Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

14 Comments

Evangelion, mode d’emploi

9 mars 2009 |

Hideaki Anno est au Japon ce que George Lucas est aux États-Unis. Un cinéaste visionnaire ayant la fâcheuse manie de remodeler ses œuvres maîtresses depuis des années ! Retour sur la genèse du dessin animé Evangelion, et ses déclinaisons contemporaines.

Un peu d’histoire

evangelion_robot_lune.jpgPour bien comprendre ce cas unique dans l’histoire de l’animation nippone qu’est Neon Genesis Evangelion, un peu d’histoire s’impose. En 1995, une série télé de science-fiction révolutionnaire s’impose sur les écrans nippons. Le concept est simple : tenter de renouveler le thème éculé des robots géants affrontant de viles créatures tout aussi géantes. Après une catastrophe à l’échelle planétaire qui met l’humanité à genoux, d’étranges monstres attaquent la nouvelle ville de Tokyo. On les nomme les Anges… Ikari Shinji, adolescent chétif, est contraint par son père, qui dirige une mystérieuse organisation luttant contre ces monstres, de combattre à bord d’un robot géant, l’Evangelion.

Si ce résumé ressemble à 90% des séries TV de science-fiction nippones, c’est pour mieux tromper le spectateur. D’une part, tous les personnages sont dotés d’une psychologie extrêmement complexe et torturée, sur fond d’Armageddon biblique. Certains épisodes frôlent ainsi la séance de psychanalyse freudienne ! D’autre part, la mise en scène de cette série, extrêmement léchée pour l’époque, a fait école dans de nombreuses œuvres de SF japonaise jusqu’à aujourd’hui. Un peu comme fut l’électrochoc Blade Runner pour la SF américaine en son temps.

evangelion_profils.jpgEvangelion créa aussi une polémique parmi les fans au Japon, par sa fin incroyable et totalement inédite dans le genre, renvoyant les téléspectateurs dans une mise en abîme introspective quasi psychiatrique ! Bref, un monument du genre encore inégalé aujourd’hui.

Le syndrome Lucas

C’est là que le « syndrome Lucas » entre en action. Influencé par certains fans en colère, le studio Gainax, producteur de la série, décide de retourner les deux derniers épisodes sous la forme de deux longs-métrages prestigieux, bourrés d’action et possédant une « vraie » fin. Le discours philosophique reste à peu près le même, mais c’est sûr que cela passe mieux avec quelques explosions grandioses de plus ! Les fans se divisent alors en deux clans : les puristes de la première version qui a fait d’Evangelion un classique, et les téléspectateurs enfin satisfaits d’avoir une vraie « fin », certes somptueuse artistiquement parlant, mais effaçant complètement le côté décalé et innovant de la conclusion originale de la série !

evangelion_nuage.jpgUne troisième version est mise en chantier quelques années plus tard : épisodes remasterisés, séquences entièrement refaites, notamment pour les quatre derniers épisodes disposant de scènes supplémentaires. La fin originale de la série est de nouveau disponible (ouf !), le tout dans un luxueux coffret DVD édité par Dybex (les films étant disponibles chez un autre éditeur : Manga Vidéo).

En résumé, la série TV possède deux fins différentes, l’une sous forme d’épisodes télé de format classique, l’autre sous forme de longs-métrages. Quant à la version originale de la série, telle que diffusée la première fois sur le petit écran, elle semble définitivement perdue dans les archives de la Gainax. Bienheureux ceux qui l’opportunité d’acheter les DVD originaux d’époque sortis au Japon mais aussi en France !

Une ultime version ?

Enfin en 2008, la quatrième (et dernière ?) version voit le jour sous la forme de 4 longs-métrages (en cours de production) qui auront la tâche difficile résumer les 26 épisodes de 26 minutes originaux. Le tout bien évidement avec une question en suspens : quelle fin sera cette fois choisie ?

evangelion_robot_soleil.jpgQu’en est-il alors du film sorti en salle en France le 4 mars dernier ? Celui-ci résume tout d’abord les six premiers épisodes de la série. Du format 4/3 TV de l’époque, on passe à un semi-cinémascope 1.85, rendant les nombreuses scènes d’action relativement dantesques, surtout lorsque celles-ci sont épaulées par des effets numériques et 3D de toutes beauté. Près des deux tiers du film sont donc composés de plans littéralement calqués sur la série, en plus beau , plus fin, plus grand, etc. Après tout, comme le nom du projet l’indique (Rebuilt), il s’agit ici de reconstruire l’œuvre Evangelion.

