Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | May 27, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Geronimo

24 avril 2017 |
SERIE
Geronimo
DESSINATEUR(S)
Jef
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
18 €
DATE DE SORTIE
15/03/2017
EAN
2369813865
Achat :

L’histoire commence en 1850 dans le nord du Mexique, lorsqu’un campement apache se fait décimer par des soldats mexicains. Goyakhla, l’homme-médecine du groupe, perd toute sa famille dans la tragédie et n’a plus qu’une idée en tête : assouvir sa vengeance et organiser la résistance. Celui qui se fait à présent appeler Geronimo (du nom de Saint-Jérôme, que ses ennemis invoquent en fuyant ses assauts), se battra sans relâche trois décennies durant, non seulement contre ses ennemis jurés, les Mexicains, mais aussi contre les « yeux clairs », qui chassent inexorablement les Amérindiens hors de leurs terres.

geronimo-image1Geronimo, symbole par excellence de la résistance des Indiens d’Amérique, n’en finit décidément pas d’inspirer les auteurs de bande dessinée (voir le récent album de Lisa Lugrin et Clément Xavier). Pour cette nouvelle biographie historique qui prend le parti de débuter par le drame à l’origine de la haine de Geronimo, on retrouve le duo Matz et Jef, qui avait déjà collaboré sur Corps et âme et Balles perdues chez Rue de Sèvres. La croisade pour la liberté de cet homme mû par sa soif de vengeance nous est racontée de façon crédible et sans fioritures. Sans lissage non plus, avec plusieurs scènes de violence assez dures, et une intensité également répercutée dans les yeux écarquillés et les expressions déformées et des personnages. Les paysages décharnés du désert mexicain prennent vie sous le pinceau particulièrement inspiré de Jef, qui brosse de magnifiques pleines pages aux couleurs flamboyantes et évocatrices.

Le récit prend fin en 1886 avec la reddition de Geronimo, et le choix a été fait de passer sous silence la « déchéance » de la légende, qui passera les vingt dernières années de sa vie comme prisonnier de guerre.

En embarquant son lecteur dans un voyage percutant, Geronimo fait office à la fois de rappel historique nécessaire et d’hommage à un peuple au destin cruel et injuste, que l’on doit se refuser d’oublier.

geronimo-image2

Publiez un commentaire