Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | July 26, 2021















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Vei

21 juin 2021 |
SERIE
Vei
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
26.90 €
DATE DE SORTIE
13/05/2021
EAN
B08WJW5NY4
Achat :

vei-image1Odin, les valkyries, Loki… Le folklore nordique, inépuisable réservoir d’histoires, n’en finit pas d’inspirer. C’est d’autant plus remarquable de la part de Vei, volumineux récit proposé dans une superbe intégrale par Ankama, que de proposer un regard très rafraîchissant sur ce corpus de légendes. À revers des histoires de vikings brutales et arides, les deux co-auteurs suédois proposent une fresque chatoyante et colorée dans des environnements lumineux et fastueux, aux antipodes des plaines neigeuses et des châteaux humides qu’on attendrait.

Les figures familières sont bien là, à commencer par l’inévitable Thor et son marteau, mais relégué au statut de figurant sous les traits d’un gros barbare colérique. D’autres grands noms du panthéon scandinave ont un rôle plus conséquent, mais Sara B. Elfgren et Karl Johnsson ont choisi de se placer du côté d’une autre faction : les géants qui règnent sur le monde de Jötunheim. Des créatures fascinantes, à mi-chemin du Docteur Manhattan de Watchmen pour leur stature démesurée et leur peau bleue, et de Miyazaki pour leur aura magique et leur caractère animiste, en communion avec la nature comme en attestent leurs bois de cervidés sur le front. Même très présents dans l’ouvrage, chacune de leurs apparitions conserve sa capacité à émerveiller et il faut féliciter Johnsson pour cela, qui excelle, au dessin, à les laisser remplir ses pages avec majesté par un jeu d’échelle admirablement maîtrisé.

Première à révérer, les yeux levés au ciel, ces monuments vivants, celle qui donne son nom à l’ouvrage : Vei, une humaine appelée à porter les couleurs de Jötunheim lors d’un tournoi de gladiateurs qu’organisent de manière cyclique géants et dieux, pour décider du sort de l’univers. Plutôt que de se salir eux-mêmes les mains, les deux camps entraînent des champions parmi leurs sujets et les envoient se battre à leur place dans une sorte de Mortal Kombat obéissant à des règles ancestrales. Sans rougir de plier cette matière mythologique aux codes du shônen, Elfgren et Johnsson s’offrent une saga d’action pleine de rebondissements, épique mais qui ne perd jamais de vue son héroïne, même juchée telle une petite souris sur l’épaule de son colosse préféré. Une réussite XXL.

vei-image2

Publiez un commentaire