Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Eugène ***

21 février 2013 |

picto-critique-V3-3eugene_couvPar Quentin Vijoux. Michel Lagarde, 16 €, le 24 janvier 2013.

Eugène est un garçon un peu falot, qui est bien content qu’un travail lui tombe tout cuit entre les mains. Mains qui ont la particularité d’être dotées de greffes de peau dans les paumes. Il doit donc laisser son amoureuse Jeanne seule dans leur foyer, pour aller jouer les livreurs en ville pour un étrange docteur. Et ce n’est que le début d’une succession de bizarreries.

eugene_image1Avec son dessin tout en finesse et sa mise en page aérienne s’affranchissant des cases, l’illustrateur Quentin Vijoux signe ici une première bande dessinée extrêmement curieuse. On pense à Kafka ou Boris Vian, dans les thèmes abordés comme dans l’humour grinçant. Mais cet album qui multiplie les fausses pistes, les décors oniriques et les personnages troublants, est doté d’une vraie personnalité. Comme une fable amère ou un petit conte noir, raconté avec une inquiétante légèreté, presque une nonchalante distance avec les événements, incarnée par un anti-héros emporté dans la tornade des événements tel une poupée de chiffon dans un courant d’air. Certaines questions semblent sans réponse, des destinées sont irrémédiablement brisées, l’amour laisse la place au manque et à la douleur. Et pourtant, Quentin Vijoux ne verse jamais dans le mélodrame, grâce à une narration très fluide et un graphisme poétique. Une singulière réussite pour un livre original qui ne laissera pas insensible.

Achetez-le sur Fnac.com
Achetez-le sur Amazon.fr
Achetez-le sur BDFugue.com

eugene_image2

Publiez un commentaire