Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 20, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

4 Comments

De beaux livres pour redécouvrir l'oeuvre de Bourgeon

28 septembre 2010 |

Alors que 12 Bis réédite les bandes dessinées de François Bourgeon, il en profite aussi pour publier d’intéressantes analyses des séries de l’auteur des Passagers du vent : Les Chantiers d’une aventure et Dans le sillage des sirènes.

Signés Michel Thiébaut, historien, docteur ès lettres et commissaire de la récente expo Bourgeon au Musée de la Marine, ces ouvrages se veulent, selon ses mots, « une relecture – la plus référencée possible – destinée à fournir au lecteur curieux quelques informations complémentaires sur la genèse de l’oeuvre ».

thiebaut_couv

Les Chantiers d’une aventure se concentre ainsi sur les cinq premiers tomes de la série phare de Bourgeon, Les Passagers du vent. S’appuyant sur des archives historiques de grande qualité (plans et maquettes de navires, aquarelles d’époque, photographiques ethnologiques…), Michel Thiébaut évoque les sources d’inspiration et la base documentaire qui ont servi à Bourgeon pour créer sa série. Il revient ainsi sur la vie en mer, les lieux traversés, les personnages et leurs fonctions également. Enfin, il se livre à une analyse humble et étayée de l’art de l’auteur, et décortiquant sa science du dialogue, son art des cadrages, sa maîtrise de la lumière… 106 pages d’un texte agréable à lire, de superbes visuels d’archives ou de cases extraites de la bande dessinée et d’une solide bibliographie. Pour parfaire le tout, un volume consacré à La Petite Fille Bois-Caïman est annoncé.

Même chose pour Dans le sillage des sirènes, qui se penche sur Les Compagnons du crépuscule, et qui accompagnera en octobre la réédition de l’intégrale de cette série moyen-âgeuse de François Bourgeon. Sur 160 pages, Michel Thiébault évoque le contexte historique (la langue utilisée par l’auteur pour ses dialogues, les costumes, les lieux…) et l’importance des mythes (du paganisme au christianisme, en passant par la tradition celte). Enfin, il se livre à une longue analyse de la série, et complète son ouvrage par un découpage des séquences du tome 3, « tenu heure par heure et jour par jour, en fonction des différentes phases de la lune, conformément au calendrier des années 1350 et 1351″ !

Bref, un must pour tous les amateurs de bande dessinée historique et les fans de François Bourgeon.

thiebaut_image____________________________

Les Chantiers d’une aventure.
Par Michel Thiébault.
12 Bis, 19 €, le 9 septembre 2010.
Achetez Les Chantiers d’une aventure sur Fnac.com
Achetez Les Chantiers d’une aventure sur Amazon.fr

Dans le sillage des sirènes.
Par Michel Thiébault.
12 Bis, 25 €, le 14 octobre 2010.
Achetez Dans le sillage des sirènes sur Fnac.com
Achetez Dans le sillage des sirènes sur Amazonfr

Les Compagnons du crépuscule – Intégrale.
Par François Bourgeon.
12 Bis, 45 €, le 14 octobre 2010.
Achetez Les Compagnons du crépuscule sur Fnac.com
Achetez Les Compagnons du crépuscule sur Amazon.fr

____________________________

Commentaires

  1. pascal

    Bourgeon a fait plus pour l’innovation ,la sophistication,la maturité, la reconnaissance et la crédibilité de la BD que les vingts derniers grands prix du festival d’Angoulême réunis.
    Faut croire qu’il en a des ennemis dans ce milieu…

  2. pascal

    Bourgeon a fait plus pour l’innovation ,la sophistication,la maturité, la reconnaissance et la crédibilité de la BD que les vingts derniers grands prix du festival d’Angoulême réunis.
    Faut croire qu’il en a des ennemis dans ce milieu…

  3. Mais non, c’est juste que Bourgeon c’est très très mauvais comme dessin, c’est le petit charme de la narration qui fait son succès, mais ça ne mérite pas d’être grand prix du festival d’Angoulême (pas plus que Wolinski d’ailleurs qui pourtant…).

  4. Mais non, c’est juste que Bourgeon c’est très très mauvais comme dessin, c’est le petit charme de la narration qui fait son succès, mais ça ne mérite pas d’être grand prix du festival d’Angoulême (pas plus que Wolinski d’ailleurs qui pourtant…).

Publiez un commentaire