Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 11, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Les Amours suspendues

20 novembre 2017 |
SERIE
Les Amours supendues
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
35 €
DATE DE SORTIE
24/10/2017
EAN
B072ZLN5BZ
Achat :

1069811-bdjpgUn homme marié aime tendrement sa femme mais refuse de renoncer à celles qu’il aurait pu séduire. Pour voir. Car il adore plaire sans pour autant s’avouer séducteur. Aux côtés de son épouse, il confine ses « femmes-fantasmes » dans son jardin secret avant d’imaginer leur idylle. On y distingue la femme fragile, la mangeuse d’hommes et celle qui materne. Mais attention, à vouloir tout vivre, il pourrait bien tout perdre…

9791092058291_pgC’est sans aucun doute l’album de la maturité pour Marion Fayolle. Plus de 240 pages de maîtrise graphique et narrative qui relèvent autant du cinéma, du théâtre et de la musique que de la BD. L’Homme en pièces avait révélé un potentiel rare, confirmé par la La Tendresse des pierres deux ans plus tard. Il s’exprime ici pleinement dans Les Amours suspendues, délicate comédie nourrie de poésie surréaliste.

Corps et désaccords rythment les errances amoureuses d’un mari en mal de séduction. Ces femmes, horizons nouveaux et premières fois répétées, sont autant de possibilités de sonder le désir, la confiance, la perte, les désillusions et les peines. Mais avec le sourire et en chanson, comme dans un film de Jacques Demy. Ou même une tragédie grecque, avec son chœur allègre.

Si les textes, bercés par une touchante musicalité, séduisent de bout en bout, il faut toutefois aller voir du côté du trait et de la scénographie pour saisir tout le talent de Marion Fayolle. Qui compose des farandoles de corps habités par l’énergie du désir, mimant une valse amoureuse éperdue. Les acteurs dansent, chantent, s’évitent pour mieux se retrouver dans la fusion de gestuelles espiègles. Les têtes disparaissent, les corps s’ouvrent et chutent, l’histoire révélant un petit théâtre onirique suspendu aux fantasmes de ses figures de papier. Pas une simple lubie d’autrice mais l’envie de jouer avec les sentiments et les cœurs pour mieux les incarner. Avec une cruelle ironie même. Marion Fayolle fascine ainsi par son sens du mouvement et l’élégance de ces corps qu’elle capte à merveille de son dessin sensuel et virtuose. La possibilité de l’amour, un sujet éternel mais une BD unique. Et une grande artiste !

Publiez un commentaire