Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

18 Comments

Barracuda #1 ***

2 novembre 2010 |

bienbarracuda_1_couvPar Jérémy et Jean Dufaux. Dargaud, 13,50€, le 1er octobre 2010.

Ca barde sur mer et sur terre dans Barracuda. Un navire espagnol est arraisonné par des pirates – sans foi ni loi, bien sûr. Sont faits prisonniers une noble dame, Dona Del Scuebo, sa fille Maria, et Emilio, un garçon déguisé en jeune femme (le narrateur de l’histoire).

barracuda_1_1Embarqué par le terrible capitaine Blackdog et son fils Raffy, non moins cruel, le trio est vendu aux enchères sur l’île de Puerto Blanco. Bientôt, Dona Del Scuebo succombe, et Blackdog part à la recherche d’un diamant mythique. Laissant trois jeunes gens aux caractères bien trempés -Raffy, Mario et Emilio- sur l’île, chacun aux prises avec son destin et ses envies de revanche…

« On écrit pour saluer le gamin, l’enfant, l’adolescent qu’on laisse derrière soi – sans possibilité de retour », écrit Jean Dufaux en introduction à cette nouvelle série. Le scénariste revendique les influences de Stevenson, bien sûr, mais aussi d’Errol Flynn et de la trilogie Pirates des Caraïbes (« Tout s’y trouve, de manière admirable souvent, tout s’y bouscule, de façon pléthorique parfois. Et c’est devenu l’écueil à éviter. »). Pour ne pas tomber dans la redite, il choisit donc d’ancrer son récit sur terre, tout en utilisant de nombreux codes des histoires de pirates.

Au dessin, Jérémy signe son premier album, après avoir officié comme coloriste sur La Complainte des landes perdues et Murena. Il réussit des planches au réalisme soigné, et à la texture souvent froide. Résultat, on embarque volontiers pour cette aventure de piraterie au sol, ingénieusement menée.

barracuda_1_2

bouton_nbdAchetez-le sur Fnac.com
Achetez-le sur Amazon.fr

Commentaires

  1. David Chinkott

    Qu’est-ce que cet album est mou. Et maladroit. Et pas intéressant. Et pathétique sur son histoire de travelo. Les personnages sont tous plus vides les uns que les autres.
    Dufaux arrive à être moins à la hauteur que Jérémy !
    En revanche, qu’est-ce que les critiques peuvent s’extasier sur cet album !

    Une vraie déception.

  2. David Chinkott

    Qu’est-ce que cet album est mou. Et maladroit. Et pas intéressant. Et pathétique sur son histoire de travelo. Les personnages sont tous plus vides les uns que les autres.
    Dufaux arrive à être moins à la hauteur que Jérémy !
    En revanche, qu’est-ce que les critiques peuvent s’extasier sur cet album !

    Une vraie déception.

  3. Une « histoire de travelo »? c’est tout ce que vous avez vu dans cet album? Vous n’êtes qu’un pitoyable imbécile.

  4. Une « histoire de travelo »? c’est tout ce que vous avez vu dans cet album? Vous n’êtes qu’un pitoyable imbécile.

  5. @ Gibraltar : Merci d’éviter les insultes, sinon nous devrons fermer les commentaires.

  6. @ Gibraltar : Merci d’éviter les insultes, sinon nous devrons fermer les commentaires.

  7. Un peu surpris du message de David mais bon, tous les gouts sont dans la nature et il faut le respecter.
    Sinon, j’ai adoré Bararcuda , de l’ aventure avec un un grand A .

  8. Un peu surpris du message de David mais bon, tous les gouts sont dans la nature et il faut le respecter.
    Sinon, j’ai adoré Bararcuda , de l’ aventure avec un un grand A .

  9. tutu

    Je trouve que le dessin c’est du pur re-pompage de Marini, Après l’histoire j’ai pas lu.

  10. tutu

    Je trouve que le dessin c’est du pur re-pompage de Marini, Après l’histoire j’ai pas lu.

  11. Francis Pincemoi

    Mon constat après avoir feuilleté l’album en question chez un libraire: je ne l’ai pas acheté, mais je le prendrai peut-être à la bibliothèque.
    S’il est vrai que Jérémy Petitqueux (désolé, c’est bien son nom de famille indiqué sur les Murena. Je comprends qu’il l’ait supprimé pour ce premier album dessiné par lui-même) se débrouille correctement (sans égaler son Maïtre Delaby, santé!), je commence à avoir ma dose d’histoires de pirates avec les nombreux albums sortis récemment (depuis le carton des films de Disney avec Johnny Depp). Et dans le genre, je prefère par exemple ceux de Matthieu Lauffray ou même ceux de Hermann avec son fils. Là, on a un album qui ressemble globalement à un album Soleil ou Delcourt. Un comble quand l’on sait que cet éditeur fut l’un des premiers dans le genre, avec le fameux Barbe-Rouge de Messieurs Charlier et Hubinon!!!

  12. Francis Pincemoi

    Mon constat après avoir feuilleté l’album en question chez un libraire: je ne l’ai pas acheté, mais je le prendrai peut-être à la bibliothèque.
    S’il est vrai que Jérémy Petitqueux (désolé, c’est bien son nom de famille indiqué sur les Murena. Je comprends qu’il l’ait supprimé pour ce premier album dessiné par lui-même) se débrouille correctement (sans égaler son Maïtre Delaby, santé!), je commence à avoir ma dose d’histoires de pirates avec les nombreux albums sortis récemment (depuis le carton des films de Disney avec Johnny Depp). Et dans le genre, je prefère par exemple ceux de Matthieu Lauffray ou même ceux de Hermann avec son fils. Là, on a un album qui ressemble globalement à un album Soleil ou Delcourt. Un comble quand l’on sait que cet éditeur fut l’un des premiers dans le genre, avec le fameux Barbe-Rouge de Messieurs Charlier et Hubinon!!!

