Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

La folle année de Vincent Caut

28 mars 2011 |

caut_introIl s’est fait connaître grâce à son blog BD qui, à l’époque, racontait le quotidien d’un jeune lycéen préparant son bac…  Depuis, Vincent Caut a rejoint une école d’art, glané deux prix à Angoulême (révélation blog et prix de la BD scolaire), et publié ses premiers albums chez Diantre et Makaka. Désormais, le jeune auteur passe la vitesse supérieure en signant, chez Dupuis et en compagnie de Michel-Yves Schmitt, la série jeunesse Où es-tu Léopold?. Interview d’un étudiant-dessinateur déjà bien occupé…

caut_leopold2Où es-tu Léopold? est votre premier projet chez un grand éditeur historique comme Dupuis. Comment est-il né ?
C’est sur Internet que tout a commencé. Michel-Yves avait une idée de série jeunesse et cherchait un dessinateur. Il est tombé sur mon blog et m’a contacté. Les aventures de Léopold m’ont tout de suite conquis! Nous avons donc réalisé quelques planches que nous avons envoyées à plusieurs éditeurs, et c’est Dupuis qui a répondu présent. Nous étions ravis!

Qui est Léopold, le héros de l’album ?
Léopold est un petit garçon de 5 ans, qui se réveille un matin en découvrant qu’il a le pouvoir de devenir invisible. Il fait donc ce que n’importe quel enfant de son âge ferait à sa place : il profite de son invisibilité pour embêter sa sœur et ses parents.

C’est la première fois que vous travaillez avec un scénariste, Michel-Yves Schmitt. Que retenez-vous de cette expérience ?
J’avais déjà collaboré avec des scénaristes pour des parutions sur Internet ou des projets avortés mais, à chaque fois, j’avais cette impression de n’être que l’exécutant, coincé dans un cadre imposé. Avec Michel-Yves, c’est différent. Notre façon de raconter des histoires est assez similaire, je n’ai aucun mal à adapter ses histoires en images. De plus, réalisant moi-même le découpage des planches, j’ai la possibilité d’apporter ma touche personnelle à l’ensemble. Selon moi, le travail de dessinateur doit être avant tout un travail de metteur en scène.

caut_leopold1Quelles sont les principales difficultés de cet exercice ?
Pour une série comme Où es-tu Léopold ?, il faut sans cesse penser que les lecteurs sont très jeunes. Être le plus lisible et le plus clair possible est donc essentiel. Même si le script d’origine compte, c’est finalement la mise en scène qui va faire qu’une histoire est comprise ou non. Un bon scénario, s’il est mal raconté, va complètement tomber à plat. Notre éditeur nous demande beaucoup de rigueur de ce côté-là.

Pourriez-vous un jour enfiler la casquette de scénariste ?
J’aimerais bien, oui. Cela n’arrivera pas forcément dans un futur proche, mais l’idée me plairait beaucoup. Ce doit être fantastique de « revêtir » une toute autre personnalité graphique.

Léopold s’adresse aux 6-10 ans. À cet âge-là, quelles étaient vos lectures ?
Je ne lisais pas beaucoup de bandes dessinées à l’époque. Lucky Luke, Tintin, Boule et Bill et toutes ces choses m’ennuyaient. Puis, vers l’âge de 8 ans, mon cousin m’a prêté un album de Titeuf: la révélation! Je pense que c’est depuis ce jour-là que j’aime la BD.

