Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 18, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Bye Bye tristesse °

9 octobre 2012 |

picto-critique_V3-0tristesse_couvPar Béja et Nataël. 12Bis, 13,90€, le 30 août 2012.

Après une humiliante fessée reçue lorsqu’elle était gamine, Lolita a verrouillé son corps. Puis l’a, beaucoup plus tard, ouvert tout à fait à Régis, auquel elle a aussi donné sa main. Aujourd’hui, lui serait-il infidèle ?

tristesse_1Blonde peu farouche et de bonne famille, l’héroïne de Tristesse cache une blessure. Mais cet album maladroit, souvent ridicule, parvient bien mal à exprimer la complexité de son personnage principal. Caricatural, le scénario de Nataël ne parvient jamais à susciter une réelle curiosité.

Pire encore, ses dialogues verbeux et sa voix off pseudo littéraire provoquent le rire — quelques exemples : « Mon ventre impatient dont les chairs fondantes quémandent ta roide et impétueuse présence » ; « Le merci de mon cri dans le brasier de l’amour » ; « Notre voyage de noces nous avait fait voguer sous le signe du plaisir et de la splendeur »… Peut-on se rabattre sur le dessin pour glaner un peu de subtilité ? Non, pas vraiment. Le trait de Béja se révèle épais et plutôt vulgaire, d’un érotisme lourd. Comique malgré lui, l’ensemble finit par atterrer.

tristesse_2

Achetez-le sur Fnac.com
Achetez-le sur Amazon.fr
Achetez-le sur BDFugue.com

Publiez un commentaire