Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 13, 2018

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Blindsprings #1

11 juillet 2018 |
SERIE
Blindsprings
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
16.95 €
DATE DE SORTIE
06/06/2018
EAN
2017044547
Achat :

Une jolie jeune femme, chevelure rousse interminable et grands yeux innocents, vit paisiblement avec les animaux et les esprits au sein d’une forêt magique. Elle-même est dotée de pouvoirs, ce qui l’empêche de ruminer sa profonde solitude. Jusqu’à ce qu’un mage académicien venu de l’extérieur ne l’extirpe plus ou moins de force de ses bois enchantés, pour lui faire découvrir la ville et un monde qu’elle a quittés il y a plus de 300 ans. Un monde où la magie se meurt…

blindsprings_imageRobinson Millenials, nouveau label BD des éditions Hachette, a décidé de publier en version papier des histoires lancées sur la plateforme numérique américaine Hiveworks Comics. Blindsprings fait partie des trois séries lancées en même temps par Robinson. Hélas, rapidement, quelque chose cloche dans son premier tome. Et cette étrange impression est inhérente au projet initial : on est bien là dans la transposition sur papier d’un webcomic, c’est-à-dire d’une BD prévue pour être lue sur écran, et par épisodes. Résultat, sur papier, certaines de ses cases trop agrandies pixelisent vilainement, d’autres (les séquences nocturnes) sont vraiment trop sombres, et le rythme du récit paraît bien trop saccadé. Dommage, car l’univers global avec ses réalités parallèles, sa magie légendaire, ses pactes effrayants et la lutte entre les tenants de la science, les esprits féériques et, entre les deux, un groupuscule de rebelles, avaient de quoi séduire. Surtout qu’il était ciblé pour les ados. Mais rien n’est assez solide ici pour véritablement intéresser sur la longueur : le scénario est bancal, les dialogues sont pauvres et surtout le dessin façon cartoon manque de variété dans les cadrages et de précision dans les expressions des visages. Fans de magical girls et autres contes féériques, vous risquez d’être fort déçus par ce projet mal ficelé, qui a pourtant levé plus de 100000 $ sur Kickstarter pour sa version US

 

Publiez un commentaire