Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

La révélation Claire Braud

14 juin 2011 |

braud_introCe fut un des premiers frissons de 2011 : Mambo, album poétique et torride, trépidant et passionné, sortait à L’Association en janvier. Comme un souffle de renouveau chez un éditeur en crise, cet ouvrage met en scène une farandole de personnages en quête d’amour, dans une atmosphère moite et surréaliste. Et autre étonnement, Mambo est un premier livre, signé Claire Braud, 29 ans. Une jeune femme pétillante et un brin fantasque, qui ressemble à ses personnages, et rencontrée dans le train en route pour les Rencontres BD d’Aix-en-Provence, il y a quelques semaines.

braud_rencontreComment est né Mambo ?
Un petit peu par hasard… J’avais rencontré l’éditeur Thomas Gabison qui m’avait demandé de lui proposer quelque chose pour Actes Sud BD. Je me suis donc lancée, mais c’était très laborieux et j’ai mis de côté mon projet… Avant d’y revenir le coeur plus léger, en improvisant totalement. C’est une méthode un peu flippante, mais j’aime travailler ainsi. Finalement, Thomas Gabison n’a pas retenu Mambo, mais Jean-Christophe Menu, à L’Association, a dit oui.

Vous n’aviez donc pas écrit de scénario ?
Non, je n’avais même quasiment aucun fil d’intrigue au départ. Je suis partie des questions qui me taraudaient à ce moment-là de ma vie et auxquelles je voulais répondre. D’ailleurs, je regrette de ne pas avoir écrit des histoires quand j’avais 18 ou 20 ans, car je me posais pas mal de questions qui auraient mérité des réponses..! braud_chatDonc, je suis partie d’un personnage, une fille qui a peur de tomber amoureuse, car elle craint de ne plus se ressembler.

Il y a aussi d’autres personnages forts dans l’album: le fonctionnaire timide, l’homme aux dents pointues, le mystérieux chauffeur de bus, la voisine et son foyer de jeunes en réinsertion…
Au départ, Bilfont, le fonctionnaire, n’était pas important. Mais quand je l’ai vu apparaître, tout seul dans la maison, il m’a touchée. Finalement beaucoup plus que mon héroïne Petula, que je ne pouvais pas encaisser. Ce sont les personnages et les dessins qui décident de l’histoire. Car si tout est écrit avant, c’est ennuyeux. Tout est dans ma tête, mais ne prend réellement vie qu’une fois esquissé sur le papier : c’est très excitant de dessiner et de se dire qu’à la case d’après, il va se passer quelque chose d’énorme !

Pourquoi ce titre, Mambo ?
Mon titre de travail était Bilfont, du nom de ce personnage qui m’avait émue par surprise. Mais je cherchais autre chose, et j’aimais bien la scène où les deux hommes dansent ensemble sur un disque de mambo… J’ai choisi ce mot car il évoque quelque chose de moite, une danse à la fois douce et violente. C’est un joli mot, un peu mystérieux.

braud_danse

C’est une bande dessinée très sensorielle…
Je cherche à rendre les sensations palpables, comme un frisson dans le dos. D’ailleurs, j’aimerais que mon prochain livre ait une odeur… Car je trouve qu’on n’utilise pas assez notre nez, alors que les senteurs jouent vraiment sur notre mental, elles nous font nous sentir vivants.

braud_voisineMambo est plus sonore.
J’adore la musique, les orchestres. Et la façon dont les personnages parlent, c’est une musique qui met le lecteur dans une certaine ambiance. J’ai d’ailleurs pris un grand plaisir à travailler sur les répliques, qui doivent bien sûr faire avancer l’histoire, mais que je voulais drôles avant tout. Si le personnage est bien à l’aise dans son attitude, sa gestuelle, ça va tout seul.

On sent dans votre livre des références au cinéma (Fellini), à la poésie (Queneau)…
Peut-être… Parfois, j’ai l’impression d’avoir une idée super originale, mais je finis par me rendre compte que c’était juste un mélange de scènes de film ou de livre, avec un moment vécu… J’ai voulu donner à Mambo un côté théâtral, grand spectacle. Notamment avec les déguisements : je les aime beaucoup car ils sont un moyen de faire des choses inhabituelles, de changer, de se nourrir des différences. Et ils expriment aussi ce que nous sommes : des êtres qui évoluent sans cesse.

braud_moustacheEn sortant des Beaux-Arts, vous avez commencé par réaliser des fllms et storyboards. Pourquoi vous orienter désormais vers la bande dessinée ?
Au cinéma, le travail d’équipe est passionnant, tout comme le fait de devoir chercher « en vrai » tout ce dont on a besoin pour créer une scène. C’est très compliqué, mais excitant. Je me suis orientée vers la BD car j’ai toujours dessiné, et que j’avais besoin de travailler en sortant de l’école. Avec la bande dessinée, on peut tout raconter, tout mélanger. J’aimerais faire des BD qui soient aussi denses que des romans.

Quels sont vos projets?
La réception positive de ce premier album, par mes proches, mais aussi par des libraires, m’a touchée et m’encourage à travailler à d’autres livres. J’ai une idée du contenu du prochain, mais sans en connaître encore les ressorts. Il sera sans doute plus réaliste… J’ai très hâte de m’y mettre !

Propos recueillis par Benjamin Roure

_______________________

bouton_nbdMambo.
Par Claire Braud.
L’Association, 15 €, janvier 2011.

Achetez Mambo sur Fnac.com
Achetez Mambo sur Amazon.fr

_______________________

Publiez un commentaire