Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 6, 2020















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Shadowman

17 décembre 2019 |
SERIE
Shadowman
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
30 €
DATE DE SORTIE
20/09/2019
EAN
2375781740
Achat :

Shawdowman, c’est un peu l’équivalent, dans l’univers partagé Valiant, du Deadman de DC. Un héros capable de naviguer entre monde des vivants et monde des morts, appelé ici le Deadside. Avec en plus une dimension vaudou inédite, cadre néo-orléanais oblige. Dans ce run récent signé Andy Diggle, on retrouve donc Jack Boniface, un mortel lié par magie à un « loa », un esprit qui lui confère des super-pouvoirs. Enfin, ça c’est ce qu’on croyait savoir de ce personnage né dans les années 1990. Tout cela va se révéler plus compliqué, d’autant plus que Diggle se complait parfois à user d’un épais charabia ésotérico-fantastique fort inutile.

shadowman_imageOn conseillera d’être un peu patient tout au long du premier tiers du livre, qui ne fait pas beaucoup d’efforts pour intéresser au sort de cette figure Valiant emblématique, jetée immédiatement dans des batailles échevelées contre des ennemis standards qui laissent peu de marge au titre pour sembler être autre chose qu’une série d’action de plus. La suite est heureusement plus accrocheuse. Mieux dessinée grâce au renfort du très doué Renato Guedes, elle revient dans le détail sur les origines du pacte qui lie en fait toute la lignée des Boniface au loa. Au gré de pages qui, concomitance révélatrice, font furieusement écho aux choix narratifs et thématiques de la série TV Watchmen, Jack se retrouve l’objet de visions, à remonter le temps en pensée pour revivre par les yeux de ses ancêtres le traumatisme de l’esclavage ou bien le racisme lors de la conquête de l’ouest ou dans les années 1940… Au cœur de Shadowman, il y a une émancipation symbolique : Jack se libère peu à peu du poids de l’histoire, celle de sa famille et celle des Afro-Américains. On retiendra cette image, encore puissante en 2019 (malgré son abondante utilisation chez Luke Cage par exemple), d’un superhéros noir se libérant littéralement de chaînes, même magiques.

Pas si générique que cela en fin de compte, Shadowman ou plutôt Shadowman et sa partenaire Alyssa, sorcière badass qu’on serait bien en peine de réduire au stade de simple sidekick, forment un duo de héros qui mérite largement de jouer les premiers rôles au sein de l’univers Valiant.

Publiez un commentaire