Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

4 Comments

La Françafrique racontée par Grégory Jarry

2 mars 2011 |

jarry_introAvec leur Petite histoire des colonies françaises, le scénariste Grégory Jarry et le dessinateur Otto T. – aussi fondateurs des éditions FLBLB – racontent de façon drôle et percutante « cinq siècles de colonisation en rentrant bien dans les détails pour qu’on ne loupe aucun aspect positif ». Consacré à la Françafrique, ce quatrième épisode est narré par François Mitterrand, et couvre l’importance de Jacques Foccart (homme de l’ombre des réseaux africains, qui ne fit que « remplacer les gouverneurs blancs, qui menaient la politique du ministère des Colonies, par des gouverneurs noirs, qui prenaient leurs ordres à la cellule Afrique de l’Elysée »), le génocide rwandais ou l’affaire Elf. Auteur des textes de ce bijou ironique et didactique, Grégory Jarry, 38 ans, détaille sa façon d’aborder notre histoire récente [NDLR: l’entretien a eu lieu avant la « révolution » libyenne].

colonies_1Ce quatrième tome sur la Françafrique serait à l’origine de votre désir de réaliser Petite histoire des colonies françaises. Est-ce vrai ?
En effet, avant de se lancer dans le premier tome en 2006, Otto T. et moi-même nous intéressions aux rapports entre la France et l’Afrique. Mais pour en parler de façon compréhensible, il fallait aborder le passé, la colonisation, la décolonisation… Un retour sur l’Histoire dans sa globalité était donc nécessaire.

Pourquoi cet intérêt pour les relations franco-africaines ?
En 2005, Otto T. et moi avions abordé l’impérialisme américain dans Petite histoire du grand Texas. En France, on a la « chance » de connaître une situation dominatrice similaire vis-à-vis de l’Afrique, alors autant en « profiter »!

colonies_2

colonies_5Vous avez choisi un ton pédagogique et ironique à la fois.
Oui, nous sommes des vulgarisateurs cinglants, engagés, visant à expliquer des choses très compliquées de manière simple. Pour écrire les textes, je m’inspire notamment du travail d’Albert Barillet, auteur des séries télé animées Il était une fois l’homme ou Il était une fois la vie. Mais j’ironise en permanence, par exemple en montrant des puissants qui justifient des horreurs de façon très calme et raisonnée.

Comment travaillez-vous ?
Il m’importe de montrer des mécaniques plutôt que des faits, de suivre le mouvement plutôt que le détail de l’Histoire. C’est ensuite au lecteur d’aller plus loin, s’il le souhaite. Je me base sur une bibliographie fournie, que j’annote en vue de simplifier les choses. J’ai ainsi résumé le génocide rwandais en trois pages, en pointant le rôle des Pères blancs et l’implication de la France, sans montrer les massacres. J’écris les textes seul en essayant de les rendre concis, précis, drôles et musicaux, avant de les envoyer à Otto. Par le dessin, il creuse et détourne le propos, sans se contenter de le paraphraser. Avec le temps, le cadre de la série est devenu plus souple, nous nous autorisons désormais des dessins dialogués.

colonies_3

Quelles difficultés rencontrez-vous ?
Le plus dur est de comprendre l’Histoire et de la synthétiser sans se tromper. Ni Otto ni moi ne sommes des historiens, et nous racontons une période récente, polémique, sur laquelle le recul est limité.

Ne courez-vous pas le risque d’être attaqués en justice ?
A priori non, car nos sources – davantage journalistiques qu’historiques – ont été validées. Je me suis notamment basé sur les écrits de François-Xavier Verschave (La Françafrique, Noir silence), qui a gagné les procès intentés contre lui par trois chefs d’État africains. De plus, pour l’anecdote, sachez que lors de sa visite de l’exposition dédiée à la série à Angoulême, Frédéric Mitterrand n’a même pas tiqué devant un dessin de son oncle François, à qui l’on fait dire que le génocide rwandais n’est pas grave…

colonies_4

colonies_9Avez-vous des retours d’historiens sur votre Petite histoire des colonies françaises ?
Oui, et ils sont élogieux. Ils apprécient que l’on rende leur matière vivante.

Quel est votre lectorat ?
Ces thématiques historiques sont abordées au collège à partir de la 4e, et je pense que la série est accessible dès 13-14 ans, même si les adolescents risquent de ne pas tout comprendre. Certains achètent Petite histoire des colonies françaises pour leurs enfants, d’autres pour leurs parents, c’est très varié !

Quel regard portez-vous sur l’élection d’Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire ?
Mon avis est celui d’un simple citoyen, je ne me pose absolument pas en spécialiste. Cela dit, je trouve que l’ingérence de la France en Côte d’Ivoire est insupportable. Le président français n’est pas dans son rôle lorsqu’il décrète qu’Alassane Ouattara a gagné. C’est aux Ivoiriens de résoudre leurs problèmes, et ils sont tout à fait capables de le faire. Ce qui m’énerve le plus, c’est que les journalistes français ne resituent que rarement cette élection dans l’Histoire. Ils oublient de dire que Laurent Gbagbo, bien que certainement détestable et totalement corrompu, a été un opposant historique au dictateur Félix Houphouët-Boigny, et un proche des socialistes. Ils omettent aussi de préciser qu’Alassane Ouattara a travaillé pour le FMI pendant des années, et va certainement appliquer des consignes libérales.

colonies_10Quid des récentes révolutions africaines ?
J’ai le sentiment que la France et les Etats-Unis – qui soutinrent respectivement les dictatures tunisienne et égyptienne – font tout dans l’ombre pour maintenir un statu quo, et s’assurer que les nouveaux gouvernements restent à leur botte. Mais je garde espoir, l’Histoire va dans le bon sens: WikiLeaks permet une meilleure information, et des révolutions peuvent se faire en quinze jours, avec un nombre de morts relatif (même s’il sera toujours trop important).

Comment se portent les éditions FLBLB – que vous avez créées en 1996 avec Otto T. et Rémi Lucas, et qui publient vos livres ?
Pas trop mal, merci. Les trois premiers tomes de Petite histoire des colonies françaises se sont vendus à près de 30 000 exemplaires, ce qui est plutôt confortable.

Quels sont vos projets ?
Avec Otto T., nous publierons en mai Mondialisation mon cul, une bande dessinée sur Bart O Poil, un cinéaste porno engagé. Cet homme fou et fascinant réalise des courts-métrages dans lesquels il met en scène des faux sans-papiers, par exemple. Il véhicule des messages politiques forts, appelle à la révolte et à l’insoumission. Je prépare aussi – mais tout seul – un roman-photo, Deux trous dans la Creuse. Ce polar autour de la guerre d’Algérie paraîtra en septembre.

Propos recueillis par Laurence Le Saux

colonies_8

——————————————

Petite histoire des colonies françaises #4 : la Françafrique
Par Otto T. et Grégory Jarry.
Editions FLBLB, 13€, le 24 janvier 2011.

Achetez-la sur Fnac.com

Images © FLBLB.

Exposition à la Cité de la BD à Angoulême jusqu’au 30 avril 2011.

Votez pour cet article

——————————————-

Commentaires

Publiez un commentaire