Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 17, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Inside BD à Bastia, épisode 2

4 avril 2009 |

inside_bastia_ep2_2.jpg

16es rencontres de la bande dessinée et de l’illustration à Bastia, jour 2. Il pleut. Pas quelques gouttes, comme si un nuage s’était égaré par hasard au-dessus de la cité marine. Non, de véritables hallebardes, lâchées violemment du ciel. Consternation au centre culturel Una Volta, où quelques oiseaux matinaux (il est 10h) avalent un café. Heureusement, quelques heures plus tard, le ciel bleu revient. Ouf, nous sommes bien en Corse!

Pas le temps de paresser pour autant, car j’ai rendez-vousinside_bastia_ep2_5.jpg pour une interview avec Lucie Durbiano. Charmante, l’auteure de Trésor (Gallimard/Bayou) raconte sa façon de créer des personnages, son intérêt pour les univers colorés, très sixties – elle est fan de Jacques Demy -, et dévoile son prochain projet. A lire bientôt sur BoDoï.com.

Je file ensuite dans les studios de Radio Corsa Frequenza Mora (le France Bleu local) pour assister à l’émission Tout arrive de France Culture. Aux micros, que du beau monde. Le producteur Antoine Guillot reçoit simultanément Jacques Ferrandez, David B. et Kris, Dominique Mattei (directrice du centre Una Volta), puis Boulet, Lewis Trondheim et Riad Sattouf. Le premier groupe d’auteurs évoque la mémoire et la façon dont ils triturent l’Histoire, tandis que le second se concentre sur le quotidien mis en cases et la liberté apportée par le blog. Boulet plaisante – « On a trouvé le bon truc pour gagner de l’argent, on regarde ce qui se passe dans le métro et on le retranscrit. » Lewis Trondheim parle du « plaisir de se poser, de regarder la vie qui passe ». Tandis que Riad Sattouf détaille sa fascination pour les adolescents.

inside_bastia_ep2_3.jpgJ’apprends au passage que le centre culturel Una Volta est construit sur les ruines d’un théâtre construit à l’identique de la Scala milanaise, puis détruit par une bombe pendant la Seconde Guerre mondiale. D’où le buste du ténor bastiais César Vezzani, qui trône non loin de là. Un dîner plus tard en compagnie « bédéïenne », s’achève une journée – quasi – radieuse.inside_bastia_ep2_1.jpg

Une ombre au tableau toutefois… Je m’endors en songeant au véritable scoop du jour, qui n’a rien à voir avec la bande dessinée. Alors que je planifiais l’acquisition d’un lonzo (le jambon cru local), je tombe sur l’avertissement ci-contre, devant une boutique de spécialités. Et je repense à une méchante rumeur courant hier au cocktail d’ouverture de ces rencontres bastiaises, propagée par un auteur qui refuse d’être cité (de peur de représailles): les saucissons d’âne vendus sur l’Île de Beauté seraient à 60% fabriqués en Bretagne. On en brairait presque de déception.

Photos © BoDoï.

Votez pour cet article

Publiez un commentaire