Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

Miss Annie **

22 juin 2010 |

pasmalmiss_annie_couvPar Flore Balthazar et Frank Le Gall. Dupuis, 13,50€, le 18 juin 2010.

Elle est bien mignonne, cette Miss Annie. L’héroïne de cet album est un chaton femelle de quelques mois, avide de découvrir le monde. Dans la maison où il vit, l’animal est d’abord obligé de se plier à la volonté de ses maîtres et de rester enfermé – avec bêtises à la clé. Avant d’avoir enfin l’autorisation de sortir dehors…

miss_annie_1Narrée par la petite chatte, cette histoire navre d’abord par sa niaiserie. Miss Annie vit avec Sonpapa, Dadame (les parents du foyer) et leur fille Sarah, se lie d’amitié avec une souris, et explore les toits en compagnie d’un matou philosophe et d’une minette coquette. Voilà qui évoque le dessin animé La Belle et le clochard, mais en moins touchant et drôle. Et l’on se demande ce que Frank Le Gall (Théodore Poussin) est allé faire dans cette galère, en endossant le rôle du scénariste.

En poussant la lecture, on finit toutefois par se laisser charmer par ce qui devient une agréable naïveté. Parfois maladroit, le trait de Flore Balthazar colle bien à ce récit d’apprentissage. On regrette toutefois une vision bien mièvre de la vie de chat, loin de la fantaisie piquante du roman L’Enfant-chat de Béatrix Beck par exemple. A réserver aux enfants et aux amoureux des félins.

miss_annie_2

Achetez Miss Annie sur Amazon.fr

Commentaires

  1. frank le gall

    pauvre laurence (vous ne vous attendiez tout de même pas à du « chère laurence » ??), votre lecture de mon travail est si pauvre qu’il me fait peine. vous n’avez vraiment pas compris qu’au début, miss annie n’a pour univers que « sonpapa » et « dadame », et, qu’en tant que chaton, elle ne voit guère plus loin que ça ? vous non plus, d’ailleurs. ce type de récit s’appelle une « quête initiatique », et même si je reconnais volontiers qu’homère était plus doué que moi dans ce domaine, c’en est une. le fait qu’on passe assez rapidement à la philosophie de zénon et à la bhagavad-gitâ ne vous a pas interpellée, non ? vous avez lu la gitâ ? j’en doute. vous étiez sûrement plongée dans « le journal d’un ingénu », à ce moment-là. je ne remets pas en cause le fait d’être critiqué, je doute juste des gens qui n’ont que « QRN sur bretzelburg » pour toutes lettres. comment pouvez-vous écrire « que vient faire le gall dans cette galère » ?? pauvre petite : cette galère, je l’ai bâtie de mes mains, avec mes planches et mes clous.
    comment pouvez-vous confondre vos goûts personnels avec une critique digne de ce nom ? « miss annie » n’est pas « la belle et le clochard » en moins bien. mon principal problème, sur ce scénario, a été de ne pas refaire ce que les scénaristes géniaux de disney avaient déjà fait.
    quant à votre « enfant-chat » de beatrix beck… pour moi, tout blueberry n’arrive pas à la cheville de « la prisonnière du désert » de john ford. et alors ? cessez de comparer les esquimaux glacés et le magret de canard, voulez-vous ? je ne vous salue pas, vous avez gâché ma journée par votre incompétence et votre niaiserie navrante. frank le gall.
    p. s : je vous engage vivement à lire le texte de maupassant sur le bien-fondé de la critique… mais il n’y a pas d’image, désolé.

  2. frank le gall

    pauvre laurence (vous ne vous attendiez tout de même pas à du « chère laurence » ??), votre lecture de mon travail est si pauvre qu’il me fait peine. vous n’avez vraiment pas compris qu’au début, miss annie n’a pour univers que « sonpapa » et « dadame », et, qu’en tant que chaton, elle ne voit guère plus loin que ça ? vous non plus, d’ailleurs. ce type de récit s’appelle une « quête initiatique », et même si je reconnais volontiers qu’homère était plus doué que moi dans ce domaine, c’en est une. le fait qu’on passe assez rapidement à la philosophie de zénon et à la bhagavad-gitâ ne vous a pas interpellée, non ? vous avez lu la gitâ ? j’en doute. vous étiez sûrement plongée dans « le journal d’un ingénu », à ce moment-là. je ne remets pas en cause le fait d’être critiqué, je doute juste des gens qui n’ont que « QRN sur bretzelburg » pour toutes lettres. comment pouvez-vous écrire « que vient faire le gall dans cette galère » ?? pauvre petite : cette galère, je l’ai bâtie de mes mains, avec mes planches et mes clous.
    comment pouvez-vous confondre vos goûts personnels avec une critique digne de ce nom ? « miss annie » n’est pas « la belle et le clochard » en moins bien. mon principal problème, sur ce scénario, a été de ne pas refaire ce que les scénaristes géniaux de disney avaient déjà fait.
    quant à votre « enfant-chat » de beatrix beck… pour moi, tout blueberry n’arrive pas à la cheville de « la prisonnière du désert » de john ford. et alors ? cessez de comparer les esquimaux glacés et le magret de canard, voulez-vous ? je ne vous salue pas, vous avez gâché ma journée par votre incompétence et votre niaiserie navrante. frank le gall.
    p. s : je vous engage vivement à lire le texte de maupassant sur le bien-fondé de la critique… mais il n’y a pas d’image, désolé.

  3. Je regrette, cher Frank, que ma collègue Laurence ait gâché votre journée (il ne faut pas, ce n’est qu’une critique parmi d’autres). Mais, hélas, j’abonde sans son sens, sur la question de la mièvrerie et du peu d’horizon scénaristique offert par cette « quête initiatique ». Je trouve les points soulevés par Laurence tout à fait justes (et nous ne sommes pas d’accord sur tous les livres, je peux vous l’assurer) et son article bien argumenté. Je crois que si j’avais moi-même rédigé la critique, elle aurait été bien plus directe et saignante…

    Je pense surtout que c’est notre amour de votre série « Théodore Poussin » qui a engendré cette vraie déception face ce nouvel album. Mais vous avez raison, ne comparons pas ce qui ne doit pas être comparé.

    Cordialement

  4. Je regrette, cher Frank, que ma collègue Laurence ait gâché votre journée (il ne faut pas, ce n’est qu’une critique parmi d’autres). Mais, hélas, j’abonde sans son sens, sur la question de la mièvrerie et du peu d’horizon scénaristique offert par cette « quête initiatique ». Je trouve les points soulevés par Laurence tout à fait justes (et nous ne sommes pas d’accord sur tous les livres, je peux vous l’assurer) et son article bien argumenté. Je crois que si j’avais moi-même rédigé la critique, elle aurait été bien plus directe et saignante…

    Je pense surtout que c’est notre amour de votre série « Théodore Poussin » qui a engendré cette vraie déception face ce nouvel album. Mais vous avez raison, ne comparons pas ce qui ne doit pas être comparé.

    Cordialement

  5. Fabrice

    De plus Flore Balthazar ne doit sa publication qu’au fait qu’elle soit la compagne de Frank Le Gall, sinon nous n’en aurions jamais entendu parler puisque son niveau graphique (ne parlons pas du narratif puisqu’elle n’a pas ici écrit le scénario) est au niveau le plus bas du blog amateur. Ni amusant, ni chaleureux, ni personnel (car finalement que du sous Le Gall), Mlle Balthazar occupait déja indûment nombre de pages dans Spirou par la seule qualité de son partenariat d’un auteur maison bien vu, la voilà avec un album qui finalement ne met que plus en exergue la vacuité de son travail.

  6. Fabrice

    De plus Flore Balthazar ne doit sa publication qu’au fait qu’elle soit la compagne de Frank Le Gall, sinon nous n’en aurions jamais entendu parler puisque son niveau graphique (ne parlons pas du narratif puisqu’elle n’a pas ici écrit le scénario) est au niveau le plus bas du blog amateur. Ni amusant, ni chaleureux, ni personnel (car finalement que du sous Le Gall), Mlle Balthazar occupait déja indûment nombre de pages dans Spirou par la seule qualité de son partenariat d’un auteur maison bien vu, la voilà avec un album qui finalement ne met que plus en exergue la vacuité de son travail.

  7. flore balthazar

    Monsieur Fabrice,

    Je n’ai pas l’habitude de répondre au flot ridicule de critiques qui polluent le net -largement plus que mes pages ne polluent Spirou, d’ailleurs.
    Si vous croyez que les éditions Dupuis perdent leur temps et leur argent à faire plaisir aux copines des « auteurs bien vus « , vous avez une singulière vision de ce métier. C’est ordinairement plutôt un handicap.
    Quant à faire du sous-Le Gall, il est amusant de constater que seuls les gens qui savent que je vis avec Frank en arrivent à penser cela de mon travail… J’ai d’abord été publiée par des gens qui ne connaissaient rien de ma vie privée et cet aspect de mon graphisme qui vous semble tellement énorme ne les a même pas effleurés -et pour cause.
    Vous êtes parfaitement en droit de ne pas aimer mon dessin, mais si vos seuls arguments se basent sur mes fréquentations personnelles, permettez-moi de trouver cela un peu court.

  8. flore balthazar

    Monsieur Fabrice,

    Je n’ai pas l’habitude de répondre au flot ridicule de critiques qui polluent le net -largement plus que mes pages ne polluent Spirou, d’ailleurs.
    Si vous croyez que les éditions Dupuis perdent leur temps et leur argent à faire plaisir aux copines des « auteurs bien vus « , vous avez une singulière vision de ce métier. C’est ordinairement plutôt un handicap.
    Quant à faire du sous-Le Gall, il est amusant de constater que seuls les gens qui savent que je vis avec Frank en arrivent à penser cela de mon travail… J’ai d’abord été publiée par des gens qui ne connaissaient rien de ma vie privée et cet aspect de mon graphisme qui vous semble tellement énorme ne les a même pas effleurés -et pour cause.
    Vous êtes parfaitement en droit de ne pas aimer mon dessin, mais si vos seuls arguments se basent sur mes fréquentations personnelles, permettez-moi de trouver cela un peu court.

  9. julien

    pauvre le gall (vous permettez que je vous appelle pauvre le gall?) vous citez maupassant, pauvre le gall et bien saviez-vous que celui-ci connaissait bien les difficultés de la critique vu qu’il était critique d’art,
    lui et pas vous pauvre le gall, et qu’il a écrit celà: »L’écrivain est et doit rester seul maître, seul juge de ce qu’il se sent capable d’écrire. Mais il appartient aux critiques, aux confrères, au public,
    d’apprécier s’il a accompli bien ou mal l’œuvre qu’il s’était imposée ». à propos de critique vous auriez peut-être mieux fait de dégainer le vôtre de sens critique quand vous avez « recruté » la dessinatrice de cet album qui fait débat comme on dit. le style de dessin est vraiment amateur au point que ça en
    est gênant. et encore je dis vraiment amateur par galanterie parce qu’il s’agit d’une personne du sexe féminin qui a commis ces scrabougnats niveau jardin d’enfant. ça serait un homme j’aurais dit « miss annie le dessin je trouve que c’est vraiment une grosse daube ». dans l’ensemble je peux cosigner chaque mot de cet article de la toute charmante laurence le saux à qui j’adresse une bise affectueuse car je suis raccord avec elle à 100 pour 100. total respect, c’est rare qu’un article exprime aussi bien ce que j’ai pensé à la lecture d’un album. de quel droit prétendez-vous dicter son article à une journaliste professionnelle qui fait son métier avec retenue et nuance juste parce qu’elle n’est pas en train de vous cirer les pompes?ça ne vous interpelle pas plus que ça que les lecteurs aient commencés en nombre à revendre votre album à 7 euro 90 dès le lendemain même de sa sortie. pourquoi ne pas le reconnaitre cet album ne fait pas l’unanimité. vous allez me dire que je vous ai mal lu pauvre le gall, ah certes
    quelle impudence d’avoir une opinion en désaccord avec vous vu que moi non plus je n’ai pas lu le
    bagdad de chicha. qu’est-ce que vous en avez à battre de ce que je pense. après tout je ne suis qu’un galeux de lecteur qui a lu tous vos albums, un cochon de payant, qu’il consomme et qu’il la ferme. on se
    demande bien d’où il aurait le culot d’avoir un avis. non c’est vrai suis-je bête. si les lecteurs et les critiques ont un avis ça devient port-nawak la bédé.

