Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 7, 2021















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Totale Resistance

5 novembre 2021 |
SERIE
Totale Resistance
ALBUM
Totale Resistance
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
30 €
DATE DE SORTIE
17/09/2021
EAN
2889231054
Achat :

totale-resistance_image1 Des troncs d’arbres, prisonniers de leurs écorces, se font écraser par des bûcherons peu scrupuleux. Ils implorent ensuite leur pitié pour éviter de se faire découper, trancher, massacrer… Plus loin, un blockhaus flippant où un ectoplasme mate du saut à skis, après s’être saisi d’un poignard ; des tirs de kalach dans une usine où l’on soigne, apparemment. Puis on se venge, une usine prend feu, on se tape à coups de batte, de gourdin et on taille dans le vif…

Bon, on avait quelques doutes sur l’art de Helge Reumann depuis SUV et Black Medecine Book, nous voilà achevés après ce Totale Resistance : la vingtaine d’histoires courtes, sans texte, de cette BD grand format distille un malaise certain. On est d’abord happé par l’indéniable talent graphique de l’auteur, proche visuellement de Ludovic Debeurme : un trait précis, froid, qui fait écho à l’absence du verbal, renforcé par des cases amples, sans le souci du réalisme des personnages. Des ectoplasmes, des nounours ou des fantômes se débattent dans des décors austères – forêts, usines, immeubles –, terrains propices au déploiement de la violence, à une ambiance de rêve post-apocalyptique. Mais là où Black Medecine Book révélait « une fureur contenue » que le dessin se chargeait de révéler (dixit Christian Rosset), celle-ci ne l’est plus vraiment dans Totale Resistance. Le monde est sombre, violent. Comment ne pas désespérer de lui, semble nous dire la BD ? Des haches et des clous, mais pas de bons sentiments. Des coups et découpages en tous genres. Une forme d’humour absurde, noir ? Sûrement mais avouons être passés à côté. Surtout,  il y a dans Totale Resistance l’impression désagréable d’être pris en otage par cet univers dur et tordu, comme si l’auteur était prisonnier d’obsessions ou de hantises mal digérées – le rapport au physique, au corps –, incapable de s’en délivrer ou de les sublimer. Dans ce contexte, difficile de trouver de la beauté dans ce recueil, qui laisse de marbre. Pire, qui dérange un lecteur captif du spectacle de la douleur et de la souffrance.

totale-resistance_image2

Publiez un commentaire