Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | February 8, 2023















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Beaux livres pour Noël 2022 #1

15 décembre 2022 |

Vite, Noël est dans une semaine et vous avez encore quelques cadeaux à faire ? Vous pouvez toujours aller piocher des idées dans nos best of de fin d’année, mais si vous cherchez plutôt un beau livre d’images, en voici une petite sélection.

Par Rémi I. et Benjamin Roure

duo-couvDuo

Impossible de nommer tous les auteurs, illustrateurs, animateurs et auteurs de bandes dessinées présents dans cet ouvrage tant ils sont nombreux. Ce ne sont pas moins de 110 artistes formant 57 duos qui se sont attelés à la réalisation de cet ouvrage collectif et collaboratif durant plus de 10 ans. Sous la houlette de Gérald Guerlais et de Sébastien Mesnard, le projet était simple et consistait à faire circuler deux carnets à l’italienne de mains en mains, de dessinateurs à dessinateurs, au gré des rencontres. Par groupe de deux, les récipiendaires devaient alors dessiner à 4 mains sur une double page, et faire passer les carnets à leur tour à un nouveau duo. En résulte aujourd’hui cet imposant ouvrage de 160 pages. La diversité d’approches, de styles, de coups de crayons, de collaborations en fait un livre unique, riche et merveilleux dans lequel on apprécie les créations de ceux que l’on connaît et découvre le talent des autres. Un artbook unique en son genre, poétique, drôle, osé, mignon, fantastique, qui rassemble des artistes peu connus et des grands noms comme Juanjo Guarnido, Pénélope Bagieu, Aude Picault, Zep ou le regretté Kim Jung Gi. À noter que tous les bénéfices de cet ouvrage seront reversés à la fondation Epic, organisme qui œuvre auprès d’associations défendant l’enfance et l’environnement.

Collectif. Glénat, 160 p., 40 €.

manga-story-couv

Manga Story

Alors que la vague manga a durablement submergé le marché français du 9e art, il n’est peut-être pas inutile de revenir sur quelques notions fondamentales. C’est ce que réalise plutôt ben le fameux YouTubeur Le Chef Otaku avec ce gros volume centré sur le manga shônen. Dans ce très grand format, il rappelle quelques définitions importantes (le genre nekketsu) et informations contextuelles du marché japonais (les magazines de prépublication, la segmentation), avant de décrypter les grandes figures (le héros, le méchant, le père, le personnage féminin…) et les thèmes récurrents de la frange du manga la plus populaire au monde, dont Dragon Ball, One Piece, Naruto ou My Hero Academia sont les plus fameux représentants. Voilà donc un beau livre à s’offrir en famille : les jeunes fans y retrouveront de beaux visuels de leurs séries préférées, et leurs parents y découvriront un corpus intéressant et très accessible, dans une maquette magazine attrayante, pour mieux comprendre la passion de leurs enfants.

Par Le Chef Otaku. Hoëbeke, 192 p., 32 €.

la-reparation-couv

La Réparation

En cette fin d’année sont parus deux nouveaux ouvrages dans la collection « 25 images » des éditions Martin de Halleux. À la manière de Frans Masereel et de son livre 25 images de la passion d’un homme, les auteurs ont tous la même contrainte : créer un récit de 25 images noir et blanc pleines pages, sans aucun texte. Pour ce 4e opus de la collection, Nina Bunjevac (Fatherland, Bezimena…) se livre plus que jamais. Son graphisme ouvragé nourri de multiples hachures et points est d’un réalisme méticuleux et rappelle le travail d’Emil Ferris (Moi, ce que j’aime, c’est les monstres #1). L’exercice, difficile s’il en est, est parfaitement relevé, car en une poignée de pages muettes elle parvient à retranscrire un traumatisme d’enfance avec force et ravissement.

Par Nina Bunjevac. Les éditions Martin de Halleux, 32 p., 19,90 €.

BDM 2023-2024 – Trésors de la bande dessinée

bdm-couv

1680 pages, 70000 albums cotés, quelque 8000 à 10000 nouveautés ajoutées par rapport à l’édition précédente… Le BDM est de retour et ses chiffres astronomiques avec ! Mais de quoi s’agit-il, par Toutatis ? Eh bien, de la Bible du collectionneur de BD, tonnerre de Brest ! De l’Argus de l’édition originale ou du périodique oublié, by Jove ! Bref, un énorme volume au papier bible, recensant les éditions d’albums ou de magazines et leurs estimations sur le marché de la collection. Un vrai outil de travail, en somme, pour qui gère en bon comptable ses pièces rares. Impressionnant.

Les Arènes, 1680 p., 49,90 €.

Une rainette en automne

Entre l’hommage aux carnets de Hokusai et aux fables de La Fontaine, ce bel ouvrage à l’italienne se parcourt comme une promenade champêtre en bonne compagnie. Un voyage simple, rythmé par un flux de paroles et de pensées incessantes et enivrantes. Repérée avec son superbe In-humus, la Suédoise Linnea Sterte prend ici un autre chemin, une nouvelle fois très artistique et inspiré, mais aussi profondément personnel. une-rainette-en-automne-couv
Un plaisir partagé entre la poésie et le dessin animalier épuré, tendre, et la déambulation contemplative. Son travail sur la ligne et le minimalisme tranche avec sa précédente bande dessinée qui y allait de ses couleurs saturées aux inspirations puisées chez Moebius, Hayao Miyazaki ou Taiyō Matsumoto. Une nouvelle facette qui nous prouve que cette artiste nous réservera sans aucun doute d’autres surprises à l’avenir !

Par Linnea Sterte. Éditions de la Cerise, 336 p., 24 €.

Le Grand Arbre au centre du Monde

En grimpant sur l’immense arbre qui surplombe toute la campagne environnante, Sissi découvre un monde fantastique, mais également que la nature se meurt. La jeune fille se démène pour lui redonner sa forme et sa vigueur d’antan… Diplômée des Beaux-arts, son autrice Makiko Futaki a travaillé sur des films d’animation comme Space Adventure Cobra, Nausicaä de la vallée du vent ou Akira avant de devenir salariée du studio Ghibli en 1991. Entre temps, elle écrivit en 1989 ce livre illustré tout à l’aquarelle, véritable fable écologique à découvrir dès l’école primaire. Une histoire simple et accessible, dans laquelle il est question de nature, de magie et d’action. On y reconnaît la patte graphique du célèbre studio d’animation, mais aussi le message écologique qui traverse nombre de ses productions et en particulier de celle d’Hayao Miyazaki. Pas étonnant qu’elle en soit depuis devenue animatrice majeure.

Par Makiko Futaki. Ynnis 144 p., 24,90 €.

le-grand-arbre-au-centre-du-monde

Publiez un commentaire