  10. julien

    pauvre le gall (vous permettez que je vous appelle pauvre le gall?) vous citez maupassant, pauvre le gall et bien saviez-vous que celui-ci connaissait bien les difficultés de la critique vu qu’il était critique d’art,
    lui et pas vous pauvre le gall, et qu’il a écrit celà: »L’écrivain est et doit rester seul maître, seul juge de ce qu’il se sent capable d’écrire. Mais il appartient aux critiques, aux confrères, au public,
    d’apprécier s’il a accompli bien ou mal l’œuvre qu’il s’était imposée ». à propos de critique vous auriez peut-être mieux fait de dégainer le vôtre de sens critique quand vous avez « recruté » la dessinatrice de cet album qui fait débat comme on dit. le style de dessin est vraiment amateur au point que ça en
    est gênant. et encore je dis vraiment amateur par galanterie parce qu’il s’agit d’une personne du sexe féminin qui a commis ces scrabougnats niveau jardin d’enfant. ça serait un homme j’aurais dit « miss annie le dessin je trouve que c’est vraiment une grosse daube ». dans l’ensemble je peux cosigner chaque mot de cet article de la toute charmante laurence le saux à qui j’adresse une bise affectueuse car je suis raccord avec elle à 100 pour 100. total respect, c’est rare qu’un article exprime aussi bien ce que j’ai pensé à la lecture d’un album. de quel droit prétendez-vous dicter son article à une journaliste professionnelle qui fait son métier avec retenue et nuance juste parce qu’elle n’est pas en train de vous cirer les pompes?ça ne vous interpelle pas plus que ça que les lecteurs aient commencés en nombre à revendre votre album à 7 euro 90 dès le lendemain même de sa sortie. pourquoi ne pas le reconnaitre cet album ne fait pas l’unanimité. vous allez me dire que je vous ai mal lu pauvre le gall, ah certes
    quelle impudence d’avoir une opinion en désaccord avec vous vu que moi non plus je n’ai pas lu le
    bagdad de chicha. qu’est-ce que vous en avez à battre de ce que je pense. après tout je ne suis qu’un galeux de lecteur qui a lu tous vos albums, un cochon de payant, qu’il consomme et qu’il la ferme. on se
    demande bien d’où il aurait le culot d’avoir un avis. non c’est vrai suis-je bête. si les lecteurs et les critiques ont un avis ça devient port-nawak la bédé.

  11. Laureline

    Si la dessinatrice est la copine du scénariste je comprends mieux comment Frank Le Gall (dont j’adorais le Théodore Poussin quand il faisait de la bédé il y a une vingtaine d’années) a pu se fourvoyer dans de telles mièvreries. Mais l’amour ne devrait pas chatrer le sens critique, car cette entreprise est objectivement catastrophique, Flore Balthazar semble avoir une très haute opinion d’elle-même, mais il faudra qu’elle se rende à l’évidence: elle est vraiment très mauvaise.

  12. Laureline

    Si la dessinatrice est la copine du scénariste je comprends mieux comment Frank Le Gall (dont j’adorais le Théodore Poussin quand il faisait de la bédé il y a une vingtaine d’années) a pu se fourvoyer dans de telles mièvreries. Mais l’amour ne devrait pas chatrer le sens critique, car cette entreprise est objectivement catastrophique, Flore Balthazar semble avoir une très haute opinion d’elle-même, mais il faudra qu’elle se rende à l’évidence: elle est vraiment très mauvaise.

  13. Juste une précision: les commentaires (bons ou mauvais) sur l’album sont ici les bienvenus; ceux sur la vie personnelle des auteurs, non.

  14. Juste une précision: les commentaires (bons ou mauvais) sur l’album sont ici les bienvenus; ceux sur la vie personnelle des auteurs, non.

  15. Laureline

    Oui mais c’est lié là, si cet album très mauvais sort, c’est juste parce que c’est la copine de Le Gall, et c’est elle-même qui est venue le dire, c’est pas très personnel alors.

  16. Laureline

    Oui mais c’est lié là, si cet album très mauvais sort, c’est juste parce que c’est la copine de Le Gall, et c’est elle-même qui est venue le dire, c’est pas très personnel alors.

  17. Oliv'

    @ Laureline : Non ce n’est pas Flore Balthazar qui est venue parler de sa vie privée, elle ne faisait que répondre à Fabrice qui insinuait qu’elle était publiée que parce qu’elle était la compagne de Franck Le Gall.

  18. Oliv'

    @ Laureline : Non ce n’est pas Flore Balthazar qui est venue parler de sa vie privée, elle ne faisait que répondre à Fabrice qui insinuait qu’elle était publiée que parce qu’elle était la compagne de Franck Le Gall.

  19. flore balthazar

    Merci, Oliv’.
    Je précise également à toutes fins utiles que, non, ce n’est pas en sortant avec un soi-disant « auteur bien vu » qu’on est publié – encore une fois c’est même plutôt un handicap dans bien des cas, puisque malgré cinquante ans de féminisme, on est vite considérée comme une simple extension femelle de son compagnon. La preuve. Donc, pour celles que ça tenterait, gardez votre énergie à autre chose.
    Sur ce, don’t feed the troll.
    Nous, on a bossé pour faire un beau bouquin, s’il vous plaît tant mieux, sinon, ben c’est pas grave y a plein d’autres choses à lire, en fait. Om shanti.

  20. flore balthazar

    Merci, Oliv’.
    Je précise également à toutes fins utiles que, non, ce n’est pas en sortant avec un soi-disant « auteur bien vu » qu’on est publié – encore une fois c’est même plutôt un handicap dans bien des cas, puisque malgré cinquante ans de féminisme, on est vite considérée comme une simple extension femelle de son compagnon. La preuve. Donc, pour celles que ça tenterait, gardez votre énergie à autre chose.
    Sur ce, don’t feed the troll.
    Nous, on a bossé pour faire un beau bouquin, s’il vous plaît tant mieux, sinon, ben c’est pas grave y a plein d’autres choses à lire, en fait. Om shanti.

  21. roger

    On a quand même jamais vu des auteurs répondre avec tant d’agressivité et de mépris à une journaliste qui formule des critiques fondées voire un peu trop gentille. Si vous faites une recherche sur cette dame Balthazar vous vous apercevez que son seul autre titre de gloire c’est d’avoir été publier dans des petits journaux africains du Groupe Bayard où officie…Dominique Thomas qu’on connait bien puisque c’est la coloriste atitrée et l’ex femme de…Legall. Vous avez dit népotisme? C’est clair pour tout le monde que Balthazar n’a jamais été engagée sur ses qualités graphiques qui sont inexistantes et ce qu’a dit Fabrice n’est pas une remarque sur sa vie privée qui n’a aucun intérêt mais en réalité sur l’effet de son embauche pour assurer le graphisme de cet album qui est raté. Il y a quelques années quand Munuera s’est fait incendié sur un forum de BDgest à propos de sa reprise de Spirou il a répondu avec une telle humillité, gentillesse et bonne volonté qu’il a désarmé tous ses critiques. Si Legall ou Balthazar avait fait pareil ils n’auraient pas provoqué une réaction si forte en retour mais on a pu constater qu’ils sont bien trop prétentieux pour accepter des critiques. Et maintenant avec vos conneries je ne vais jamais réussir à revendre cet album tout pourri. C’est malin!

  22. roger

    On a quand même jamais vu des auteurs répondre avec tant d’agressivité et de mépris à une journaliste qui formule des critiques fondées voire un peu trop gentille. Si vous faites une recherche sur cette dame Balthazar vous vous apercevez que son seul autre titre de gloire c’est d’avoir été publier dans des petits journaux africains du Groupe Bayard où officie…Dominique Thomas qu’on connait bien puisque c’est la coloriste atitrée et l’ex femme de…Legall. Vous avez dit népotisme? C’est clair pour tout le monde que Balthazar n’a jamais été engagée sur ses qualités graphiques qui sont inexistantes et ce qu’a dit Fabrice n’est pas une remarque sur sa vie privée qui n’a aucun intérêt mais en réalité sur l’effet de son embauche pour assurer le graphisme de cet album qui est raté. Il y a quelques années quand Munuera s’est fait incendié sur un forum de BDgest à propos de sa reprise de Spirou il a répondu avec une telle humillité, gentillesse et bonne volonté qu’il a désarmé tous ses critiques. Si Legall ou Balthazar avait fait pareil ils n’auraient pas provoqué une réaction si forte en retour mais on a pu constater qu’ils sont bien trop prétentieux pour accepter des critiques. Et maintenant avec vos conneries je ne vais jamais réussir à revendre cet album tout pourri. C’est malin!

  23. frank le gall

    Ce commentaire contenant des insultes et invectives, il a été modéré (les passages injurieux ont été remplacés par des points de suspension).
    O.K. maintenant que yoko s’est exprimée, je vais vous dire plus clairement le fond de la pensée de john-qui-faisait-théodore-poussin-il-y-a-vingt-ans-et-qui-cite-maupassant-sans-l’avoir-lu : (…). non, pauvre julien, je ne vous autorise pas à m’appeler « pauvre le gall » (je voudrais vous voir esquisser le tiers de ça devant moi, (….)). non, je ne considère pas le public comme un tas de crétins. je faisais ce métier avec passion et ambition quand vous en étire encore à regarder sous les jupes de vos copines d’école. non, je ne reconnais pas le talent de mademoiselle laurence le seau quand elle écrit dans le court salmigondis que vous nommez un article d’auteur que notre livre est navrant de niaiserie et qu’en conséquence, dix lignes plus bas, on peut le conseiller aux enfants ! qui est cynique, ici ? pour tout vous dire, vous maniez tous la plume comme moi la charrue, et vos lignes sont toutes de travers. votre galanterie, julien, face au sexe féminin, date du XIXe siècle et révèle à quel point vous êtes un goujat de bas-étage.
    je vous ai tout dit, je n’ajouterai plus un mot. un dernier, cependant : vous trouvez gratuit, julien, laureline ou les autres, d’insulter des auteurs. vous nous croyez blindés. vous supposez peut-être que nous lisons vos inepties devant notre piscine, en riant de votre niaiserie parce que vous avez acheté notre livre ? vous vous trompez lourdement ! vos propos nous heurtent et nous font mal, par leur méchanceté et leur agressivité. je vous ai fait quoi, julien, à part commettre des livres qui ne vous plaisent pas ? cela dit, ne vous présentez jamais devant moi, il pourrait y avoir (…).
    ici, c’est tout. vous n’aurez plus un mot de nous pour alimenter vos cancans. et je regrette bien d’avoir commencé à vous écrire, croyez-moi ! car, avec vous, plus on tente de s’expliquer, et plus vous vous comportez comme une meute de clébards affamés à qui on a jeté un os à ronger.
    (…).
    je vous engage tous à relire vos insanités et à faire la part de la haine qui vous a dirigés aveuglément. vous ne diriez pas le tiers de ça à quiconque se trouvant en face de vous.
    venez nous parler de votre amour de la bande dessinée, après ça. nous, nous en vivons – certains amis en sont morts. vous, vous ne faites que dégueuler de la salive dessus.
    adieu.
    ah, si vous voulez revendre tous mes livres à 7,90 euros, je vous en saurais gré.
    flg.

  24. frank le gall

    Ce commentaire contenant des insultes et invectives, il a été modéré (les passages injurieux ont été remplacés par des points de suspension).
    O.K. maintenant que yoko s’est exprimée, je vais vous dire plus clairement le fond de la pensée de john-qui-faisait-théodore-poussin-il-y-a-vingt-ans-et-qui-cite-maupassant-sans-l’avoir-lu : (…). non, pauvre julien, je ne vous autorise pas à m’appeler « pauvre le gall » (je voudrais vous voir esquisser le tiers de ça devant moi, (….)). non, je ne considère pas le public comme un tas de crétins. je faisais ce métier avec passion et ambition quand vous en étire encore à regarder sous les jupes de vos copines d’école. non, je ne reconnais pas le talent de mademoiselle laurence le seau quand elle écrit dans le court salmigondis que vous nommez un article d’auteur que notre livre est navrant de niaiserie et qu’en conséquence, dix lignes plus bas, on peut le conseiller aux enfants ! qui est cynique, ici ? pour tout vous dire, vous maniez tous la plume comme moi la charrue, et vos lignes sont toutes de travers. votre galanterie, julien, face au sexe féminin, date du XIXe siècle et révèle à quel point vous êtes un goujat de bas-étage.
    je vous ai tout dit, je n’ajouterai plus un mot. un dernier, cependant : vous trouvez gratuit, julien, laureline ou les autres, d’insulter des auteurs. vous nous croyez blindés. vous supposez peut-être que nous lisons vos inepties devant notre piscine, en riant de votre niaiserie parce que vous avez acheté notre livre ? vous vous trompez lourdement ! vos propos nous heurtent et nous font mal, par leur méchanceté et leur agressivité. je vous ai fait quoi, julien, à part commettre des livres qui ne vous plaisent pas ? cela dit, ne vous présentez jamais devant moi, il pourrait y avoir (…).
    ici, c’est tout. vous n’aurez plus un mot de nous pour alimenter vos cancans. et je regrette bien d’avoir commencé à vous écrire, croyez-moi ! car, avec vous, plus on tente de s’expliquer, et plus vous vous comportez comme une meute de clébards affamés à qui on a jeté un os à ronger.
    (…).
    je vous engage tous à relire vos insanités et à faire la part de la haine qui vous a dirigés aveuglément. vous ne diriez pas le tiers de ça à quiconque se trouvant en face de vous.
    venez nous parler de votre amour de la bande dessinée, après ça. nous, nous en vivons – certains amis en sont morts. vous, vous ne faites que dégueuler de la salive dessus.
    adieu.
    ah, si vous voulez revendre tous mes livres à 7,90 euros, je vous en saurais gré.
    flg.

