Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 16, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

4 Comments

Angoulême 2012 : le musée privé d’Art Spiegelman

26 janvier 2012 |

Le musée de la bande dessinée d’Angoulême propose une superbe exposition : Art Spiegelman, le musée privé.

musee0Alors que le Festival d’Angoulême propose une exposition rétrospective de l’oeuvre de son président 2012, Art Spiegelman, le musée de la bande dessinée a invité l’Américain à constituer son « musée privé ». Dans les espaces d’exposition permanente, l’auteur de Maus a eu libre cours pour présenter le travail d’artistes qui l’ont inspiré: le petit panthéon personnel d’un homme qui connaît ses classiques – et bien plus.

Plus de 400 oeuvres de 116 artistes composent cette exposition qui mériterait qu’on y passe des heures, tant la rareté des pièces montrées et leur richesse historique représentent un événement. L’exposition comporte effectivement un fort aspect historique, puisqu’elle se déroule autour de quatre thèmes forts et autant de vitrines joliment agencées : bande dessinée et caricature, de 1830 à 1914; les grandes heures du newspaper strip américain; les débuts du comic book et les E.C. Comics; l’underground et le post-underground. Thèmes auxquels il faut ajouter une salle consacrée à la revue Raw, fondée par Spiegelman et François Mouly, et une autre présentant les 40 planches de la BD fondatrice de Justin Green, Binky Brown.

Attention, si les intitulés font penser qu’on a affaire à une exposition chronologique sur l’émergence de la BD et son développement aux États-Unis, il n’en est rien. En effet, Art Spiegelman ne souhaite pas être exhaustif, mais bien mettre en avant les artistes et les oeuvres qui comptent pour lui, dans son coeur de lecteur, et qui l’ont influencé, dans son travail de dessinateur.

En vrac, on retrouve donc des livres de Wilhelm Busch, des pages d’Alain Saint-Ogan, des gravures Lynd Ward et Frans Masereel, des planches (époustouflantes) de Winsor McCay, George Herriman, Will Eisner (un Spirit d’une modernité bluffante) ou Milton Caniff, des originaux de Robert Crumb, Harvey Kurtzman, Charles Burns, Jaime Hernandez, Mattotti, Masse ou Spain, des strips de Charles Schulz ou Jules Feiffer, des magazines et comics en superbe état… Le tout présenté accompagné d’interviews vidéo inédites, dans lesquelles Spiegelman explique l’importance qu’ont pour lui toutes ces images. Et l’on comprend ainsi mieux l’héritage sur lequel s’appuie l’homme et ce qu’il a voulu faire avec sa revue Raw.

Voici un petit aperçu en photos de l’exposition, qui se tient jusqu’au mois de mai au musée de la BD. Et vous trouverez sur le site de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image un dossier complet, avec explications, liste des auteurs présentés, sélection d’images, etc. Et même la possibilité d’acheter le ebook consacré à cette expo événement (4,99 €).

musee1

musee2

musee3

musee4

musee5

musee6

musee7

musee8

musee9

musee10

musee11

musee1é

musee13

musee14

musee15

musee16

musee17

musee18

musee19

musee20

musee21

musee22

musee23

musee24

musee25

Photos © BoDoï

Commentaires

  1. Impressionnante collection !

  2. Impressionnante collection !

  3. paul

    on a qu’une seule envie, sauter dans un train pour aller voir cette expo.

  4. paul

    on a qu’une seule envie, sauter dans un train pour aller voir cette expo.

Publiez un commentaire