Vos albums sont pour le moment orientés « jeunesse ». Avez-vous des projets plus ados/adultes dans les cartons ?
Oui, un de mes albums paraîtra prochainement chez Diantre!: Les Aventures de la fin du monde. Un comptable et sa secrétaire se retrouvent seuls sur Terre, alors que tout est dévasté [voir strip ci-dessous, NDLR]. Ce projet me permettra de me rapprocher des lecteurs qui m’ont connu grâce au blog.

caut_fin1

Dans celui-ci, vous racontiez la vie au lycée. Depuis, vous avez intégré une école d’art à Paris. Cela a-t-il changé votre approche de la bande dessinée ?
Oui, elle a été totalement bouleversée. Lorsqu’on suit des études d’arts graphiques, la culture de l’image et le goût pour l’expérimentation sont très présents. Inévitablement, il y a des répercussions sur mon travail de dessinateur.

caut_robot2Peut-on s’attendre à voir votre style évoluer ?
J’espère bien aller vers un travail plus expérimental, oui. Je m’amuse énormément dans la bande dessinée « classique », qui reste selon moi la façon la plus efficace de raconter des histoires. Mais j’aimerais faire un jour, en parallèle, quelque chose qui surprenne.

Comment gérez-vous le quotidien, entre projets BD et études ?
Très mal. À vrai dire, c’est même assez catastrophique. Entre mes études, mes albums, mes commandes, et mes pauses séries télé, je n’ai plus le temps pour rien! Du coup, je dors très peu. Mais je ne vais pas me plaindre, j’ai beaucoup de chance d’avoir pu commencer si tôt.

Suivez-vous les traces de certains auteurs en particulier ?
Je n’ai pas vraiment de modèle en termes de parcours. Internet a sûrement changé beaucoup de choses de ce côté-là. Disons que l’idéal pour moi serait d’allier le métier d’auteur de bandes dessinées à celui d’illustrateur, et de travailler à la fois pour la jeunesse et pour les ados/adultes. L’idée de faire toujours la même chose m’effraie un peu.

Les différents prix que vous avez obtenus ont-ils facilité le lancement de votre carrière d’auteur ?
Oui, certainement. J’ai d’abord reçu des bourses qui m’ont permis d’acheter du très bon matériel. Et puis mon premier album, Le Trésor de l’île Mokoko, est sorti dans le cadre de mon prix Révélation Blog 2009.

De nombreux blogueurs de la première heure ont été publiés ces dernières années. Quel regard portez-vous sur ce phénomène ?
caut_robotCette évolution est tout à fait logique. Internet était le moyen le plus simple et le plus efficace de montrer notre travail. Le rêve de chacun étant bien sûr l’édition. Tous ces albums tirés de blogs, c’est très bien. Mais il faut désormais aller au-delà de l’effet de mode et passer à autre chose. Les petites notes autobiographiques, ça va un moment, mais on se lasse vite.

Que devient votre blog justement ?
J’aimerais avoir plus de temps pour le mettre à jour. Actuellement, j’ai de moins en moins de temps pour moi, et donc pour mon blog. Il me sert essentiellement à publier mes carnets et mes recherches [voir ci-contre, recherches pour un robot, NDLR]. Ce n’est plus vraiment un blog BD, mais plutôt les « coulisses » de mon boulot d’illustrateur.

On parle beaucoup de l’éclosion de la BD numérique et des changements que cela implique. Comment vous positionnez-vous sur ce sujet ?
Je suis totalement pour les blogs BD, car je pense qu’ils apportent quelque chose de nouveau. J’aime leur côté « feuilleton informel ». Par contre, je n’aime pas du tout les albums entiers au format numérique. Cela me pique les yeux, je ne peux même pas toucher ni sentir le papier.

Propos recueillis (par mail) par Romain Gallissot

___________________________________

bouton_nbd Où es-tu Léopold ?
Par Vincent Caut et Michel Schmitt.
Dupuis, 9,50 €, le 4 février 2011.

Achetez Où es-tu Léopold ? T1 sur Fnac.com
Achetez Où es-tu Léopold ? T1 sur Amazon.fr

Images © Dupuis / Vincent Caut / Michel Schmitt.

Votez pour cet article

___________________________________

Commentaires

  1. Vincent, je t’aime.

  2. Vincent, je t’aime.

Publiez un commentaire