  25. Nick Tyler

    chers défenseurs des critiques, chers journalistes professionnels, chers amis,
    il se trouve que je suis amateur du travail de Frank le Gall depuis des temps que ; sauf le respect que je lui dois ; je puis qualifier d’immémoriaux. J’ai donc suivi avec intérêt ce qu’il a produit depuis ses jeunes années, tant en qualité de dessinateur qu’en qualité de scénariste, domaine dans lequel il excelle aussi, explorant avec bonheur quelques univers différents et bien délirants.
    Pour ma part, j’ai vraiment apprécié ce bon petit livre qu’est Miss Annie, dans la vision très juste qu’il montre de la vie d’un chaton femelle et de sa découverte du Dehors. L’aspect initiatique de ces aventures n’échappe à personne, c’en est heureux. Pour les raisons qui précèdent, afin de ne pas m’égarer dans une attiude de fan de base, j’ai négligemment laissé trainer le livre sur un canapé à la maison. Le temps que quelques amis s’en emparent et le dévorent, telle Miss Annie ses croquettes. Bon, alors, certes, ils ne ne l’ont pas payé et du coup pas revendu. Au contraire, ils ont trouvé tout cela très frais et bien vu. Ce qui rejoignait mon modeste avis.
    Si Mlle Le Saux en tant que prescripteur destine ce livre aux enfants et aux amoureux des chats et que ceux-ci y trouvent leur compte, ne doutons pas que M. Le Gall et donc sa compagne Mlle Balthazar écumeront les sept mers à bord d’un yacht de luxe avant peu.

    Il m’est rare de prendre ainsi position, à la suite d’une critique publiée, mais il ne me semblait pas inopportun de le faire, compte tenu de la nature des propos qui ont suivi. Sous-entendre (?) que Mlle Balthazar ne doit qu’à sa relation avec Frank le Gall sa publication dans Spirou d’une part et la réalisation de son premier album chez Dupuis d’autre part est non seulement une incursion malvenue dans la vie privée des gens mais aussi une insulte à l’intelligence des éditeurs de Marcinelle. Je doute que s’ils avaient simplement voulu faire plaisir à Frank le Gall, ils auraient pris la peine de sortir un tirage De Luxe. Je pense qu’ils croyaient vraiment à ce livre. Imaginez-vous que, vu les temps difficiles pour les éditeurs, ils auraient dilapidé leurs économies dans une niaiserie ?

    D’un autre côté, ce type de critique me rappelle les jugements à l’emporte-pièce que rendait le mythique et multicéphale Joe Staline dans Métal Hurlant. Mais, c’était Métal, un autre journal, une autre époque, sans doute. Quant aux commentaires qui accompagnent ce texte, oui, nul doute, là aussi, c’est une autre époque…

  26. Nick Tyler

    chers défenseurs des critiques, chers journalistes professionnels, chers amis,
    il se trouve que je suis amateur du travail de Frank le Gall depuis des temps que ; sauf le respect que je lui dois ; je puis qualifier d’immémoriaux. J’ai donc suivi avec intérêt ce qu’il a produit depuis ses jeunes années, tant en qualité de dessinateur qu’en qualité de scénariste, domaine dans lequel il excelle aussi, explorant avec bonheur quelques univers différents et bien délirants.
    Pour ma part, j’ai vraiment apprécié ce bon petit livre qu’est Miss Annie, dans la vision très juste qu’il montre de la vie d’un chaton femelle et de sa découverte du Dehors. L’aspect initiatique de ces aventures n’échappe à personne, c’en est heureux. Pour les raisons qui précèdent, afin de ne pas m’égarer dans une attiude de fan de base, j’ai négligemment laissé trainer le livre sur un canapé à la maison. Le temps que quelques amis s’en emparent et le dévorent, telle Miss Annie ses croquettes. Bon, alors, certes, ils ne ne l’ont pas payé et du coup pas revendu. Au contraire, ils ont trouvé tout cela très frais et bien vu. Ce qui rejoignait mon modeste avis.
    Si Mlle Le Saux en tant que prescripteur destine ce livre aux enfants et aux amoureux des chats et que ceux-ci y trouvent leur compte, ne doutons pas que M. Le Gall et donc sa compagne Mlle Balthazar écumeront les sept mers à bord d’un yacht de luxe avant peu.

    Il m’est rare de prendre ainsi position, à la suite d’une critique publiée, mais il ne me semblait pas inopportun de le faire, compte tenu de la nature des propos qui ont suivi. Sous-entendre (?) que Mlle Balthazar ne doit qu’à sa relation avec Frank le Gall sa publication dans Spirou d’une part et la réalisation de son premier album chez Dupuis d’autre part est non seulement une incursion malvenue dans la vie privée des gens mais aussi une insulte à l’intelligence des éditeurs de Marcinelle. Je doute que s’ils avaient simplement voulu faire plaisir à Frank le Gall, ils auraient pris la peine de sortir un tirage De Luxe. Je pense qu’ils croyaient vraiment à ce livre. Imaginez-vous que, vu les temps difficiles pour les éditeurs, ils auraient dilapidé leurs économies dans une niaiserie ?

    D’un autre côté, ce type de critique me rappelle les jugements à l’emporte-pièce que rendait le mythique et multicéphale Joe Staline dans Métal Hurlant. Mais, c’était Métal, un autre journal, une autre époque, sans doute. Quant aux commentaires qui accompagnent ce texte, oui, nul doute, là aussi, c’est une autre époque…

  27. Tintin-Lutin

    « QRN sur Bretzelburg » me plait, je l’avoue, mais je trouve neanmoins le dessin de la presente publication tout a fait charmant (et en matiere de dessin, je suis plutot amateur de Michelange, Leonard, Raphael, Rembrandt…).
    Je pense que dans tous ces commentaires – et peut-etre a l’insu des auteurs – il y a une pointe de jalousie. Car le « charme » incontestable de cette oeuvre sera directement apprecie par de nombreux jeunes lecteurs qui pourront se passer de tout commentaire savant.
    Bravo Mlle Balthazar et bonne continuation !

  28. Tintin-Lutin

    « QRN sur Bretzelburg » me plait, je l’avoue, mais je trouve neanmoins le dessin de la presente publication tout a fait charmant (et en matiere de dessin, je suis plutot amateur de Michelange, Leonard, Raphael, Rembrandt…).
    Je pense que dans tous ces commentaires – et peut-etre a l’insu des auteurs – il y a une pointe de jalousie. Car le « charme » incontestable de cette oeuvre sera directement apprecie par de nombreux jeunes lecteurs qui pourront se passer de tout commentaire savant.
    Bravo Mlle Balthazar et bonne continuation !

  29. OVV

    @Fabrice, Laureline et dans le genre: Juste pour dire, parce que je m’en veux déjà de mettre les pieds dans une flaque de vomi (faut jamais faire ça): c’est toujours triste quand des amateurs de BD chopent le cancer de l’aigreur et de la jalousie (si si). Car de ce que j’en sais, et croyez-moi je le sais, la madame ne doit rien à personne, et certainement pas ses publications. Je vous souhaite autant de talent et de boulot, ça vous changera sans doute.

  30. OVV

    @Fabrice, Laureline et dans le genre: Juste pour dire, parce que je m’en veux déjà de mettre les pieds dans une flaque de vomi (faut jamais faire ça): c’est toujours triste quand des amateurs de BD chopent le cancer de l’aigreur et de la jalousie (si si). Car de ce que j’en sais, et croyez-moi je le sais, la madame ne doit rien à personne, et certainement pas ses publications. Je vous souhaite autant de talent et de boulot, ça vous changera sans doute.

  31. Francis Pincemoi

    QRN reste un des meilleurs Spirou de tous les temps, je le relis une fois tous les trois ans avec le même plaisir. Greg et Franquin au sommet de leur art. Donc merci de choisir des références plus douteuses!

  32. Francis Pincemoi

    QRN reste un des meilleurs Spirou de tous les temps, je le relis une fois tous les trois ans avec le même plaisir. Greg et Franquin au sommet de leur art. Donc merci de choisir des références plus douteuses!

  33. chris

    Dialogue de fans:
    -Kesstu lis?
    -Le nouveau Le Gall.
    -Waaa c’est un Poussin dis? C’est un Poussin?
    -Nan c’est plutôt le genre humo.
    -Ah wéée genre Yoyo alors? Avec Yann?
    -Nan c’est pas avec Yann c’est avec sa meuf au dessin.
    -Ah?
    -Oui tiens regarde.
    -Wopttain! C’est ça le nouveau Le Gall?!
    -Ouaiouai j’ai dit pareil.
    -Ralala…Tu te rends compte…Si Le Gall s’était mis en ménage avec Guarnido
    par exemple, il aurait tout de suite une autre dégaine, le chat…

    Rêvons…

  34. chris

    Dialogue de fans:
    -Kesstu lis?
    -Le nouveau Le Gall.
    -Waaa c’est un Poussin dis? C’est un Poussin?
    -Nan c’est plutôt le genre humo.
    -Ah wéée genre Yoyo alors? Avec Yann?
    -Nan c’est pas avec Yann c’est avec sa meuf au dessin.
    -Ah?
    -Oui tiens regarde.
    -Wopttain! C’est ça le nouveau Le Gall?!
    -Ouaiouai j’ai dit pareil.
    -Ralala…Tu te rends compte…Si Le Gall s’était mis en ménage avec Guarnido
    par exemple, il aurait tout de suite une autre dégaine, le chat…

    Rêvons…

  35. Andrej

    Raté un album n’est pas grave, surtout si c’est par amour (c’est plus grave de la part de l’éditeur de ne rien oser dire de peur de vexer les susceptibles), mais venir en tant qu’auteur se ridiculiser de la sorte en aranguant une journaliste qui a eu l’audace de ne pas apprécier le dit-album, ça fait sourire jaune, quand en plus le scénariste en vient à insulter les lecteurs qui n’ont pas aimé non-plus, on a pitié pour lui. A aucun moment les auteurs ne se posent question? Et si ils avaient raté leur coup, si leur livre n’était pas aussi réussi qu’ils le croyaient? Et si ce n’était pas le reste du monde qui n’était qu’un paquet d’imbéciles incultes, mais eux qui avaient raison?

  36. Andrej

    Raté un album n’est pas grave, surtout si c’est par amour (c’est plus grave de la part de l’éditeur de ne rien oser dire de peur de vexer les susceptibles), mais venir en tant qu’auteur se ridiculiser de la sorte en aranguant une journaliste qui a eu l’audace de ne pas apprécier le dit-album, ça fait sourire jaune, quand en plus le scénariste en vient à insulter les lecteurs qui n’ont pas aimé non-plus, on a pitié pour lui. A aucun moment les auteurs ne se posent question? Et si ils avaient raté leur coup, si leur livre n’était pas aussi réussi qu’ils le croyaient? Et si ce n’était pas le reste du monde qui n’était qu’un paquet d’imbéciles incultes, mais eux qui avaient raison?

  37. Michel plessix

    Je n’ai pas encore eu l’occasion de lire le bouquin de Flore et Frank, mais ce que je trouve insupportable par dessus tout ce sont la méchanceté gratuite et les insinuations abjectes de certains internautes. Il est vraiment des gens que je ne voudrais pas rencontrer lors de périodes troubles. Je suis reste longtemps réfractaire au net, maintenant je sais pourquoi. Vous n’avez vraiment rien de mieux a faire de votre vie que de cracher sur les gens? Je vous plaindrais presque si je ne vous méprisais pas.

