Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 16, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

5 Comments

Benoît Mouchart quitte le Festival d’Angoulême pour Casterman

16 janvier 2013 |

Il fut dix années durant le directeur artistique du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême. Après cette 40e édition, Benoît Mouchart quittera ses fonctions, et deviendra en mars directeur éditorial BD chez Casterman — récemment racheté par Gallimard, et qui a vu son directeur général, Louis Delas, démissionner en novembre.

mouchart« Je suis très honoré et heureux de rejoindre cette maison au catalogue passé et actuel prestigieux, nous a-t-il précisé. C’est forcément un déchirement de quitter le Festival, où j’ai travaillé au sein de l’organisation avec des gens formidables. Mais, au bout d’un certain temps, il est logique d’accepter certains changements, de prendre certains virages. » Benoît Mouchart dit ne pouvoir s’exprimer pour le moment sur sa future ligne éditoriale : « J’attends d’en parler avec les équipes de Casterman, de voir les livres en cours. »

Pourquoi faire cette annonce à quelques jours du début du Festival ? Pour couper court à une rumeur en train de s’amplifier depuis quelques jours. « Il nous a semblé plus sain de communiquer, poursuit-il. Casterman et le Festival ont décidé de clarifier les choses d’un commun accord, sans conflit. »

Le Festival explique dans un communiqué que le futur directeur éditorial « n’assistera pas aux délibérations du Grand Jury (dans lesquelles, de toute façon, il n’intervenait pas) et de l’académie des Grands Prix ». Et ce « afin de garantir le respect absolu de l’indépendance du palmarès de la compétition officielle et de l’élection du Grand Prix ».

Benoît Mouchart, 36 ans, est par ailleurs commissaire d’expositions, et auteur. Il a publié des livres sur le neuvième art (La Damnation d’Edgar P. Jacobs et Hergé, portrait intime du père de Tintin avec François Rivière, A l’ombre de la ligne claire sur Jacques Van Melkebeke, ou encore, très récemment, De la bande dessinée au XXIe siècle), mais aussi des ouvrages sur Brigitte Fontaine ou Jean-Patrick Manchette.

Photo © J.F. Alvarez.

Votez pour cet article

Commentaires

  1. pascal

    Angoulême a besoin de toute manière d’un grand bol d’air frais et de sortir de ses ornières.Comme le monde de la BD en général bien engoncé et cloisonné sous ses faux airs d’ouverture .

    On peut se demander qui des deux est d’ailleurs responsable des égarements de l’autre.La solution est peut-être de revenir aux fondamentaux. Et de faire exploser le plafond de verre. Loin des mainmises et arrangements entre amis qui se cachent en tant que supposée plus-value artistique et culturelle. La poudre aux yeux de la légitimation se compte en auteurs à la rue et qui crèvent la dalle. Beau résultat.

  2. Francois Pincemi

    Ou là! quand on voit la « splendide » programmation des festivals antérieurs, où il y avait un parti-pris systématique de mettre en avant le peu connu et l’invendable, en oubliant de rendre hommage à la belle BD traditionnelle, on peut se demander ce que va faire ce BM chez Casterman

  3. Mina

    Les pronostics de Bodoi pour le festuval d’angouleme 2013 – ou sont-ils? :)

  4. Ils arrivent, ils arrivent…

Publiez un commentaire