  13. David Chinkott

    Je vois que monsieur Gibraltar est en désaccord avec moi sur un point : pour lui, il ne s’agit pas d’une histoire de travelo.
    Pour le reste, en revanche, il est complètement d’accord avec moi : l’histoire semble écrite par un enfant.
    Aucune profondeur dans les personnages, intrigue inexistante, tension factice, personnages creux, voire même ridicules (big up à Monsieur Flynn qui gagne le pompon !)
    L’histoire du travestissement couronne le tout. C’est la goutte qui fait déborder le vase.
    J’espère que monsieur Dufaux, qui est un grand scénariste, saura faire naviguer dans de meilleures eaux les deux albums suivants.
    Ce message n’est pas fait pour descendre le travail de 2 grands artistes, il est juste là pour rétablir l’équilibre . Pour dire : Non, tout le monde n’aime pas cet album. Non, tout le monde ne s’extasie pas pas devant ce semblant d’histoire. Non, les dessins sont très très loin de ceux de Monsieur Delaby.
    Et ça, contrairement à ce que racontent les critiques professionnels qui, comme cet album, m’ont déçus sur ce coup-là.
    D’où ce coup de gueule.
    Qui n’empêchera pas l’album de se vendre comme des petits pains, heureusement.

  14. David Chinkott

    Je vois que monsieur Gibraltar est en désaccord avec moi sur un point : pour lui, il ne s’agit pas d’une histoire de travelo.
    Pour le reste, en revanche, il est complètement d’accord avec moi : l’histoire semble écrite par un enfant.
    Aucune profondeur dans les personnages, intrigue inexistante, tension factice, personnages creux, voire même ridicules (big up à Monsieur Flynn qui gagne le pompon !)
    L’histoire du travestissement couronne le tout. C’est la goutte qui fait déborder le vase.
    J’espère que monsieur Dufaux, qui est un grand scénariste, saura faire naviguer dans de meilleures eaux les deux albums suivants.
    Ce message n’est pas fait pour descendre le travail de 2 grands artistes, il est juste là pour rétablir l’équilibre . Pour dire : Non, tout le monde n’aime pas cet album. Non, tout le monde ne s’extasie pas pas devant ce semblant d’histoire. Non, les dessins sont très très loin de ceux de Monsieur Delaby.
    Et ça, contrairement à ce que racontent les critiques professionnels qui, comme cet album, m’ont déçus sur ce coup-là.
    D’où ce coup de gueule.
    Qui n’empêchera pas l’album de se vendre comme des petits pains, heureusement.

  15. Silverblade

    Je parfaitement daccord avec David cette histoire est nulle.

    De la part d’un scénariste comme Dufaux qui nous avait pondut « Les Rapaces » on été en droit de s’attendre à beaucoup mieux qu’une histoire aussi fade.

    Je suis un passioné de l’histoire de la piraterie mais là une énième histoire de chasse au trésor ça devient gonflant, est ce trop demander une histoire un tant soit peut réaliste sur les pirates? Ne me dite pas que pour quelqu’un comme Dufaux c’est compliquer de faire une bonne intrigue avec un complot entre pirates, ou encore avec un pirate qui cache un térrible secret qu’un jeune mousse tente de percer, ou même un type qui devient pirate pour retrouver son frère qui à été fait esclave dans les caraibes? Même en repompant le mythe de Libertalia il aurai fait mieux cette histoire aussi ennuyeuse.

    Après des horreurs comme « Pirates des caraibes » ça aurai fait du bien une histoire qui remonte le niveau et avec le génie de Dufaux ça aurai put être possible mais il à visiblement préfèrer se reposer sur ses laureirs.

    Le seul mérite de cette BD c’est d’être une BD de Jean Dufaux c’est tout, si cette histoire serai venue d’un autre elle n’aurai pas eu le même succés.

  16. Silverblade

    Je parfaitement daccord avec David cette histoire est nulle.

    De la part d’un scénariste comme Dufaux qui nous avait pondut « Les Rapaces » on été en droit de s’attendre à beaucoup mieux qu’une histoire aussi fade.

    Je suis un passioné de l’histoire de la piraterie mais là une énième histoire de chasse au trésor ça devient gonflant, est ce trop demander une histoire un tant soit peut réaliste sur les pirates? Ne me dite pas que pour quelqu’un comme Dufaux c’est compliquer de faire une bonne intrigue avec un complot entre pirates, ou encore avec un pirate qui cache un térrible secret qu’un jeune mousse tente de percer, ou même un type qui devient pirate pour retrouver son frère qui à été fait esclave dans les caraibes? Même en repompant le mythe de Libertalia il aurai fait mieux cette histoire aussi ennuyeuse.

    Après des horreurs comme « Pirates des caraibes » ça aurai fait du bien une histoire qui remonte le niveau et avec le génie de Dufaux ça aurai put être possible mais il à visiblement préfèrer se reposer sur ses laureirs.

    Le seul mérite de cette BD c’est d’être une BD de Jean Dufaux c’est tout, si cette histoire serai venue d’un autre elle n’aurai pas eu le même succés.

Publiez un commentaire