  38. Michel plessix

    Je n’ai pas encore eu l’occasion de lire le bouquin de Flore et Frank, mais ce que je trouve insupportable par dessus tout ce sont la méchanceté gratuite et les insinuations abjectes de certains internautes. Il est vraiment des gens que je ne voudrais pas rencontrer lors de périodes troubles. Je suis reste longtemps réfractaire au net, maintenant je sais pourquoi. Vous n’avez vraiment rien de mieux a faire de votre vie que de cracher sur les gens? Je vous plaindrais presque si je ne vous méprisais pas.

  39. Gordal le vieux

    Il est vraiment des gens que je ne voudrais pas rencontrer lors de périodes troubles.
    Oh oh Michel plessix semble viser le point Godwin !

  40. Gordal le vieux

    Il est vraiment des gens que je ne voudrais pas rencontrer lors de périodes troubles.
    Oh oh Michel plessix semble viser le point Godwin !

  41. Bizarre mon chien m’a fait la même chose cette semaine…

  42. Bizarre mon chien m’a fait la même chose cette semaine…

  43. Michel plessix

    Désole, quand on réagit sur le coup de la colère et du dégout, on peut atteindre le point Godwin. Néanmoins, mis a part cette phrase, je maintiens le reste de mon intervention. J’ajoute que tout le monde semble fige sur Théodore poussin, mais connaissez-vous les petits contes noirs, parus chez poisson pilote, une petite merveille injustement méconnue?

  44. Michel plessix

    Désole, quand on réagit sur le coup de la colère et du dégout, on peut atteindre le point Godwin. Néanmoins, mis a part cette phrase, je maintiens le reste de mon intervention. J’ajoute que tout le monde semble fige sur Théodore poussin, mais connaissez-vous les petits contes noirs, parus chez poisson pilote, une petite merveille injustement méconnue?

  45. Très juste, Michel. Les Petits Contes noirs sont un régal, un petit bijou discret de la collection Poisson Pilote. Mais c’est encore une des raisons de ma déception quant au nouvel album de Frank Le Gall…

  46. Très juste, Michel. Les Petits Contes noirs sont un régal, un petit bijou discret de la collection Poisson Pilote. Mais c’est encore une des raisons de ma déception quant au nouvel album de Frank Le Gall…

  47. pierrot

    je trouve très bien que benjamin roure soutienne sa journaliste. michel plessix quoi que bien intentionné se trompe de comparaison: je ne vois aucun rapport entre les petits contes noirs de poissons pilotes et cet album. pour les petits contes le gall était le dessinateur et son frère était au scénario. ici c’est le contraire c’est lui qui est scénariste et d’un point de vue graphique on ne peut pas comparer les résultats! laurence de bodoi est une bonne journaliste très lue et appréciée. il est possible que ses fans et ses amis la défendent avec maladresse car ça n’est pas leur vocation de s’exprimer par écrit. n’empeche que ses confrères journalistes d’autres publications brillent par leur absence. si quelques-uns s’étaient manifestés pour la soutenir avec esprit de solidarité peut-être que le débat n’aurait pas viré si acide, quoi que avec le gall ça part vite en vrille sur un ton qui ne fait rire que lui et c’est par rapport à sa muflerie que beaucoup se sont positionnés. les journalistes ont le droit de ne pas aimer un album, d’exercer leur liberté d’expression et d’opinion sans pour autant se faire menacés ou recouvrir de propos rustiques et violents par un auteur qui ne supporte pas la remise en question. parmi les gens qui soutiennent le gall ils sont quelques-uns à etre des types très bien cependant ils n’ont pas idée de ses réels problèmes de comportement.ça n’est pas un hasard s’il est le seul sur ce forum a avoir dû être censuré dans ses propos.

  48. pierrot

    je trouve très bien que benjamin roure soutienne sa journaliste. michel plessix quoi que bien intentionné se trompe de comparaison: je ne vois aucun rapport entre les petits contes noirs de poissons pilotes et cet album. pour les petits contes le gall était le dessinateur et son frère était au scénario. ici c’est le contraire c’est lui qui est scénariste et d’un point de vue graphique on ne peut pas comparer les résultats! laurence de bodoi est une bonne journaliste très lue et appréciée. il est possible que ses fans et ses amis la défendent avec maladresse car ça n’est pas leur vocation de s’exprimer par écrit. n’empeche que ses confrères journalistes d’autres publications brillent par leur absence. si quelques-uns s’étaient manifestés pour la soutenir avec esprit de solidarité peut-être que le débat n’aurait pas viré si acide, quoi que avec le gall ça part vite en vrille sur un ton qui ne fait rire que lui et c’est par rapport à sa muflerie que beaucoup se sont positionnés. les journalistes ont le droit de ne pas aimer un album, d’exercer leur liberté d’expression et d’opinion sans pour autant se faire menacés ou recouvrir de propos rustiques et violents par un auteur qui ne supporte pas la remise en question. parmi les gens qui soutiennent le gall ils sont quelques-uns à etre des types très bien cependant ils n’ont pas idée de ses réels problèmes de comportement.ça n’est pas un hasard s’il est le seul sur ce forum a avoir dû être censuré dans ses propos.

  49. Isa

    Et bien, une mauvaise critique déchaine vite les passions

    Juste un commentaire de lecteur (lectrice) basique, j’ai effectivement trouvé ça très mièvre et pas très original, ce n’est vraiment pas une bédé que je conseillerai.

  50. Isa

    Et bien, une mauvaise critique déchaine vite les passions

    Juste un commentaire de lecteur (lectrice) basique, j’ai effectivement trouvé ça très mièvre et pas très original, ce n’est vraiment pas une bédé que je conseillerai.

  51. Fabrega

    Il est étonnant qu’un dessinateur qui a toujours eu besoin d’un scénariste pour faire des albums réussis (Clément, Yann/Balac, son frère, Irène Colas) se propulse scénariste quand l’envie de dessiner a disparu. Là où un auteur complet peut se débrouiller pour faire quelque chose qui se tienne (le dessin rattrapant le scénario et vice versa, même si la plupart des Théodore Poussin scénarisés par Le Gall ne sont pas terribles mais tiennent sur le charme, genre nostalgie de la BD à l’ancienne), il est rare qu’il fasse un scénariste intéressant, surtout si le dessinateur à qui échu l’histoire n’a pas d’expérience ( Vacances de Printemps avec Trondheim doit bien plus à Trondheim qu’à Le Gall).

    Imaginez un scénario de Lambil dessiné par Cauvin!

  52. Fabrega

    Il est étonnant qu’un dessinateur qui a toujours eu besoin d’un scénariste pour faire des albums réussis (Clément, Yann/Balac, son frère, Irène Colas) se propulse scénariste quand l’envie de dessiner a disparu. Là où un auteur complet peut se débrouiller pour faire quelque chose qui se tienne (le dessin rattrapant le scénario et vice versa, même si la plupart des Théodore Poussin scénarisés par Le Gall ne sont pas terribles mais tiennent sur le charme, genre nostalgie de la BD à l’ancienne), il est rare qu’il fasse un scénariste intéressant, surtout si le dessinateur à qui échu l’histoire n’a pas d’expérience ( Vacances de Printemps avec Trondheim doit bien plus à Trondheim qu’à Le Gall).

    Imaginez un scénario de Lambil dessiné par Cauvin!

  53. Lucas

    Il est regrettable que cette nouvelle série très attendue repose sur un dessin aussi faible, Balthazar dessinant très faux malheureusement. Dans mes classes de dessin (âges 10-12 ans) elle n’obtiendrait jamais la moyenne alors à la trentaine je crois que c’est plié. Parions que cette histoire n’ira pas au delà du tome 2, faute de public. Quant à l’aspect initiatique de Miss Annie revendiqué par le scénariste, Unnivers BD y voit plutôt « les Gosses de Carabal un chat en plus » ce qui nous place assez loin de la quête initiatique…Fabrega pourrait avoir vu juste pour l’envie de dessiner qui a disparu car j’apprends que Le gall doit dédicacer à Limoges ce w.e. mais refuse de faire des dessins et n’y donnera que des signatures. On dirait bien qu’il a perdu, sinon le goût du dessin au moins l’envie d’aller à la rencontre des lecteurs…c’est triste. Ne voit-il pas que c’est précisément parce qu’il n’a pas réalisé lui même le graphisme de ce nouvel album que tant de lecteurs sont désappointés… ?

  54. Lucas

    Il est regrettable que cette nouvelle série très attendue repose sur un dessin aussi faible, Balthazar dessinant très faux malheureusement. Dans mes classes de dessin (âges 10-12 ans) elle n’obtiendrait jamais la moyenne alors à la trentaine je crois que c’est plié. Parions que cette histoire n’ira pas au delà du tome 2, faute de public. Quant à l’aspect initiatique de Miss Annie revendiqué par le scénariste, Unnivers BD y voit plutôt « les Gosses de Carabal un chat en plus » ce qui nous place assez loin de la quête initiatique…Fabrega pourrait avoir vu juste pour l’envie de dessiner qui a disparu car j’apprends que Le gall doit dédicacer à Limoges ce w.e. mais refuse de faire des dessins et n’y donnera que des signatures. On dirait bien qu’il a perdu, sinon le goût du dessin au moins l’envie d’aller à la rencontre des lecteurs…c’est triste. Ne voit-il pas que c’est précisément parce qu’il n’a pas réalisé lui même le graphisme de ce nouvel album que tant de lecteurs sont désappointés… ?

  55. Frederic Lebara

    balthazar prétend qu’être la copine d’un auteur célèbre serait soi-disant un handicap pour publier?!! voilà une preuve de grossière mauvaise foi, qui peut nier que faire partie de l’entourage d’un auteur déjà publié et connu constitue un avantage par rapport à tous les auteurs potentiels qui n’ont pas de contact dans les métiers de la bédé? c’est évident que ça permet déjà de savoir les noms des personnes en poste chez l’éditeur, à qui adresser ses pages pour qu’elles soient vraiment lues et pas rejetées car envoyées à quelqu’un de pas intéressé ou viré depuis peu, c’est un bon moyen de savoir comment se passe le processus de sélection, d’être déjà en familiarité avec le personnel de l’éditeur et de ne pas être en état de trac si on est invité en entretien pour présenter ses planches et dessins et cetera, tout ceci constitue des avantages dont ne dispose pas quelqu’un d’extérieur à ces professions. de plus si vous proposez un projet cosigné par une pointure comme le gall cela rassure l’éditeur qu’il y aura un lectorat, c’est pour lui une garantie qu’il ne mise pas son argent à l’aveuglette sur un projet d’un parfait inconnu et qu’il va récupérer au moins une partie de sa mise de fond. j’ai quand même du mal à croire qu’ils vont en faire plusieurs tomes avec si peu de matière, il y a bien écrit one-shot sur la fiche technique du sphinx d’or?

  56. Frederic Lebara

    balthazar prétend qu’être la copine d’un auteur célèbre serait soi-disant un handicap pour publier?!! voilà une preuve de grossière mauvaise foi, qui peut nier que faire partie de l’entourage d’un auteur déjà publié et connu constitue un avantage par rapport à tous les auteurs potentiels qui n’ont pas de contact dans les métiers de la bédé? c’est évident que ça permet déjà de savoir les noms des personnes en poste chez l’éditeur, à qui adresser ses pages pour qu’elles soient vraiment lues et pas rejetées car envoyées à quelqu’un de pas intéressé ou viré depuis peu, c’est un bon moyen de savoir comment se passe le processus de sélection, d’être déjà en familiarité avec le personnel de l’éditeur et de ne pas être en état de trac si on est invité en entretien pour présenter ses planches et dessins et cetera, tout ceci constitue des avantages dont ne dispose pas quelqu’un d’extérieur à ces professions. de plus si vous proposez un projet cosigné par une pointure comme le gall cela rassure l’éditeur qu’il y aura un lectorat, c’est pour lui une garantie qu’il ne mise pas son argent à l’aveuglette sur un projet d’un parfait inconnu et qu’il va récupérer au moins une partie de sa mise de fond. j’ai quand même du mal à croire qu’ils vont en faire plusieurs tomes avec si peu de matière, il y a bien écrit one-shot sur la fiche technique du sphinx d’or?

  57. JF

    [i]balthazar prétend qu’être la copine d’un auteur célèbre serait soi-disant un handicap pour publier?!! [/i]
    C’est tout l’inverse: Aurélia Aurita ne publie que pistonné par Boilet, Hélène Bruller par Zep (et le succès du zizi sexuel), Céline Wagner parce que c’est la copine de Baudoin, à une époque Le Gall faisait travailler sa belle-soeur (sa femme faisait ses couleurs). Toutes ces auteures sont très mauvaises et ne doivent leur publication qu’au fait qu’elles sont introduites par un auteur bien installé.

