Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 25, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Ces jours qui disparaissent

28 septembre 2017 |
SERIE
Ces jours qui disparaissent
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
22.50 €
DATE DE SORTIE
13/09/2017
EAN
2344013326
Achat :

ces_jours_qui_disparaissent_imageLubin est un jeune acrobate insouciant. Pour lui, seuls comptent le spectacle de cirque qu’il prépare, ses amis, et sa copine Gabrielle. La paperasse, les horaires, le ménage, c’est pas son truc. Seulement, un jour, il se rend compte qu’il a « sauté » une journée. Couché le dimanche, il ne s’est réveillé que le mardi. Et cela se reproduit, au rythme d’un jour sur deux. Il se rend alors compte qu’il ne dort pas durant les jours qui disparaissent, mais qu’une autre personnalité se réveille dans son corps et peine bien à comprendre ce qui lui arrive. Les deux Lubin, par messages laissés sur l’ordinateur, vont apprendre à se connaître et à organiser leur double (ou demi) vie. Mais les personnes de leur entourage qui sont au courant ne vont pas toutes bien le prendre, d’autant que le nouveau Lubin a un caractère radicalement opposé au premier, rigoureux, efficace mais sans fantaisie. Et tout va s’emballer que le nouveau Lubin va prendre plus de place, et rester deux jours au lieu d’un, puis trois, cinq, et des semaines entières…

Révélé par Skins Party, Timothé Le Boucher avait confirmé avec Les Vestiaires. Là, ce gros volume est l’album de l’envol. Car son scénario, qui évoque les cas psychiatriques de troubles dissociatifs de l’identité (ou personnalité multiple), est d’une intelligence rare et d’une puissance émotionnelle étourdissante. Clairement fantastique, le récit offre une possible lecture psychanalytique crédible, et l’ajout d’éléments de science-fiction dans la dernière partie apporte encore une couche d’émerveillement – et de doute – au lecteur. On peut aussi voir cette histoire comme une métaphore du passage de l’adolescence rêveuse à un âge adulte forcément sérieux et pétri de responsabilités. Quoi qu’il en soit, grâce à sa forte pagination, le livre prend le temps d’exposer les enjeux et le trouble du héros et de son entourage, permettant l’identification du lecteur, qui se laissera bousculer par toutes ces interprétations possibles, sans jamais lâcher prise.

Le dessin fin, expressif et en mouvement, dans une famille graphique proche de Bastien Vivès, illustre subtilement le propos, avec une belle légèreté qui évite tout aspect plombant. Ce qui permet de dévorer avec avidité les près de 200 pages de cette histoire vertigineuse, qui interroge sans dogmatisme le thème de l’identité, de ce qui fait un homme, sur le plan psychique et sentimental. Un récit brillant, audacieux, mais qui ne néglige jamais l’émotion. Une des BD les plus marquantes de 2017.

Feuilletez des milliers de bandes dessinées gratuitement sur Sequencity

Publiez un commentaire