Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 15, 2018

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Le Prince et la couturière

5 décembre 2018 |
SERIE
Le Prince et la couturière
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
22 €
DATE DE SORTIE
02/05/2018
EAN
2355743061
Achat :

Le Prince et la Couturiere 2Sébastien est le jeune héritier de Belgique. À 16 ans, sa famille pense qu’il est plus que temps de lui trouver une épouse digne de son rang. Est donc organisé un bal dans lequel les plus belles et bien nées viendront tenter de prendre son cœur. Néanmoins, le prince est bien loin de tout ça. Il cache même un lourd secret. Travesti en « Lady Crystallia », il échappe régulièrement à son quotidien pour se rendre dans les soirées mondaines affublé de ses plus beaux atours féminins. En revanche, un prince qui porte des robes, ça risque de faire terriblement jaser… et il est hors de question qu’il révèle sa double vie au grand jour. Seules deux personnes sont dans la confidence, mais pourra-t-il cacher indéfiniment ce secret aux siens et à son peuple ?

Déjà dessinatrice de IRL – Dans la vraie vie, Jen Wang revient avec un dessin plus abouti et des couleurs chatoyantes. Son coup de pinceau épais et son graphisme rond est faussement simple et réellement beau. Pour la première fois au scénario (ici traduit par Achille(s)), la jeune autrice déroule une intrigue parfois un peu naïve, mais jamais superficielle. Elle développe son histoire et ses personnages autour de nombreux sujets et se concentre principalement sur la question de l’identité, de la différence et de l’amitié. Intelligent et subtil, ce conte moderne prend appui sur le monde de la mode pour parler de l’adolescence, du corps et de l’esprit. Pour Sébastien et Francès, sa couturière fraîchement engagée, rien n’est facile ou gagné d’avance. Si le premier essaie tant bien que mal de s’accepter, puis d’assumer ses responsabilités, la deuxième le soutien coûte que coûte, sans pour autant oublier ses rêves personnels. Tous deux sont exposés dans leur complexité et leur volonté d’épanouissement personnels et professionnels.

Le Prince et la couturière prouve qu’il est possible d’écrire un conte sans belle princesse à la recherche éperdue de l’amour, ni prince charmant stéréotypé… Si on ajoute à cela, sa modernité, ses thématiques fortes et sociales ainsi que ses multiples niveaux de lecture, on obtient un classique en puissance et une lecture intergénérationnelle. Pour ne rien gâcher, les éditions Akileos ont concocté un épais ouvrage cartonné de 265 pages au prix plus qu’abordable. Une belle réussite que l’on prendra plaisir à partager.

Le Prince et la Couturiere

Publiez un commentaire