  58. JF

    [i]balthazar prétend qu’être la copine d’un auteur célèbre serait soi-disant un handicap pour publier?!! [/i]
    C’est tout l’inverse: Aurélia Aurita ne publie que pistonné par Boilet, Hélène Bruller par Zep (et le succès du zizi sexuel), Céline Wagner parce que c’est la copine de Baudoin, à une époque Le Gall faisait travailler sa belle-soeur (sa femme faisait ses couleurs). Toutes ces auteures sont très mauvaises et ne doivent leur publication qu’au fait qu’elles sont introduites par un auteur bien installé.

  59. Franck

    Bonjour à tous,
    Oh que de beaux commentaires!!!
    Je ne cesse de me délecter des propos constructifs de tous ces critiques. Je suis tellement d’accord avec l’indigence scénaristique de Frank Le Gall. Et merci à « je ne sais plus qui » de rappeler les alain Clément, irène Colas… sans qui FLG ne serait rien. Il faut bien avouer que « La vallée des roses » est certainement son album le plus… excusez moi, mais je ne trouve pas de mot assez fort pour exprimer ma decéption. Je me souviens simplement avoir pleuré en terminant l’album, je ne vous dirai pas pourquoi, vous ne pourriez pas comprendre.
    Il se trouve que par le plus grand des hasards, je me trouvais à Limoges samedi dernier. Frank Le Gall a gratifié ses lecteurs de magnifiques dédicaces de Théodore Poussin et de Spirou, pendant que Flore Balthazar faisait vivre sa petite Miss Annie de bien belle manière et avec beaucoup d’enthousiasme. Je dois avouer avoir été très déçu de ne pas rencontrer le personnage exécrable dont on m’avait parlé (je parle de Frank Le Gall)… Tellement déçu, qu’une fois rentré chez moi, j’ai gommé sa dédicace de Poussin. Non mais, Il ne manquerait plus que j’ai tort!! Vous n’aurez qu’à demander au personnel de la librairie Album, ils ne se sont toujours pas remis de l’excellente ambiance qui régnait.
    Donc, merci encore à vous tous merveilleux critiques de poursuivre votre travail de sape. C’est une belle entreprise, pleine de grandeur d’âme. A propos, vous devriez faire de la BD et je me garderais bien de vous dire ce que j’en pense…
    A ceux qui voudrons bien se reconnaître, je décerne un BO DOI d’honneur

  60. Franck

    Bonjour à tous,
    Oh que de beaux commentaires!!!
    Je ne cesse de me délecter des propos constructifs de tous ces critiques. Je suis tellement d’accord avec l’indigence scénaristique de Frank Le Gall. Et merci à « je ne sais plus qui » de rappeler les alain Clément, irène Colas… sans qui FLG ne serait rien. Il faut bien avouer que « La vallée des roses » est certainement son album le plus… excusez moi, mais je ne trouve pas de mot assez fort pour exprimer ma decéption. Je me souviens simplement avoir pleuré en terminant l’album, je ne vous dirai pas pourquoi, vous ne pourriez pas comprendre.
    Il se trouve que par le plus grand des hasards, je me trouvais à Limoges samedi dernier. Frank Le Gall a gratifié ses lecteurs de magnifiques dédicaces de Théodore Poussin et de Spirou, pendant que Flore Balthazar faisait vivre sa petite Miss Annie de bien belle manière et avec beaucoup d’enthousiasme. Je dois avouer avoir été très déçu de ne pas rencontrer le personnage exécrable dont on m’avait parlé (je parle de Frank Le Gall)… Tellement déçu, qu’une fois rentré chez moi, j’ai gommé sa dédicace de Poussin. Non mais, Il ne manquerait plus que j’ai tort!! Vous n’aurez qu’à demander au personnel de la librairie Album, ils ne se sont toujours pas remis de l’excellente ambiance qui régnait.
    Donc, merci encore à vous tous merveilleux critiques de poursuivre votre travail de sape. C’est une belle entreprise, pleine de grandeur d’âme. A propos, vous devriez faire de la BD et je me garderais bien de vous dire ce que j’en pense…
    A ceux qui voudrons bien se reconnaître, je décerne un BO DOI d’honneur

  61. ruiki

    j’ai trouvé miss annie sur un site comparatif, pas cher, je croyais faire une affaire mais j’avoue que c’est très laid. la couverture n’avait pas l’air mal pourtant mais des que je l’ai ouvert j’ai eu envie de refermer. le sujet a des possibilités, quelques scènes entre le maitre et son chat, seraient bonnes s’il n’y avait pas le dessin. balthazar au dessin c’est la cata. je l’ai entendu à la radio sur twizz il ya 3 semaines et j’ai été choqué par ses allusions assez vulgaires voire salaces avec l’animateur autour du mot chat et de plus par l’absence de tout remerciement. pas un mot de merci de cette dessinatrice débutante pour l’éditeur ou son scénariste, qui pourtant on fait un gros effort de compassion en publiant un album dans cet état. son chat ressemble à un ours et ses souris à je ne sais quoi mais tout sauf à des souris. qui plus estt la fin de l’histoire est assez morbide. quant à la maquette c’est n’importe quoi format réduit au prix d’un grand avec des pages blanches si mal arrangées qu’on dirait qu’il manque des pages partout. cerise sur le gateau la version luxe qui est un album souple noir-et-blanc plus cher que le cartonné-couleur, cherchez l’erreur! encore une idée de parisien pour faire snob. miss annie est un album à ranger à côté de l’affaire du siècle le chef-d’oeuvre bien connu du bédéaste beinex.

  62. ruiki

    j’ai trouvé miss annie sur un site comparatif, pas cher, je croyais faire une affaire mais j’avoue que c’est très laid. la couverture n’avait pas l’air mal pourtant mais des que je l’ai ouvert j’ai eu envie de refermer. le sujet a des possibilités, quelques scènes entre le maitre et son chat, seraient bonnes s’il n’y avait pas le dessin. balthazar au dessin c’est la cata. je l’ai entendu à la radio sur twizz il ya 3 semaines et j’ai été choqué par ses allusions assez vulgaires voire salaces avec l’animateur autour du mot chat et de plus par l’absence de tout remerciement. pas un mot de merci de cette dessinatrice débutante pour l’éditeur ou son scénariste, qui pourtant on fait un gros effort de compassion en publiant un album dans cet état. son chat ressemble à un ours et ses souris à je ne sais quoi mais tout sauf à des souris. qui plus estt la fin de l’histoire est assez morbide. quant à la maquette c’est n’importe quoi format réduit au prix d’un grand avec des pages blanches si mal arrangées qu’on dirait qu’il manque des pages partout. cerise sur le gateau la version luxe qui est un album souple noir-et-blanc plus cher que le cartonné-couleur, cherchez l’erreur! encore une idée de parisien pour faire snob. miss annie est un album à ranger à côté de l’affaire du siècle le chef-d’oeuvre bien connu du bédéaste beinex.

  63. Summa

    @Franck:votre « défense » de cet auteur est si contradictoire et mal formulée sans doute par indignation que vous devez être de son entourage.Le Gall est un auteur doué qui semble traverser un passage à vide, peut-être est-il mal conseillé et ferait-il bien de changer de maison d’édition, d’agent littéraire ou autre conseiller.Espérons que cet album est une faute de goût graphique passagère dans un parcours par ailleurs souvent intéressant.Le détail qui tue a été de sortir cet album en simultané avec une intégrale Théodore Poussin.La comparaison avec la qualité de cette compilation au niveau du dessin ne pardonne pas.

  64. Summa

    @Franck:votre « défense » de cet auteur est si contradictoire et mal formulée sans doute par indignation que vous devez être de son entourage.Le Gall est un auteur doué qui semble traverser un passage à vide, peut-être est-il mal conseillé et ferait-il bien de changer de maison d’édition, d’agent littéraire ou autre conseiller.Espérons que cet album est une faute de goût graphique passagère dans un parcours par ailleurs souvent intéressant.Le détail qui tue a été de sortir cet album en simultané avec une intégrale Théodore Poussin.La comparaison avec la qualité de cette compilation au niveau du dessin ne pardonne pas.

  65. solal

    j’ai déjà croisé le gall dans la profession et je confirme que c’est quelqu’un de fragile et talentueux quoique traversant des périodes de remise en questions parfois hésitantes. ceux qui étaient présents en même temps que lui à brest s’en souviendront longtemps par exemple… sans doute est il comme beaucoup d’artistes trop influençable. cela n’excuse pas sa façon de s’adresser à l. le saux cependant il s’est peut-être trop mis la pression pour ce come-back attendu ou peut-être a-t-il été bousculé par des gens ambitieux ou trop pressés ce qui expliquerait cet album qui sent le vite-fait. plutôt que lui reprocher il faut plutôt lui souhaiter de vite se reprendre et de revenir en triomphe avec un bel album comme on les aime.

  66. solal

    j’ai déjà croisé le gall dans la profession et je confirme que c’est quelqu’un de fragile et talentueux quoique traversant des périodes de remise en questions parfois hésitantes. ceux qui étaient présents en même temps que lui à brest s’en souviendront longtemps par exemple… sans doute est il comme beaucoup d’artistes trop influençable. cela n’excuse pas sa façon de s’adresser à l. le saux cependant il s’est peut-être trop mis la pression pour ce come-back attendu ou peut-être a-t-il été bousculé par des gens ambitieux ou trop pressés ce qui expliquerait cet album qui sent le vite-fait. plutôt que lui reprocher il faut plutôt lui souhaiter de vite se reprendre et de revenir en triomphe avec un bel album comme on les aime.

  67. Glouton

    Il me semble que certains ont totalement perdu de vue ce qu’était le sujet : une jeune chatte dans son milieu naturel. Alors, oui, en effet, ça n’est pas l’Odyssée, ni un Théodore Poussin qui s’en va courir le monde. Vous n’aviez pas remarqué avec la couverture?

    Le dessin… Ben non c’est pas Franck, un des plus grands dessinateurs de la BD franco-belge. Aurait-on interdit à Hergé de scénariser quelque chose qu’il ne dessinât pas lui même?
    Et qu’est-ce que la critique est mal formulée! « Parfois maladroit »… Ca ne veut rien dire et met en exergue le vide dans le goulot d’une bouteille déjà bien remplie. « Souvent juste », c’est le même niveau de dessin et une critique positive.

    Quand je vois qu’on compare le dessin de Le Gall avec celui de Balthazar, je me dis que Flore a bien raison quand elle dit que c’est parfois plus difficile d’être proche d’un auteur « installé ». Aurait-elle sorti le même livre avec n’importe qui, qui aurait eu l’idée de comparer son dessin à, par exemple, celui de Franquin pour souligner que ça ne le valait pas?

    « Nous, on a bossé pour faire un beau bouquin » dit Balthazar, et c’est ce que j’ai : un beau livre, avec un scénar, un dessin et des couleurs qui forment un tout, une unité forte. Ce n’est pas un « grand » livre, une oeuvre ambitieuse, mais le but est atteint : lisible, regardable de près comme de loin, feuilletable… Comme dit Nick, un bon petit livre à laisser traîner sur une table de salon.

  68. Glouton

    Il me semble que certains ont totalement perdu de vue ce qu’était le sujet : une jeune chatte dans son milieu naturel. Alors, oui, en effet, ça n’est pas l’Odyssée, ni un Théodore Poussin qui s’en va courir le monde. Vous n’aviez pas remarqué avec la couverture?

    Le dessin… Ben non c’est pas Franck, un des plus grands dessinateurs de la BD franco-belge. Aurait-on interdit à Hergé de scénariser quelque chose qu’il ne dessinât pas lui même?
    Et qu’est-ce que la critique est mal formulée! « Parfois maladroit »… Ca ne veut rien dire et met en exergue le vide dans le goulot d’une bouteille déjà bien remplie. « Souvent juste », c’est le même niveau de dessin et une critique positive.

    Quand je vois qu’on compare le dessin de Le Gall avec celui de Balthazar, je me dis que Flore a bien raison quand elle dit que c’est parfois plus difficile d’être proche d’un auteur « installé ». Aurait-elle sorti le même livre avec n’importe qui, qui aurait eu l’idée de comparer son dessin à, par exemple, celui de Franquin pour souligner que ça ne le valait pas?

