Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 26, 2020















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Asadora ! #1

31 janvier 2020 |
SERIE
Asadora
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
7.45 €
DATE DE SORTIE
31/01/2020
EAN
2505085242
Achat :

Asadora 1 3Le récit s’ouvre sur une scène de fin de monde se déroulant en 2020, année des Jeux olympiques au Japon. Après quelques pages et un saut dans le temps, on accompagne Asa, une jeune fille issue d’une famille nombreuse modeste, en train de courir dans les rues de Nagoya en 1959. Elle cherche quelqu’un qui pourra aider sa mère à mettre au monde son nouvel enfant. Pas de chances pour elle, une fois le médecin prévenu, elle est prise dans un puissant typhon qui va changer son monde du tout au tout. Si elle arrive à s’en sortir indemne, la région est ravagée. Sans une once d’hésitation, la petite altruiste se donne à fond pour aider et soutenir la population en détresse.

Après avoir timidement laissé son comparse Takashi Nagasaki en dehors du processus narratif pour la publication potiche de Mujirushi – Le signe des rêves, Naoki Urasawa nous revient une nouvelle fois en solo avec une série qui semble d’une tout autre ambition. Pris par le cours des événements dès les premières pages, le lecteur a le plaisir de goûter de nouveau tout ce qui fait le sel des séries de l’auteur. On y retrouve nombre de ses thématiques, obsessions et procédés d’écriture. On entre immédiatement en empathie avec les personnages bien campés et à la touche Urasawa immédiatement reconnaissable.

Le plaisir de lecture est bien présent. On se laisse emporter par le rythme, la narration impeccable et le tracé plus maîtrisé que jamais du mangaka. Il ne semble pas avoir envie d’en mettre plein la vue comme dans Billy Bat, et c’est tant mieux. Il installe son récit dans une réalité historique qu’il agrémente de fantastique. On ne sait pas encore où il va nous mener, mais le titre (qu’on pourrait retranscrire littéralement par « le feuilleton d’Asa »), l’ouverture et la fermeture de ce premier tome laisse entrevoir le rôle clé d’Asa fresque historique et humaine.

© 2019 Naoki URASAWA/N WOOD STUDIO – Traduction : Thibaud Desbief

Asadora 1 2

Publiez un commentaire