Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 30, 2022















Retour en haut de page

Haut de page

One Comment

La Couleur des choses

19 septembre 2022 |
SERIE
La Couleur des choses
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
24 €
DATE DE SORTIE
09/09/2022
EAN
2369903082
Achat :

la-couleur-des-choses_image1Simon, ado rondouillard et souffre-douleur des gamins du quartier, ne trouve guère d’apaisement à la maison, entre une mère trop protectrice et un père trop occupé à descendre des pintes au pub et à miser sur les courses de chevaux. Par un étonnant enchaînement de circonstances, Simon consulte une voyante, obtient le résultat du quinté dans l’ordre, dérobe les économies de son père, mise tout et décroche le gros lot. Sauf que, étant mineur, il ne peut retirer la somme, que son père s’est volatilisé, et que sa mère a été retrouvée tabassée et dans le coma dans l’appartement.

Ça pourrait être un polar ou un drame familial, mais ce n’est ni l’un ni l’autre : La Couleur des choses est une comédie singulière et décalée, misant tout sur son parti-pris graphique osé. Car ici, à l manière d’une infographie géante, tout ou presque est montré en vue par-dessus et les personnages sont réduits à l’état de disques de couleurs. Un système narratif et visuel audacieux, que le Suisse Martin Panchaud avait expérimenté avec succès sur une adaptation de Star Wars à savourer en ligne. Si ce choix déstabilise au premier abord, on se fait rapidement à cette narration surprenante, déroulant un scénario plutôt loufoque. Cependant, une fois la surprise passée, l’exercice de style semble tourner un peu à vide. La faute à un scénario qui s’étire en longueur et ne ménage pas assez de rebondissements détonants, et à des dialogues nombreux et poussifs. On aurait aimé que la prise de risque graphique trouve son prolongement dans une histoire moins classique, à l’humour moins convenu. Et même le système visuel peine à se renouveler, notamment avec l’échec des tentatives de figurer les émotions des personnages circulaires.

Le livre comptant plus de 200 pages, l’effet « waou » a largement le temps de s’évaporer, et le lecteur de s’ennuyer un brin. Des promesses, de l’audace, mais une réalisation perfectible.

la-couleur-des-choses_image2

Commentaires

  1. Je suis en opposition totale avec votre argumentaire. Cette BD est un petit bijoux d’innovation et sa maîtrise narrative touche au but: à savoir, inscrire des émotions à des cercles de couleurs. Je me suis totalement laissé emporter dans ce récit rocambolesque (dans le bon sens du terme) qui parvient à mêler les genres avec virtuosité (le road movie, le roman noir, la comédie, la satyre sociale).
    Renouveler l’art de la narration séquentielle avec un premier livre est un pari osé mais tenu à 100%.
    Je ne peux que conseiller ce livre !!!

Publiez un commentaire