    « Nous, on a bossé pour faire un beau bouquin » dit Balthazar, et c’est ce que j’ai : un beau livre, avec un scénar, un dessin et des couleurs qui forment un tout, une unité forte. Ce n’est pas un « grand » livre, une oeuvre ambitieuse, mais le but est atteint : lisible, regardable de près comme de loin, feuilletable… Comme dit Nick, un bon petit livre à laisser traîner sur une table de salon.

  69. Francis Pincemoi

    oui, on peut le laisser trainer sur une table du salon, faute de l’avoir lu. Mais pourquoi l’acheter alors qu’il y a tant de bons livres, chez Dupuis et ailleurs? Le commentaire de la journaliste de Bodoï m’incite à la prudence. En ces temps de rigueur budgétaire, il convient d’être sélectif!

  70. Francis Pincemoi

    oui, on peut le laisser trainer sur une table du salon, faute de l’avoir lu. Mais pourquoi l’acheter alors qu’il y a tant de bons livres, chez Dupuis et ailleurs? Le commentaire de la journaliste de Bodoï m’incite à la prudence. En ces temps de rigueur budgétaire, il convient d’être sélectif!

  71. Glouton

    @Francis Pincemoi
    Tape Miss Annie dans Google et fais-toi une opinion sur un peu plus qu’un avis. Moi je fais comme Nick Tyler : je le laisse traîner après l’avoir lu pour que les autres en profitent, ou pour y revenir picorer, feuilleter de temps en temps.

    Là où la critique a raison : si tu aimes les chats, tu y trouveras ton compte.
    Si tu penses y trouver le Le Gall des Théodore Poussin, passe ton chemin, ça n’a rien à voir.

  72. Glouton

    @Francis Pincemoi
    Tape Miss Annie dans Google et fais-toi une opinion sur un peu plus qu’un avis. Moi je fais comme Nick Tyler : je le laisse traîner après l’avoir lu pour que les autres en profitent, ou pour y revenir picorer, feuilleter de temps en temps.

    Là où la critique a raison : si tu aimes les chats, tu y trouveras ton compte.
    Si tu penses y trouver le Le Gall des Théodore Poussin, passe ton chemin, ça n’a rien à voir.

  73. franck

    Grand merci cher(e) Summa pour tous ces précieux conseils, je suis certain que Le Gall les lira avec beaucoup d’intérêt, peut-être même qu’il a déjà envoyé bouler sa maison d’édition, son conseiller littéraire et sa femme de ménage et que le « passage à vide » n’est plus qu’un mauvais souvenir. Non mais!!!!. Quant au côté contradictoire de mon intervention, il va sans dire que le deuxième degré n’est pas accessible à tout un chacun. A moi de vous remercier pour les conseils de formulation, je n’ai pas votre talent mais je vous promets d’y travailler.
    Cher(e) Ruiki, je suppose que votre grande connaissance du monde animal vous vient de votre »presqu’homonymie » avec la célèbre mangouste de Kipling. Une petite chose, afin que personne ne perde son temps dans d’inutiles lectures, je suis tombé sur l’histoire d’une souris, tout aussi mal dessinée que Miss Annie (surtout au début) et qui sera certainement tout aussi vite oubliée. La preuve je n’arrive pas à retenir son nom: « Micky, Ickey », enfin un truc comme ça. Ouh-la, du calme, je ne veux faire aucune comparaison, c’est juste histoire de dire que Paris… enfin Paris, quoi…
    A la revoyure
    Et gardez bien vos poils au sec (rapport à la bestiole de Rudyard)
    Ouaf-Ouaf

  74. franck

    Grand merci cher(e) Summa pour tous ces précieux conseils, je suis certain que Le Gall les lira avec beaucoup d’intérêt, peut-être même qu’il a déjà envoyé bouler sa maison d’édition, son conseiller littéraire et sa femme de ménage et que le « passage à vide » n’est plus qu’un mauvais souvenir. Non mais!!!!. Quant au côté contradictoire de mon intervention, il va sans dire que le deuxième degré n’est pas accessible à tout un chacun. A moi de vous remercier pour les conseils de formulation, je n’ai pas votre talent mais je vous promets d’y travailler.
    Cher(e) Ruiki, je suppose que votre grande connaissance du monde animal vous vient de votre »presqu’homonymie » avec la célèbre mangouste de Kipling. Une petite chose, afin que personne ne perde son temps dans d’inutiles lectures, je suis tombé sur l’histoire d’une souris, tout aussi mal dessinée que Miss Annie (surtout au début) et qui sera certainement tout aussi vite oubliée. La preuve je n’arrive pas à retenir son nom: « Micky, Ickey », enfin un truc comme ça. Ouh-la, du calme, je ne veux faire aucune comparaison, c’est juste histoire de dire que Paris… enfin Paris, quoi…
    A la revoyure
    Et gardez bien vos poils au sec (rapport à la bestiole de Rudyard)
    Ouaf-Ouaf

  75. Nick Tyler

    A ceux qui comme moi laissent trainer leur Miss Annie sur la table du salon, je dis méfiance !

    Parmi vos amis se cachent peut-être quelqu’un qui laisse des commentaires gratuits sur des sites de bande dessinée eux-mêmes gratuits.
    Entrer dans un système de défense passionnée des auteurs n’est pas mon but et de toutes façons, un peu vain. Peut-être faudrait-il raison garder et ne pas se déchainer comme certains le font.
    Frank le Gall a réagi de façon viscérale. Et pourquoi non ? Ne s’agit-il pas de son travail ? Il est fondé à le faire, contrairement à d’autres.
    On pourra cependant utilement lui conseiller de s’inspirer de Michel Audiard, qui nous faisait savoir qu’ « il ne faut pas parler aux cons, ça les instruit ».

    Sur ce, hommes et femmes au goût si sûr, je vous laisse à vos estimés et impérissables chefs d’oeuvres et retourne aux miens, fussent-ils polémiques

  76. Nick Tyler

    A ceux qui comme moi laissent trainer leur Miss Annie sur la table du salon, je dis méfiance !

    Parmi vos amis se cachent peut-être quelqu’un qui laisse des commentaires gratuits sur des sites de bande dessinée eux-mêmes gratuits.
    Entrer dans un système de défense passionnée des auteurs n’est pas mon but et de toutes façons, un peu vain. Peut-être faudrait-il raison garder et ne pas se déchainer comme certains le font.
    Frank le Gall a réagi de façon viscérale. Et pourquoi non ? Ne s’agit-il pas de son travail ? Il est fondé à le faire, contrairement à d’autres.
    On pourra cependant utilement lui conseiller de s’inspirer de Michel Audiard, qui nous faisait savoir qu’ « il ne faut pas parler aux cons, ça les instruit ».

    Sur ce, hommes et femmes au goût si sûr, je vous laisse à vos estimés et impérissables chefs d’oeuvres et retourne aux miens, fussent-ils polémiques

  77. Christian Darasse

    quel calme après cette tempête… dans un verre d’eau!…
    Franck, Glouton et Nick tyler ont si bien répondu a ce flot de bile haineuse et stupide que je m’abstient de verser de l’huile sur le feu malgré l’envie qui me démange!
    je voudrais juste souligner qu’écrire une critique blessante ne grandit jamais son auteur et que traiter avec mépris le travail de quelqu’un quel qu’en soit la valeur est tellement facile et destructeur par rapport aux heures passées a écrire, douter, dessiner, recommencer, bref , le quotidien d’un auteur de Bd qui mérite juste un peu de respect, bien absent de toutes ces diatribes… et de la  » critique  » qui les précède!

  78. Christian Darasse

    quel calme après cette tempête… dans un verre d’eau!…
    Franck, Glouton et Nick tyler ont si bien répondu a ce flot de bile haineuse et stupide que je m’abstient de verser de l’huile sur le feu malgré l’envie qui me démange!
    je voudrais juste souligner qu’écrire une critique blessante ne grandit jamais son auteur et que traiter avec mépris le travail de quelqu’un quel qu’en soit la valeur est tellement facile et destructeur par rapport aux heures passées a écrire, douter, dessiner, recommencer, bref , le quotidien d’un auteur de Bd qui mérite juste un peu de respect, bien absent de toutes ces diatribes… et de la  » critique  » qui les précède!

  79. Khan-gourou

    Bonjour a toutes et a tous, a mon tour de faire qq commentaires sur cet ouvrage que j’ai lu.

    N’en déplaise a ceux qui n’aiment pas car c’est toujours possible tous les gouts étant dans la nature, il faut reconnaitre et cela sans tomber dans la masturbation intellectuelle primaire que ce livre est plaisant aussi bien a lire qu’a regarder et c’est tout de même ce qui est demandé a un tel ouvrage.

    A la lecture de certains commentaires ce pauvres Rabier se retournerait dans sa tombe, une tranche de vie est une tranche de vie et lorsque l’on est auteur de BD cela ne peut être QUE de la transcription, auriez vous critiqué Lauzier sur un manque de réalisme aussi bien de ses dessins que de ses textes dans ses tranches de vie…?

    NON il faut prendre cet ouvrage tel qu’il est et ne pas vouloir chercher plus loin que ce que les auteurs ont voulus, c’est a dire faire partager avec humour la vie de leur MISS ANNIE a tous les amoureux des chats mais aussi montrer certains travers des maitres, il est drôle de constater combien les maitres qui ont des chats pourront se reconnaitre dans cette BD.

    Encore Merci Flore et Frank pour cette nouvelle aventure et cela même si est est hors lignée des ouvrages habituels car n’oubliez jamais :

    – Le sage est celui qui sait d’ où il vient, ou il va, et qui mesure chacun de ses progrès…!
    Le danger c’est de cesser d’avancer…

    – Grand Architecte donnez-moi assez de tolérance pour supporter les imbéciles, et beaucoup de
    fraternité pour ne pas révéler leurs noms…!.

    PS : Pourquoi un auteur devrait-il se cantonner dans un genre unique…?

    Pourquoi les critiques qui ont tellement de talent(s) pour analyser dans les ouvrages des autres ce
    qui est bien et ce qui ne l’est pas sont-ils incapables de montrer l’étendue de leurs talents et de faire
    éditer leur(s) oeuvre(s)…?

    Pourquoi un auteur ne pourrait-il pas SE faire plaisir et faire plaisir a des milliers de lecteurs qui
    aiment les chats et la BD avec un ouvrage qui est différents…?

    Cathou / Alain

    ::::::::::

  80. Khan-gourou

    Bonjour a toutes et a tous, a mon tour de faire qq commentaires sur cet ouvrage que j’ai lu.

    N’en déplaise a ceux qui n’aiment pas car c’est toujours possible tous les gouts étant dans la nature, il faut reconnaitre et cela sans tomber dans la masturbation intellectuelle primaire que ce livre est plaisant aussi bien a lire qu’a regarder et c’est tout de même ce qui est demandé a un tel ouvrage.

    A la lecture de certains commentaires ce pauvres Rabier se retournerait dans sa tombe, une tranche de vie est une tranche de vie et lorsque l’on est auteur de BD cela ne peut être QUE de la transcription, auriez vous critiqué Lauzier sur un manque de réalisme aussi bien de ses dessins que de ses textes dans ses tranches de vie…?

    NON il faut prendre cet ouvrage tel qu’il est et ne pas vouloir chercher plus loin que ce que les auteurs ont voulus, c’est a dire faire partager avec humour la vie de leur MISS ANNIE a tous les amoureux des chats mais aussi montrer certains travers des maitres, il est drôle de constater combien les maitres qui ont des chats pourront se reconnaitre dans cette BD.

    Encore Merci Flore et Frank pour cette nouvelle aventure et cela même si est est hors lignée des ouvrages habituels car n’oubliez jamais :

    – Le sage est celui qui sait d’ où il vient, ou il va, et qui mesure chacun de ses progrès…!
    Le danger c’est de cesser d’avancer…

    – Grand Architecte donnez-moi assez de tolérance pour supporter les imbéciles, et beaucoup de
    fraternité pour ne pas révéler leurs noms…!.

    PS : Pourquoi un auteur devrait-il se cantonner dans un genre unique…?

    Pourquoi les critiques qui ont tellement de talent(s) pour analyser dans les ouvrages des autres ce
    qui est bien et ce qui ne l’est pas sont-ils incapables de montrer l’étendue de leurs talents et de faire
    éditer leur(s) oeuvre(s)…?

    Pourquoi un auteur ne pourrait-il pas SE faire plaisir et faire plaisir a des milliers de lecteurs qui
    aiment les chats et la BD avec un ouvrage qui est différents…?

    Cathou / Alain

    ::::::::::

  81. Léa

    J’ai acheté ce petit livre pensant passer un bon moment, et c’est un désastre. Quel ennui! rien ne marche, c’est niais, baclé, ridicule. Heureusement mon libraire a bien voulu le reprendre. Je suis sûre que si moi je l’avais proposé à l’éditeur on me l’aurait refusé.

