Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 25, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Jeune fille en Dior

15 novembre 2013 |
SERIE
Jeune fille en Dior
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
24.95 €
DATE DE SORTIE
31/10/2013
EAN
2205070932
Achat :

1947. Alors que l’Europe se remet à peine de la guerre, un couturier arrive fraîchement de Normandie et s’installe à côté des Champs-Elysées. Il s’appelle Christian Dior et son style fait scandale. Les années 1920 avaient – relativement – libéré les corps des femmes ? Ses robes marquent la taille et cachent les genoux. Les tickets de rationnement sont encore dans tous les esprits ? Ses modèles demandent des kilomètres de tissus luxueux.

Clara, jeune chroniqueuse au Jardin des modes, va découvrir les coulisses de l’avenue Montaigne. Le parcours de l’héroïne – plutôt fade, à vrai dire – n’est qu’un prétexte pour nous raconter les dix années fondatrices de la maison Dior. Après s’être plongée dans la mécanique de Renault, et entre deux aventures d’Edith Hardy, Annie Goetzinger poursuit son exploration des années 50-60 et dévoile les secrets des ateliers. Elle dessine avant tout un très bel hommage au couturier et aux « petites mains » qui l’entouraient.

Jeune fille en DiorDans des couleurs douces, de son trait délicat et un tantinet rétro, cette figure de la bande dessinée reproduit au pli près et en grand format les créations révolutionnaires. L’ouvrage est très bien documenté, enrichi des biographies de l’entourage élargi de Dior, et d’un glossaire de la couture. Crêpe de chine ou georgette, taffetas ou shantung de soie, on découvre ou retrouve au fil des pages les jolis mots de la mode. L’album, avec sa couverture cartonnée épaisse à la reliure toilée, reprenant les codes Dior (le gris clair, le blanc, la typographie classique, les pois) est à la hauteur du sujet. Certes, on aurait aimé une intrigue plus vive et en savoir davantage sur le mystérieux Christian Dior, qu’on suit sur une trop courte période. Mais Annie Goetzinger rappelle avec talent qu’aux origines de la bande dessinée comme du plus beau des vêtements, on trouve le coup de crayon du créateur.

Jeune fille en Dior

Publiez un commentaire