Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 23, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Petit traité d’écologie sauvage

26 avril 2017 |
ALBUM
Petit traité d’écologie sauvage
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
14 €
DATE DE SORTIE
01/03/2017
EAN
2368461078
Achat :

Alessandro Pignocchi, chercheur en sciences cognitives et en philosophie de l’art, spécialiste d’ornithologie, travaille depuis longtemps sur les indiens Jivaros Achuar, au cœur de l’Amazonie. Après un premier livre où il racontait son séjour parmi eux, qui se voulait plus le récit d’une confrontation d’un Parisien à une vie totalement différente qu’un récit anthropologique, il publie ce Petit traité d’écologie sauvage, reprenant plusieurs bandes de son blog.

petit_traite_decologie_sauvage_imageLoin de toute volonté universitaire ou de reportage, il nous expédie dans un futur proche où le monde entier aurait soudain décidé d’adopter la vision animiste des Jivaros. Dès lors, les animaux et les plantes accèdent au statut d’être vivant et les conflits changent totalement d’ordre. Le Parlement européen se terrifie de ses votes passés, les dirigeants tentent tant bien que mal de fuir ou de démissionner mais sont forcés par leurs peuples à rester à leur place : un Hollande dépité tente tant bien que mal de démissionner pour laisser la place à son Premier ministre, réincarné en concombre de mer…

Parmi plusieurs réjouissances, une longue partie est consacrée à des saynètes où un chercheur indien tente de comprendre, avec une approche anthropologique, les us et coutumes baroques d’une des dernières peuplades de citadins fréquentant un bar PMU. Le récit de ses observations et ses conclusions, toutes marquées par sa propre vision du monde complètement décalée, forme un étonnant miroir des défauts potentiels de ce type de recherches…

Avec sa connaissance très fine de la recherche comme des sociétés entrant en collision, Pignocchi porte un regard amusé sur la société contemporaine sans jamais verser dans un quelconque pittoresque. Ce jeu sur le type de récit, accentué par l’effet « carnet de voyage aquarellé » du dessin et un humour constant, fonctionne à merveille et donne une bande dessinée politique bien plus originale que beaucoup d’ouvrages affirmant l’être.

Publiez un commentaire