Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 16, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Sélection Comics – The Wake

4 mars 2015 |

the_wake_couvLa Sélection Comics vous propose un focus sur un titre anglo-saxon qui vous sortira de la routine super-héroïque. Zoom sur une histoire d’horreur et de science fiction, terriblement prenante et superbement illustrée : The Wake, par Scott Snyder et Sean Murphy.

Fascinant comme parfois des postulats assez proches peuvent déboucher sur des traitements très différents. The Wake et Trillium, deux épais one-shots sortis à peu près en même temps chez Vertigo (et en France chez Urban Comics) partagent une même envie de se confronter de manière très moderne à la SF la plus classique, celle qui ose formuler à voix haute des hypothèses stimulantes sur les origines et/ou le devenir de l’humanité. Les deux récits se rejoignent également sur leur conclusion, très ouverte et quasi-mystique (dans la lignée de celle de 2001 l’Odyssée de l’espace, disions-nous à propos de Trillium). Pour le reste, Scott Snyder et Sean Murphy proposent avec The Wake une toute autre expérience narrative et graphique, moins expérimentale et débridée que celle offerte par Jeff Lemire. La construction n’en reste pas moins audacieuse.

Tout commence en effet par une première partie qui se déroule de nos jours, inscrite dans le genre de l’horreur en territoire hostile type Alien ou The Thing. Lee Archer, une biologiste, est recrutée pour épauler une équipe d’experts enquêtant sur une inquiétante créature capturée en eaux profondes. Ce qu’elle découvre, entreposée dans une station de forage sous-marine, est un étonnant hybride homme-poisson, probable inspiration du mythe des sirènes. La créature s’échappe et entreprend de décimer progressivement le groupe avec l’application du requin des Dents de la mer. Le suspense est implacable et les scènes d’action remarquablement exécutées, l’aisance dans ce domaine de Sean Murphy, biberonné à l’œuvre de Masamune Shirow (Ghost in the Shell), n’étant plus à démontrer depuis ses débuts chez DC jusqu’à ses travaux plus personnels Joe l’aventure intérieure ou Punk Rock Jesus. Bref, un récit solide et beau (les abysses époustouflants mis en couleur par Matt Hollingsworth), carré, ce qui en soit serait déjà pas mal du tout. Mais le meilleur reste à venir.

the_wake_image2

Car c’est vraiment quand débute sa seconde partie que The Wake prend toute son ampleur. Un saut dans le temps nous projette 200 ans plus tard. Le monde a considérablement changé. En partie noyés, les continents ont été redessinés. Et ce qu’il reste d’êtres humains vit toujours dans la crainte des attaques des fameux « sirois », comme on les appelle. Une jeune baroudeuse nommée Leeward apprend l’existence d’une arme secrète ancestrale et part à sa recherche. Avec sous le pied de quoi tenir peut-être des années, les deux auteurs bouclent cette quête en une centaine de pages sans perdre une seconde ni un centimètre carré de papier. Menée tambour battant, l’épopée est impressionnante de rythme et d’invention. Que d’idées dans le monde imaginé par les auteurs, avec ses mammifères marins domestiqués et sa relecture futuriste de L’Ile au trésor peuplée de flibustiers !

the_wake_image1

snyder-murphy-photoAux antipodes des aventures de Lee Archer, crépusculaires et claustros, celles de Leeward sont solaires et s’étalent en plans larges monumentaux. Chapeau à Sean Murphy, dessinateur de génie et bourreau de travail, qui, comme dans Punk Rock Jesus, renouvelle sans cesse ses compositions et ne bâcle pas la moindre case. Et ce, même soumis au rythme infernal de parution américain car les 10 épisodes qui composent le récit ont été publiés en l’espace d’une année. L’homme n’a pas volé son Eisner award de meilleur dessinateur 2014 (The Wake a également remporté l’Eisner de la meilleure mini-série). Mais Scott Snyder (Batman, Severed, Swamp Thing) n’est pas non plus pour rien dans le succès du projet, ne serait-ce que pour avoir su, avec sa science de feuilletonniste, canaliser l’énergie créatrice de son camarade, association déjà testée sur American Vampire Legacy. La conclusion laissera sans doute quelques lecteurs sceptiques, mais rares seront ceux qui regretteront le voyage qui y mène. Une formidable odyssée que n’aurait pas renié Homère. Même si, les sirènes, c’est clairement plus ce que c’était.

____________________________

The Wake.
Par Sean Murphy et Scott Snyder.
Urban Comics, coll. Vertigo deluxe, 22,50 €, janvier 2015.

Achetez-le sur Amazon.fr
Achetez-le sur BDFugue.com

____________________________

the_wake_image3

Publiez un commentaire