteur nous embarque dans son petit monde aux vertigineuses complications et diversions. Si certaines scènes sont hardcore ou parfaitement incongrues – la fusillade en plein commissariat, le ridicule suicide dans une cellule –, on rit finalement bien plus qu’on ne s’apitoie, car Shiga s’amuse et nous amuse avec le medium, puis construit un puzzle addictif qui avance tout en ménageant son petit mystère. C’est à la fois violent, très drôle, et au-delà de l’intrigue farfelue mais parfaitement cohérente, on salue le dispositif formel source de jubilation (qu’on peut découvrir en ligne, sur le site de l’auteur). Car ambition et maîtrise se conjuguent ici pour un résultat étonnant, entre hommage, défouloir et contraintes séquentielles. Quatre volumes sont annoncés, 720 planches et 21 fins possibles. Bref, on est déjà accroc. On fonce donc tête baissée, impatients de connaître la suite…

 

demon_4

Publiez un commentaire