Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Où donc Shermy s’en est allé ? (Schizo #4) ***

6 mars 2009 |

shermy_couv.jpgbien.jpgPar Ivan Brunetti. Cambourakis, 15 €, février 2009.

Avec lui, le rire n’est jamais loin des larmes. Ivan Brunetti excelle à manier l’humour noir dans cet album grand format (38x28cm). Il s’autodésigne modestement comme « le plus grand humoriste américain vivant », mais reconnaît la supériorité de Schultz – créateur des Peanuts -, qu’il voit comme « le Brando de la BD ». Le second degré est constamment présent dans ces trente-deux pages ordonnées, grands damiers brassant désespoir et ironie.

schizo_4.jpgTrès pince-sans-rire, l’auteur excelle à restituer « l’horreur de vivre, tout simplement » – le titre d’une de ses pages. De la frustration engendrée par des enchères en ligne à l’apathie provoquée par un divorce, en passant par sa malchance sexuelle. Dans ce Schizo #4 (curieusement traduit en français par Où donc Shermy s’en est allé ?), Brunetti use de cases très colorées, glissant ça et là un crayonné ou une page en mode « trait blanc sur fond rouge ». Audacieux, mais pas trop. Son culot tient plus à sa façon de brocarder la dépression. Que ce soit la sienne, celle d’Erik Satie – collectionneur de complets de velours, parapluies et mouchoirs -, de Françoise Hardy ou Louise Brooks. Ses héros touchent le fond, mais remontent le moral du lecteur. Un beau paradoxe.

Achetez Schizo 4 sur Amazon.fr

Publiez un commentaire