  82. Léa

    J’ai acheté ce petit livre pensant passer un bon moment, et c’est un désastre. Quel ennui! rien ne marche, c’est niais, baclé, ridicule. Heureusement mon libraire a bien voulu le reprendre. Je suis sûre que si moi je l’avais proposé à l’éditeur on me l’aurait refusé.

  83. Hervé

    Respecter le travail ok, respecter le copinage et les passe-droits non merci. Allez dire à tous les auteurs qui se font envoyer paitre parce qu’ils n’ont pas les contacts qu’il faut (et qu’ils ne sont pas à la colle avec un auteur installé) s’ils respectent ce genre de pratique, je ne sais si ca les fera rire ou pleurer.

  84. Hervé

    Respecter le travail ok, respecter le copinage et les passe-droits non merci. Allez dire à tous les auteurs qui se font envoyer paitre parce qu’ils n’ont pas les contacts qu’il faut (et qu’ils ne sont pas à la colle avec un auteur installé) s’ils respectent ce genre de pratique, je ne sais si ca les fera rire ou pleurer.

  85. jean-luc

    @franck_c’est pas faux ce que vous dites, y a pas qu’à paris. les soi-disants intellos qui se piquent de défendre des bédés illisibles y en a parsemés ça et là aussi dans le limousin, merci la décentralisation.

    @nick tyler, glouton etc_c’est clair que vous êtes potes avec les concepteurs de cette bédé et vous les défendez par copinage. dites pour voir combien d’entre vous ont payé ce livre de votre poche? on parie que vous vous l’êtes faits offrir? avez-vous la légitimité pour capter la déception du lecteur qui a cru acheter une bonne bédé de le gall comme avant et se retrouve avec un petit livre bien moche fait par-dessous la jambe qui ne s’adresse en aucun cas aux fans de bédé? onc’ pincemi dit juste, aujourd’hui le budget culture est de + en + serré. c’est cher une bédé neuve! quand on l’a payée plein pot et qu’on voit qu’on s’est fait truandé ça fait mal au bide. si vous l’avez eu gratos vous pouvez pas comprendre.

  86. jean-luc

    @franck_c’est pas faux ce que vous dites, y a pas qu’à paris. les soi-disants intellos qui se piquent de défendre des bédés illisibles y en a parsemés ça et là aussi dans le limousin, merci la décentralisation.

    @nick tyler, glouton etc_c’est clair que vous êtes potes avec les concepteurs de cette bédé et vous les défendez par copinage. dites pour voir combien d’entre vous ont payé ce livre de votre poche? on parie que vous vous l’êtes faits offrir? avez-vous la légitimité pour capter la déception du lecteur qui a cru acheter une bonne bédé de le gall comme avant et se retrouve avec un petit livre bien moche fait par-dessous la jambe qui ne s’adresse en aucun cas aux fans de bédé? onc’ pincemi dit juste, aujourd’hui le budget culture est de + en + serré. c’est cher une bédé neuve! quand on l’a payée plein pot et qu’on voit qu’on s’est fait truandé ça fait mal au bide. si vous l’avez eu gratos vous pouvez pas comprendre.

  87. khan-gourou

    «  »dites pour voir combien d’entre vous ont payé ce livre de votre poche? on parie que vous vous l’êtes faits offrir? » »

    Pour de nombreuses raisons qui ne sont pas forcément en liaison avec les auteurs, il y a certainement des livres qui ont été offerts et heureusement qu’il existe ENCORE des gens pour faire des cadeaux….

    «  »avez-vous la légitimité pour capter la déception du lecteur qui a cru acheter une bonne bédé de le gall comme avant et se retrouve avec un petit livre bien moche fait par-dessous la jambe qui ne s’adresse en aucun cas aux fans de bédé? » »

    Je me posais justement la même question au sujet des CRITIQUES et de la légitimité qu’ils pouvaient avoir a vouloir que leurs avis deviennent et soit celui des autres..?

    Je me demande de quelle façon ceux qui critiquent cet ouvrage ont eu le livre…..?

    Il a été offert ou il a été acheté…,

    Dans le premier cas critiquer un cadeau montre un certain manque de savoir vivre, mais de nos jour le savoir vivres est une denrée rare…

    Si il a été acheté, il me semble qu’il est toujours possible de consulter même rapidement un ouvrage avant de l’acheter (enfin étant libraire chez moi c’est possible), et l’acheter alors même que rapidement l’on juge que pour ses gouts perso c’est une daube, excusez moi mais c’est soit du masochisme soit être neuneu…

    Enfin il me semble qu’un critique tout comme un expert devrait avoir des qualités reconnues dans son domaine de critique ou d’expertise pour pouvoir prétendre donner un avis, l’expérience montre que dans le domaine du critique c’est loin d’être le cas et alors que la critique ne devrait porter QUE sur l’ouvrage, l’on arrive rapidement a des considérations qui n’ont rien a voir avec l’ouvrage lui même ou a des comparaisons qui n’ont pas lieu d’être dans la mesure ou par exemple ce livre n’est comparable a aucun autre des ceux des auteurs.

    Le jour ou les critiques sauront faire une critique en fonction d’une analyse sérieuse et précise d’un ouvrage sans s’appuyer et déborder sur des considérations sur les auteurs, ils pourront être pris u peu plus au sérieux..

    J’aime pas les Mangas question de graphisme, ce n’est pas pour cela que je critique les auteurs de ce type d’ouvrage, car c’est comme en littérature, il y a des genres ou des auteurs que l’on aime et d’autres non, dans un cas, l’on achète et dans l’autre non, pas question de critiquer, cela est totalement inutile et lorsque l’on me demande si j’ai lu tel ou tel livres ou ma réponse est négative soit je dis que j’ai aimé, mais que tous les gouts sont dans la nature…. (;o)

  88. khan-gourou

    «  »dites pour voir combien d’entre vous ont payé ce livre de votre poche? on parie que vous vous l’êtes faits offrir? » »

    Pour de nombreuses raisons qui ne sont pas forcément en liaison avec les auteurs, il y a certainement des livres qui ont été offerts et heureusement qu’il existe ENCORE des gens pour faire des cadeaux….

    «  »avez-vous la légitimité pour capter la déception du lecteur qui a cru acheter une bonne bédé de le gall comme avant et se retrouve avec un petit livre bien moche fait par-dessous la jambe qui ne s’adresse en aucun cas aux fans de bédé? » »

    Je me posais justement la même question au sujet des CRITIQUES et de la légitimité qu’ils pouvaient avoir a vouloir que leurs avis deviennent et soit celui des autres..?

    Je me demande de quelle façon ceux qui critiquent cet ouvrage ont eu le livre…..?

    Il a été offert ou il a été acheté…,

    Dans le premier cas critiquer un cadeau montre un certain manque de savoir vivre, mais de nos jour le savoir vivres est une denrée rare…

    Si il a été acheté, il me semble qu’il est toujours possible de consulter même rapidement un ouvrage avant de l’acheter (enfin étant libraire chez moi c’est possible), et l’acheter alors même que rapidement l’on juge que pour ses gouts perso c’est une daube, excusez moi mais c’est soit du masochisme soit être neuneu…

    Enfin il me semble qu’un critique tout comme un expert devrait avoir des qualités reconnues dans son domaine de critique ou d’expertise pour pouvoir prétendre donner un avis, l’expérience montre que dans le domaine du critique c’est loin d’être le cas et alors que la critique ne devrait porter QUE sur l’ouvrage, l’on arrive rapidement a des considérations qui n’ont rien a voir avec l’ouvrage lui même ou a des comparaisons qui n’ont pas lieu d’être dans la mesure ou par exemple ce livre n’est comparable a aucun autre des ceux des auteurs.

    Le jour ou les critiques sauront faire une critique en fonction d’une analyse sérieuse et précise d’un ouvrage sans s’appuyer et déborder sur des considérations sur les auteurs, ils pourront être pris u peu plus au sérieux..

    J’aime pas les Mangas question de graphisme, ce n’est pas pour cela que je critique les auteurs de ce type d’ouvrage, car c’est comme en littérature, il y a des genres ou des auteurs que l’on aime et d’autres non, dans un cas, l’on achète et dans l’autre non, pas question de critiquer, cela est totalement inutile et lorsque l’on me demande si j’ai lu tel ou tel livres ou ma réponse est négative soit je dis que j’ai aimé, mais que tous les gouts sont dans la nature…. (;o)

  89. niki

    on sent que ça vole haut ici !
    bon, les dessins laissent un peu à désirer, et alors ? qui d’entre vous dessine – et convenablement ?
    moi j’ai ADORE Miss Annie – on me l’a prêté, mais je vais me l’acheter car j’ai envie de le relire de temps en temps.

    je ne connais ni flore balthazar ni frank le gall personnellement, ils ont j’en suis persuadée des défauts et des qualités comme n’importe quel être humain – mais je trouve assez mesquin qu’un livre devienne l’objet d’un règlement de comptes en règle. Bon moi ce que j’en disais, je ne suis qu’une bête petite lectrice qui adore les chats et trouve que cette bédé n’est pas mièvre du tout.

    En plus de recommander le livre de béatrix beck, je recommande aussi « minoes » d’annie M.G. schmidt – tout ça complète « Miss Annie » à merveille

  90. niki

    on sent que ça vole haut ici !
    bon, les dessins laissent un peu à désirer, et alors ? qui d’entre vous dessine – et convenablement ?
    moi j’ai ADORE Miss Annie – on me l’a prêté, mais je vais me l’acheter car j’ai envie de le relire de temps en temps.

    je ne connais ni flore balthazar ni frank le gall personnellement, ils ont j’en suis persuadée des défauts et des qualités comme n’importe quel être humain – mais je trouve assez mesquin qu’un livre devienne l’objet d’un règlement de comptes en règle. Bon moi ce que j’en disais, je ne suis qu’une bête petite lectrice qui adore les chats et trouve que cette bédé n’est pas mièvre du tout.

    En plus de recommander le livre de béatrix beck, je recommande aussi « minoes » d’annie M.G. schmidt – tout ça complète « Miss Annie » à merveille

  91. Francis Pincemoi

    Je suis d’accord avec vous,beaucoup d’hommes s’intéressent aux chattes et aux minous.

  92. Francis Pincemoi

    Je suis d’accord avec vous,beaucoup d’hommes s’intéressent aux chattes et aux minous.

  93. Francis Pincemoi

    Le prochain album de ce tandem de choc sera consacré à Mister Jules, un gentil chien de compagnie. Pas de livre prévu sur les poissons rouges en revanche, Nicolas Poupom occupe déjà le créneau, avec son bocal! arf arf arf!

  94. Francis Pincemoi

    Le prochain album de ce tandem de choc sera consacré à Mister Jules, un gentil chien de compagnie. Pas de livre prévu sur les poissons rouges en revanche, Nicolas Poupom occupe déjà le créneau, avec son bocal! arf arf arf!

  95. Gilles Brouet

    Le Gall voulait en faire un sur ses morpions mais Gotlib a déja fait Momo le morbac, pas de chance.

  96. Gilles Brouet

    Le Gall voulait en faire un sur ses morpions mais Gotlib a déja fait Momo le morbac, pas de chance.

  97. Khan-gourou

    Que la vie est belle…!!!

    Quelle que soit l’époque dès que l’on met entre les mains des (supposés) citoyens il y a toujours quelques personnes pour venir déposer un petit immondice ou plus simplement emmerder son prochain tout cela sous le couvert d’un pseudo.

    Cela a existé a l’époque de la CB ou quelques coincés ou refoulés s’appropriaient les ondes souvent de façon illégales pour insulter a loisir et sous n’importe quel prétexte celui qui passait a sa porté.

    Cela a continué avec le Minitel sauf que la il fallait utiliser un clavier et que le cout d’utilisation n’était pas négligeable, mais la encore il a été possible de connaitre le même genre de personnages.

    Ceux qui comme moi sont sur le net depuis longtemps c’est a dire plus que 10 ans et sont a la tête de forums savent que le phénomène est toujours présent.

    La réalité est malheureusement TOUJOURS la même, il y aura toujours un, refoulés, un aigris, un incompris, un traumatisés, un humoriste en mal d’humour qui pense être drôle pour en ajouter une petite couche sans même être capable de voir que c’est LUI qui en réalité en tiens une sacré couche….

    Reste a savoir si cette rubrique est un forum de bastons contre tel ou tel auteur ou un forum ou il est possible de donner un avis établis non pas uniquement en fonction d’éléments personnels, mais réalistes qui englobent d’autres éléments qu’une référence a un ou des ouvrages passés.

