Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

Les Îles du vent: le premier manga antillais

13 octobre 2009 |

Caraïbéditions avait créé l’événement l’an dernier en publiant une aventure d’Astérix en langue créole. Après avoir traduit des épisodes de Titeuf et Les Profs, l’éditeur basé en Guadeloupe et Martinique ne s’arrête pas là: il sort cette semaine Les Îles du vent, un manga 100% made in Antilles !

« Après le succès du Grand Fossé en créole –  10000 exemplaires vendus -, l’envie m’est venue d’avoir ma propre série, caraibes_editions_couvexplique Florent Charbonnier, fondateur de Caraïbéditions. Je voulais une bande dessinée qui parlerait du quotidien des jeunes Antillais d’aujourd’hui. Le format manga s’est imposé, en raison de son dynamisme et bien sûr de la cible que je souhaitais toucher. » La cible, c’est celle du manga traditionnel, c’est-à-dire les jeunes de 15-25 ans. « C’est pour cela qu’on le sort en français, car les jeunes Antillais ne lisent que très peu le créole. »

Florent Charbonier a commandé une histoire au romancier Hector Poullet et invité une jeune dessinatrice en résidence dans les îles. « Nous avons d’excellents dessinateurs de style franco-belge ici, mais aucun qui maîtrise vraiment les codes du manga. C’est pourquoi j’ai proposé à la mangaka Élodie Koeger de participer à l’aventure. » Cette dernière est restée plusieurs mois, pour s’imprégner de la culture locale et dé-mangaïser un poil son dessin, afin de toucher le plus grand nombre. Effectivement, point de grands yeux et de jupettes trop courtes ici, mais toujours un rythme et un découpage propres à la BD japonaise.

Les Îles du vent prend pour toile de fond l’immigration clandestine haïtienne, un problème récurrent dans les Antilles françaises. Mais ce n’est pas qu’une histoire politique. Destiné aux ados, le manga détaille les relations familiales, enchaîne passages humoristique et séquences très sérieuses, tisse une romance entre la jolie héroïne et un jeune douanier breton… Enrichi de cartes et d’un lexique historique et culturel, il se veut surtout didactique. caraibes_editions_image « Être un peu aux Antilles ce que Les Gouttes de Dieu sont au vin », déclare en souriant Florent Charbonnier.

Mais l’éditeur refuse l’étiquette de régionalisme qui pourrait être accolée à son projet. « Les Antilles, c’est plus qu’une région, c’est un pays. Les problématiques du quotidien sont très différentes de celles de la métropole. Caraïbes éditions a la volonté d’exporter la culture antillaise, mal connue dans l’Hexagone. » Florent Charbonnier mise donc sur la curiosité des jeunes métropolitains et le format manga se justifie d’autant plus.

Pour Caraïbéditions, ce projet est un véritable pari, alors que la situation en Guadeloupe n’est pas au beau fixe. Les récentes grèves et manifestations ont fait fuir les touristes et durablement plombé l’économie locale. Mais Florent Charbonnier se veut optimiste, l’activité BD étant devenu le moteur de sa petite maison d’édition (qui publie aussi des romans). Il est soutenu par le ministère de la Culture et le Conseil régional, et le premier accueil des libraires lui a paru plutôt positif. Réponse en chiffres dans quelques mois.

____________________________________

Les Îles du vent #1
Par Élodie Koeger et Hector Poullet.
Caraïbes éditions, 7,90 €, le 16 octobre 2009.

Images © Koeger / Caraïbes éditinos

____________________________________

caraibes_editions_carte

Commentaires

  1. Jean Latuelle

    Aaaah oui les mangas antillais ! Et j’attends impatiemment les mangas luxembourgeois et macédoniens ! Bon, blague a part le scénario a l’air intéressant ! Dommage que le dessin vienne s’inscrire dans le registre manga (qu’est ce que ça apporte ?). A mon goût cela vient dépersonnaliser le tout… A croire que les auteurs de maintenant s’enferment eux-même dans des cases !

  2. Jean Latuelle

    Aaaah oui les mangas antillais ! Et j’attends impatiemment les mangas luxembourgeois et macédoniens ! Bon, blague a part le scénario a l’air intéressant ! Dommage que le dessin vienne s’inscrire dans le registre manga (qu’est ce que ça apporte ?). A mon goût cela vient dépersonnaliser le tout… A croire que les auteurs de maintenant s’enferment eux-même dans des cases !

Publiez un commentaire