Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 17, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

4 Comments

Asthénie #1 ***

12 janvier 2009 |

bien.jpgasthenie1_couv.jpgPar Roland Pignault et Joël Callède. Dupuis, 13 €, le 16 janvier 2009.

Il est beau, il est brillant, il est avocat. Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes s’il arrivait à dormir! Car Jason Newman ne ferme plus l’oeil depuis des semaines. Cette insomnie chronique, qui le pousse à gober des pilules et à ingurgiter de l’alcool à outrance, est en train de nuire à sa vie, professionnelle et sentimentale. Jusqu’à ce qu’un médecin réputé lui envoie des décharges électriques dans le cerveau: le sommeil revient d’un coup, mais les ennuis avec…

Voilà un premier tome bien intrigant. Joël Callède (Haute Sécurité) prend son temps pour poser le décor et bien faire sentir le malaise de son héros, personnage plombé par ses troubles du sommeil et peu sympathique au demeurant. Le mystère n’intervient que dans le dernier tiers de l’album: après l’étrange expérience médicale dont il est l’objet, Jason Newman connaît des pertes de mémoire importante, fait des cauchemars horribles et se laisse submerger par d’inexplicables pulsions meurtrières. On assiste alors à une sorte d’anti-histoire de super-héros: tous les ingrédients super-héroïque y sont (le beau gosse, le décor américain, l’expérience qui tourne mal), mais – dans les 56 pages de ce volume – le personnage central est confronté à un mystère trop grand pour lui, et qui ne lui donne pas vraiment de pouvoirs surnaturels…

asthenie_image.jpgAux pinceaux, Roland Pignault (Arcanes #1-2, Pandora Box #4) joue également dans ce sens: influencé par les comics (on pense à Alex Maleev), il donne à son héros les traits de l’acteur Ben Affleck… qui incarna l’avocat-justicier Daredevil au cinéma! Photoréaliste et non figé, son dessin est d’une précision redoutable et sa palette d’ombres et de couleurs compose des ambiances fort réussies.

Sous un titre franchement pas glamour (Asthénie, c’est un peu repoussoir, non?), cette nouvelle série est riche de promesses. Saura-t-elle les tenir?

Achetez Asthénie T1 sur Amazon.fr

Commentaires

  1. Depuis que j’ai découvert Joël Callède dans « Comptine d’Halloween » puis enchaîné (ah ah) « Enchaînés » … tous les autres, et surtout « Tatanka » superbement mis en images par Séjourné … je suis devenu fan de ses histoires.
    J’attendais donc avec impatience sa nouvelle réalisation.
    Si l’histoire met un certain temps (nécessaire) à se mettre en place, ce n’est que pour mieux décoller dans sa 2e partie où le suspense va crescendo pour nous laisser en plein mystère à la fin de ce 1er tome … devient-il fou, est-il manipulé, que s’est-il passé chez le neurologue, qui sont ces personnages qui hantent ses cauchemars ?
    Dans un style très Stephen King, je me suis laissé embarquer par cette ambiance pesante bien rendue par Roland Pignault son complice palois qui use (abuse ?) de décors photos New Yorkais plus vrais que nature poussant quelquefois le détail jusqu’à coller la même plaque minéralogique sur 2 taxis différents ou 2 fois la même vue devant la clinique du neurologue ! (je te pardonne Roland … ça fait gagner du temps … et nous, plus tu iras vite plus ça ira … très sexy tes nanas ! ;-))
    Bravo également à la coloriste … qu’on oublie trop souvent !
    Bref, comme d’habitude dans ce cas, vivement la suite …

  2. Depuis que j’ai découvert Joël Callède dans « Comptine d’Halloween » puis enchaîné (ah ah) « Enchaînés » … tous les autres, et surtout « Tatanka » superbement mis en images par Séjourné … je suis devenu fan de ses histoires.
    J’attendais donc avec impatience sa nouvelle réalisation.
    Si l’histoire met un certain temps (nécessaire) à se mettre en place, ce n’est que pour mieux décoller dans sa 2e partie où le suspense va crescendo pour nous laisser en plein mystère à la fin de ce 1er tome … devient-il fou, est-il manipulé, que s’est-il passé chez le neurologue, qui sont ces personnages qui hantent ses cauchemars ?
    Dans un style très Stephen King, je me suis laissé embarquer par cette ambiance pesante bien rendue par Roland Pignault son complice palois qui use (abuse ?) de décors photos New Yorkais plus vrais que nature poussant quelquefois le détail jusqu’à coller la même plaque minéralogique sur 2 taxis différents ou 2 fois la même vue devant la clinique du neurologue ! (je te pardonne Roland … ça fait gagner du temps … et nous, plus tu iras vite plus ça ira … très sexy tes nanas ! ;-))
    Bravo également à la coloriste … qu’on oublie trop souvent !
    Bref, comme d’habitude dans ce cas, vivement la suite …

Publiez un commentaire