Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

LES + DU BLOG : FRANCO-BELGE ET MANGA

25 septembre 2006 |


Y A COMME UN LOUP…

-Bonjour, je viens de lire une BD avec des loups ! dit le lecteur de franco-belge.
-Bonjour, c’est drôle, moi aussi, répondit le lecteur de mangas.
-C’était bien ! Au début du Temps des loups, il y a une phrase tirée de L’Appel de la forêt, un livre de Jack London. Et bien, ce livre je l’ai lu l’année dernière, dit le lecteur de franco-belge.
-C’est amusant, sur le rabat de L’Homme de la Toundra, il est marqué que les nouvelles qui composent mon album sont un hommage à l’œuvre de Jack London ! répondit le lecteur de mangas.
-J’ai adoré quand les loups apparaissent sur la colline. On les voit dans sept cases. Il y en a même une grande où un loup court au fond. C’est beau les loups, dit le lecteur de franco-belge.
-Dans mon manga, il y a des tas de loups qui courent, qui sautent, qui mordent. Ils ont de ces dents ! Ça fiche presque la trouille. On comprend que les hommes aient peur, répondit le lecteur de mangas.
-Dans les Pyrénées, les hommes sont méchants. On veut remettre des loups pour que ce soit comme avant et j’ai vu à la télé que des chasseurs viennent d’en tuer deux. C’est pas bien ! dit le lecteur de franco-belge.
-Non, c’est pas bien, mais en voyant les dents des loups dans L’Homme de la toundra, je n’avais pas envie d’être un homme sans arme ou un mouton. Ta BD montre les loups des Pyrénées ? demanda le lecteur de mangas.
-Je ne sais pas. Ça se passe dans le futur, les villes sont tristes, il y a une très belle image de ville morte sous la neige en première page. C’est une photo. Et les hommes n’ont presque plus d’essence, sauf les très très riches. Alors les gens vivent à beaucoup dans des fermes à la campagne. Mon père dit que ces pages lui rappelle furieusement un truc qu’il appelle l’arme-à-litre d’un certain Crespin, j’ai pas bien compris, dit le lecteur de franco-belge.

Dans Le Temps des loups, la scène du loup qui court.
-Dans mon manga, des hommes sont traqués par les loups. Ceux-ci envoient une louve séduire et attirer les chiens de traîneaux loin du feu des hommes. Ensuite la meute les déchire, les dévore. Je crois que l’auteur veut nous faire comprendre que les loups ont leur personnalité, leurs règles et le droit de vivre, dit le lecteur de mangas.
-Dans ma BD, en fait, c’est pas si simple. Je crois que les loups sont des hommes, ou que des hommes sont des loups ou des demi-loups, j’ai pas encore bien compris. C’est que le premier tome ! On voit aussi un rapace qui vole sur trois images. C’est beau, dit le lecteur de franco-belge.
-J’ai pas de rapaces dans mon manga. À part les loups et les chiens, en pagaille, il y a un ours gigantesque. Sa bataille avec un homme dure huit pages. C’est sauvage et génial. Il y a aussi une immense baleine qui va mourir, alors un homme la suit sous l’eau le plus profond possible. Quand il remonte il pleure. C’est fou ce que l’auteur peut mettre comme personnages et comme animaux par case, dit le lecteur de mangas.
-Moi c’est plus simple. L’auteur laisse souvent le fond vide quand parlent les personnages, comme ça on est pas distrait, on comprend bien ce qu’ils veulent dire. Mais attention, toutes les deux trois pages il y a une grande scène de paysage ou d’habitation. Dis, tu me prêteras ton livre ? dit le lecteur de BD franco-belge ?
-Bien sûr, répondit le lecteur de manga.


L’attaque des loups dans L’Homme de la Toundra.

L’Homme de la Toundra, de Jirô Tanikguchi (Casterman, 245 planches, noir et blanc, 10,95 euros).
Le Temps des loups #1 : Damonte, de Christophe Bec (Les Humanoïdes Associés, 46 planches couleurs, 12,90 euros).

Publiez un commentaire