Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | July 9, 2020















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Léna #3

28 mai 2020 |
SERIE
Le Long Voyage de Léna
ALBUM
Dans le Brasier - 3
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
15 €
DATE DE SORTIE
24/01/2020
EAN
2205084747
Achat :

Au milieu de la nature sauvage québécoise, en cet automne agréable, un immense chalet de luxe. Les deux mois prévus pour la grande conférence internationale pour le partage du « Territoire », au Moyen-Orient, sont déjà bien entamés, bien que les progrès ne soient guère au rendez-vous. Pas toujours facile pour Léna, qui joue les hôtesses de luxe pour ces messieurs les diplomates, d’occuper des journées de routine luxueuse, guindée et répétitive. Mais sous cette apparente monotonie, sa véritable mission : tâcher de démasquer la menace d’attentat qui, selon les services secrets français, plane sur la conférence.

lena-dans-le-brasier_image1Pierre Christin nous avait prévenu, Juillard et lui ne souhaitaient pas imiter d’autres séries, à parution annuelle, « dont le concept s’affaiblit au fil des albums ». Le personnage singulier, et mystérieux, de Léna (qui « échappe » en partie à ses auteurs-mêmes), a donc mis pas moins de dix ans à revenir pour ce qui est, finalement, un dernier tome. Bien qu’ils donnent dans un répertoire franco-belge très classique, au point d’être quasi identique à ce qu’on pouvait trouver (de meilleur) dans les années 80, les auteurs, et en particulier Pierre Christin (dont le travail, avec Orwell, et Est-Ouest, est resté fidèle à ce qu’on lui a connu par le passé, minutieux et original), restent des valeurs sûres.

L’intrigue de ce qui, rappelons-le, « n’est pas une bande dessinée d’espionnage », est dense et réaliste, pour un effet quasi-documentaire. Le réel de ce naturalisme d’inspiration journalistique tire d’ailleurs la couverture à lui, jusqu’à éclipser la fiction et le personnage de Léna (pourtant fort), presque réduit à de la figuration. Le jeu de la diplomatie internationale, tout à tour subtil ou grossier, souvent ennuyeux et au fond, surfait, est patiemment déroulé pour la curiosité de nos yeux de profane. Un certain suspense n’est bien sûr pas absent, mais plutôt celui d’un roman policier, que d’un thriller.

Le dessin d’André Juillard (Blake Et Mortimer, Les Sept Vies de l’Epervier…) est toujours très léché, exact, d’une délicatesse artisanale comme on n’en voit plus guère, et complété d’une couleur extrêmement élégante. On pourra lui reprocher d’être un peu emprunté (à la manière de Blake et Mortimer, justement), mais cela ne gêne pas non plus la lecture, qui reste fluide. À noter que pour l’occasion, l’éditeur a ressorti les deux premiers tomes. On relira avec plaisir l’ensemble de cette trilogie qui a fini par former au fil du temps, et avant le succès de la série télé Le Bureau des Légendes, une sorte de chronique de l’état du monde sur les vingt dernières années. Bravo aux auteurs, qui ont su tirer le rideau et terminer le « long voyage » de Léna. Avec classe.

lena-dans-le-brasier_image2

 

Publiez un commentaire