Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | April 20, 2019

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

L’Épouse yéménite

26 décembre 2018 |
SERIE
L'Épouse yéménite
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
18 €
DATE DE SORTIE
14/11/2018
EAN
2374180638
Achat :

Journaliste freelance et documentariste, l’Italienne Laura Silvia Battaglia est une amoureuse du Yémen. Elle couvre pour divers médias étrangers l’actualité yéménite depuis la capitale, Sanaa. Reconnue et multi-primée, elle livre ici sa vision du pays, loin des clichés, des préjugés et autres stéréotypes.

lepouse_yemenite_image1Le livre s’ouvre sur un mariage : chacun de leur côté, les hommes et les femmes passent trois jours à festoyer. Puis c’est l’institut des études moyen-orientales qui fait vibrer notre reporter, avant la rencontre avec un des Cheiks yéménites les plus respectés. Bien sûr, l’auteure aborde les thèmes qui fâchent : femmes « voilées » dans l’espace public, drame des drones dont les yéménites sont victimes, terrorisme, enlèvements des étrangers…

Au terme de la lecture de ce court ouvrage, l’impression reste mitigée. La bonne foi et le professionnalisme de Laura Battaglia sont évidents. Elle cherche à tout prix à éviter la lecture européo-centrée du pays, et c’est plutôt réussi. Les touches d’humour ne nuisent pas à l’ensemble, bien au contraire. On reste plus circonspect devant le graphisme façon « figurine pop » de Paola Cannatella, et l’absence de choix entre le noir et blanc et la couleur, regrettable. Autre gêne, celle occasionnée par cette « yéméno-phorie » qui, finalement, apparaît comme presque aussi néfaste qu’un propos « yéméno-pessimiste ». À trop vouloir défendre certaines idées, on finit par en épouser la cause, au-delà du raisonnable. Ainsi on peut trouver un peu trop léger le discours sur la radicalisation de certains Yéménites. N’a-t-elle pas déplacé le curseur du rééquilibrage trop loin ?

Au moment où la BD sortait, le Yémen connaissait une crise alimentaire majeure, traduction que si le positif existe dans ce pays, les freins au développement sont encore très présents, n’en déplaise à l’auteure.

lepouse_yemenite_image2

Publiez un commentaire