    ::::::::

    Petite réflexion

    Au début fut la feuille, blanche et vierge de signes ou caractères.
    Même emportée par la brise elle ne pouvait rien transmettre.

    Au début fut la plume, blanche certainement tombée d’une oie blanche également.
    Même emportée par le vent elle ne pouvait rien transmettre.

    Au début fut l’encre, noire comme la nuit ou l’âme de certains hommes.
    Même posée sur une feuille elle ne pouvait rien transmettre.

    Au début fut l’homme, sa feuille fut le mur de sa grotte, sa plume ses doigts et l’encre l’ocre de la terre.
    L’homme n’avait pas été a l’école mais il était capable de faire passer des messages.

    Au début la plume pris un bain dans l’encre et décida de se sécher sur la feuille.
    Même posés sur la feuille taches et traits ne pouvaient rien transmettre.

    Au début fut l’ érudit qui avait reçu l’enseignement, savait utiliser les mots et les mettre sur la feuille a l’aide de la plume trempée dans l’encre.
    L’érudit écrivait en Latin et en Grec mais le peuple lui lisait et parlait le Français.
    Son érudition est restée enfermée dans de vieux grimoires poussiéreux qui ne transmettent rien aux hommes.

    Au début fut le poète ce n’était pas un érudit mais un homme sensible.
    Il savait voir derrière le terril des paysages merveilleux.
    Il savait voir la lumière ou la nuit était posée.
    Il savait voir l’âme profonde de l’homme la ou la foule se presse.
    Il savait transcrire ces images en mots délicatement posé sur la feuille.
    Pour un lecteur ces mots devenaient des phrases, ces phrases devenaient des paragraphes, ces paragraphes des livres mais surtout une suite d’images.

    L’écriture n’est rien si elle n’est pas capable de faire rêver de transmettre des idées ou des images.
    L’écriture se doit d’être universelle et doit donc être comprise de tous quel que soit la façon d’écrire.
    L’écriture a atteint son but lorsqu’elle est capable de faire battre plus vite le coeur de l’homme.

    L’homme n’a pas a être jugé sur sa façon d’écrire mais sur sa capacité a se faire comprendre par les mots qu’il utilise.

    K.G.

    PS : bien sur TOUT cela est AUSSI valable pour le dessin…….. (;o)

    ::::::::::

    Passer de l’ombre a la lumière est une preuve de volonté, mais atteindre la lumière demandera de nombreux efforts et sacrifices et seuls ceux qui apprendront la patience arriveront a la sagesse nécessaire a cet accomplissement.

    Chaque pas en avant, chaque marche a monter t’éloignera de l’ombre et si tu vois le nombre de marches qui sont derrière toi, pense avant tout a toutes celles qui te restent a gravir… (K-G)

    ::::::::::

  98. Khan-gourou

    Que la vie est belle…!!!

    Quelle que soit l’époque dès que l’on met entre les mains des (supposés) citoyens il y a toujours quelques personnes pour venir déposer un petit immondice ou plus simplement emmerder son prochain tout cela sous le couvert d’un pseudo.

    Cela a existé a l’époque de la CB ou quelques coincés ou refoulés s’appropriaient les ondes souvent de façon illégales pour insulter a loisir et sous n’importe quel prétexte celui qui passait a sa porté.

    Cela a continué avec le Minitel sauf que la il fallait utiliser un clavier et que le cout d’utilisation n’était pas négligeable, mais la encore il a été possible de connaitre le même genre de personnages.

    Ceux qui comme moi sont sur le net depuis longtemps c’est a dire plus que 10 ans et sont a la tête de forums savent que le phénomène est toujours présent.

    La réalité est malheureusement TOUJOURS la même, il y aura toujours un, refoulés, un aigris, un incompris, un traumatisés, un humoriste en mal d’humour qui pense être drôle pour en ajouter une petite couche sans même être capable de voir que c’est LUI qui en réalité en tiens une sacré couche….

    Reste a savoir si cette rubrique est un forum de bastons contre tel ou tel auteur ou un forum ou il est possible de donner un avis établis non pas uniquement en fonction d’éléments personnels, mais réalistes qui englobent d’autres éléments qu’une référence a un ou des ouvrages passés.

    ::::::::

    Petite réflexion

    Au début fut la feuille, blanche et vierge de signes ou caractères.
    Même emportée par la brise elle ne pouvait rien transmettre.

    Au début fut la plume, blanche certainement tombée d’une oie blanche également.
    Même emportée par le vent elle ne pouvait rien transmettre.

    Au début fut l’encre, noire comme la nuit ou l’âme de certains hommes.
    Même posée sur une feuille elle ne pouvait rien transmettre.

    Au début fut l’homme, sa feuille fut le mur de sa grotte, sa plume ses doigts et l’encre l’ocre de la terre.
    L’homme n’avait pas été a l’école mais il était capable de faire passer des messages.

    Au début la plume pris un bain dans l’encre et décida de se sécher sur la feuille.
    Même posés sur la feuille taches et traits ne pouvaient rien transmettre.

    Au début fut l’ érudit qui avait reçu l’enseignement, savait utiliser les mots et les mettre sur la feuille a l’aide de la plume trempée dans l’encre.
    L’érudit écrivait en Latin et en Grec mais le peuple lui lisait et parlait le Français.
    Son érudition est restée enfermée dans de vieux grimoires poussiéreux qui ne transmettent rien aux hommes.

    Au début fut le poète ce n’était pas un érudit mais un homme sensible.
    Il savait voir derrière le terril des paysages merveilleux.
    Il savait voir la lumière ou la nuit était posée.
    Il savait voir l’âme profonde de l’homme la ou la foule se presse.
    Il savait transcrire ces images en mots délicatement posé sur la feuille.
    Pour un lecteur ces mots devenaient des phrases, ces phrases devenaient des paragraphes, ces paragraphes des livres mais surtout une suite d’images.

    L’écriture n’est rien si elle n’est pas capable de faire rêver de transmettre des idées ou des images.
    L’écriture se doit d’être universelle et doit donc être comprise de tous quel que soit la façon d’écrire.
    L’écriture a atteint son but lorsqu’elle est capable de faire battre plus vite le coeur de l’homme.

    L’homme n’a pas a être jugé sur sa façon d’écrire mais sur sa capacité a se faire comprendre par les mots qu’il utilise.

    K.G.

    PS : bien sur TOUT cela est AUSSI valable pour le dessin…….. (;o)

    ::::::::::

    Passer de l’ombre a la lumière est une preuve de volonté, mais atteindre la lumière demandera de nombreux efforts et sacrifices et seuls ceux qui apprendront la patience arriveront a la sagesse nécessaire a cet accomplissement.

    Chaque pas en avant, chaque marche a monter t’éloignera de l’ombre et si tu vois le nombre de marches qui sont derrière toi, pense avant tout a toutes celles qui te restent a gravir… (K-G)

    ::::::::::

  99. Benoit

    Houla, vous laissez passer les spameurs fous qui copie/colle à tout va sur Bodoi, vous avez tort, ça donne des commentaires indigestes qu’on ne lit jamais et qui rebutent pour lire le reste.

  100. Benoit

    Houla, vous laissez passer les spameurs fous qui copie/colle à tout va sur Bodoi, vous avez tort, ça donne des commentaires indigestes qu’on ne lit jamais et qui rebutent pour lire le reste.

  101. Khan-gourou

    C’est qui les spameurs…?

    C’est qui ceux qui font du copier/coller…?

    Si c’est moi qui suis visé, pas de chance car K-G c’est moi et il me semble que j’ai encore le droit de mettre ici mes propres textes si bien il est encore possible ici d’avoir des droits autres que de démolir des auteurs…..

    Si un commentaire indigeste émis par un autre est un commentaire qui va a l’encontre de ce que l’on pense, cela a un nom, c’est la liberté d’expression, liberté, qui a encore cours en démocratie donc en France, bien que…!!!

    Allez encore un petit effort et j’irais rejoindre Flore et Frank sur le bucher…. (:o)

  102. Khan-gourou

    C’est qui les spameurs…?

    C’est qui ceux qui font du copier/coller…?

    Si c’est moi qui suis visé, pas de chance car K-G c’est moi et il me semble que j’ai encore le droit de mettre ici mes propres textes si bien il est encore possible ici d’avoir des droits autres que de démolir des auteurs…..

    Si un commentaire indigeste émis par un autre est un commentaire qui va a l’encontre de ce que l’on pense, cela a un nom, c’est la liberté d’expression, liberté, qui a encore cours en démocratie donc en France, bien que…!!!

    Allez encore un petit effort et j’irais rejoindre Flore et Frank sur le bucher…. (:o)

  103. Benoit

    Oui c’est bien toi Khan-gourou le spammeur fou, il ne faudrait pas prendre les commentaires de bodoi pour ton blog personnel et tenter de noyer les critiques objectives d’un album complètement raté avec des kilomètres de logorhée/graphorée.

  104. Benoit

    Oui c’est bien toi Khan-gourou le spammeur fou, il ne faudrait pas prendre les commentaires de bodoi pour ton blog personnel et tenter de noyer les critiques objectives d’un album complètement raté avec des kilomètres de logorhée/graphorée.

  105. Khan-gourou

    Mon cher Benoit.

    Prendre ce site pour mon blog, loin de moi cette idée dans la mesure ou pour commencer nous ne devons pas avoir les même valeurs et ensuite car étant WM de 5 forums depuis qq années déjà, j’ai de la place ailleurs si il me prenait l’envie de m’étaler.

    Le tu car nous n’avons pas élevés les cochons ensemble, je le réserve uniquement aux personnes que je pourrais apprécier chose qui ne risque pas de vous arriver.

    Il n’est pas question de noyer quoi que ce soit sauf peut être la vision étriquée de certains et surtout de manque d’objectivité; que l’album ne soit pas le meilleur, sans doute de la a mettre tant de hargne a vouloir par tous les moyens le détruite lui ainsi que ses auteurs il y a de la marge.

    Pour comprendre ce que j’exprime entre autre par l’exemple (ce qui est toujours mieux qu’un jugement primaire, simpliste et a l’emporte pièce et sans le moindre développement) il faut avoir une petite capacité a comprendre, capacité qui semble manquer a certains.

    PS : Je ne suis NI Flore, Ni Frank, donc le genre d’exercice qui consiste sous couvert d’un pseudo a venir attaquer X ou Y glisse totalement sur moi, je suis parfaitement blindé depuis des années contre les zozos qui aiment ce genre de manifestations. Pour mettre en oeuvre votre pseudo sagacité et capacité d’analyse, entrainez vous sur mon pseudo…. (;o)

  106. Khan-gourou

    Mon cher Benoit.

    Prendre ce site pour mon blog, loin de moi cette idée dans la mesure ou pour commencer nous ne devons pas avoir les même valeurs et ensuite car étant WM de 5 forums depuis qq années déjà, j’ai de la place ailleurs si il me prenait l’envie de m’étaler.

    Le tu car nous n’avons pas élevés les cochons ensemble, je le réserve uniquement aux personnes que je pourrais apprécier chose qui ne risque pas de vous arriver.

    Il n’est pas question de noyer quoi que ce soit sauf peut être la vision étriquée de certains et surtout de manque d’objectivité; que l’album ne soit pas le meilleur, sans doute de la a mettre tant de hargne a vouloir par tous les moyens le détruite lui ainsi que ses auteurs il y a de la marge.

    Pour comprendre ce que j’exprime entre autre par l’exemple (ce qui est toujours mieux qu’un jugement primaire, simpliste et a l’emporte pièce et sans le moindre développement) il faut avoir une petite capacité a comprendre, capacité qui semble manquer a certains.

    PS : Je ne suis NI Flore, Ni Frank, donc le genre d’exercice qui consiste sous couvert d’un pseudo a venir attaquer X ou Y glisse totalement sur moi, je suis parfaitement blindé depuis des années contre les zozos qui aiment ce genre de manifestations. Pour mettre en oeuvre votre pseudo sagacité et capacité d’analyse, entrainez vous sur mon pseudo…. (;o)

  107. Un grand nombre de points de vue ayant eu l’occasion d’être exprimés, et les commentaires commençant à vraiment tourner en rond ou s’écarter du sujet, nous avons décidé de les fermer sous cet article.
    Merci.

    la rédaction

  108. Un grand nombre de points de vue ayant eu l’occasion d’être exprimés, et les commentaires commençant à vraiment tourner en rond ou s’écarter du sujet, nous avons décidé de les fermer sous cet article.
    Merci.

    la rédaction