Le problème est le suivant : d’un côté ceux qui connaissent la série ne découvriront pas grand-chose de nouveau dans cette énième version, de l’autre, les non-initiés risquent de ne pas saisir toutes les subtilités d’un scénario beaucoup plus complexe qu’il n’y paraitra dans les longs-métrages suivants.

Cette quatrième version d’Evangelion donne donc pour le moment un résultat hybride, qui risque de diviser les spectateurs (fan, curieux, ou néophyte). Indépendamment de tout cela, il reste un joli film de SF, dynamique, aux cadrages splendides, mais qui ont étés depuis maintes fois pompés et re-pompés par des productions plus récentes, d’où un dérangeant air de déjà-vu (un peu comme si le premier Star Wars sortait pour la première fois en salle aujourd’hui, sans le remettre dans le contexte de son époque où il fut un monument d’innovation !). De plus, de nombreux éléments de la série originale, quasi indispensables pour la compréhension des différents messages philosophiques, sont absents de ce film aux angles finalement arrondis, calibré pour plaire à tout le monde… ou à personne, c’est selon.

En tous cas, au Japon, cet Evangelion-là a fait un carton ! Et en toute impartialité, il faudra sans doute attendre l’ensemble des quatre films pour émettre un jugement (dernier ?) sur cette aventure cinématographique atypique…

Kara

_________________________________________________________

Evangelion 1.0 You are (not) alone.
Dessin animé de Hideaki Anno, Kazuya Tsurumaki et Masayuki.
1h38. En salles depuis le 4 mars 2009.

_________________________________________________________

Commentaires

  1. Welter

    Voila une critique qui résume bien, et objectivement. Pour moi Evangelion représente l’anime le plus original jamais conçu, au coude à coude avec miyazaki (l’un original, décalé et psychologique, l’autre magique, grandiose et sobre.)

  2. Welter

    Voila une critique qui résume bien, et objectivement. Pour moi Evangelion représente l’anime le plus original jamais conçu, au coude à coude avec miyazaki (l’un original, décalé et psychologique, l’autre magique, grandiose et sobre.)

  3. Merci pour votre appréciation ^^.
    Il n’est pas facile de résumer de façon clair l’embriglio qu’est Evangélion. J’aurais pus aussi parler du beau manga dessiné actuellement par le character designer de la série TV et qui semble aussi se diriger vers une possible autre conclusion ! mais là, on n’en finirait plus ^^…
    Et enfin certes, Anno et Myazaki (qui ont oeuvré ensemble sur Nausicaa) sont deux artistes différends mais complémentaires dans leurs apport à l’évolution même du cinéma (pas seulement d’animation à mon sens), chacun dans leur domaine. Dommage que l’un soit plus médiatisé que l’autre, mais là encore, c’est une autre histoire….

  4. Merci pour votre appréciation ^^.
    Il n’est pas facile de résumer de façon clair l’embriglio qu’est Evangélion. J’aurais pus aussi parler du beau manga dessiné actuellement par le character designer de la série TV et qui semble aussi se diriger vers une possible autre conclusion ! mais là, on n’en finirait plus ^^…
    Et enfin certes, Anno et Myazaki (qui ont oeuvré ensemble sur Nausicaa) sont deux artistes différends mais complémentaires dans leurs apport à l’évolution même du cinéma (pas seulement d’animation à mon sens), chacun dans leur domaine. Dommage que l’un soit plus médiatisé que l’autre, mais là encore, c’est une autre histoire….

  5. Welter

    Effectivement, Anno semble avoir beaucoup plus de talent et d’imgination, surtout au niveau de l’animation (les ailes d’honnéamise sont à couper le souffle, c’est ce quo’n pourrait appeler « de l’animation d’auteur »), et sadamoto, le fameux character designer, lui est plutot doué pour la complexité des personnages (la encore honnéamise), leur psychologie, ou encore la poésie et la beauté des scenes, (ici je verrait plutot la version papier d’evangelion, par sadamoto, en particulier les scenes non présentes dans l’anime, mise a part le passé de kaji, totalement ridicule, par rapport aux liens ente shinji et rei, ou sjinji et asuka par exemple.)
    houla je m’enflamme désolé

  6. Welter

    Effectivement, Anno semble avoir beaucoup plus de talent et d’imgination, surtout au niveau de l’animation (les ailes d’honnéamise sont à couper le souffle, c’est ce quo’n pourrait appeler « de l’animation d’auteur »), et sadamoto, le fameux character designer, lui est plutot doué pour la complexité des personnages (la encore honnéamise), leur psychologie, ou encore la poésie et la beauté des scenes, (ici je verrait plutot la version papier d’evangelion, par sadamoto, en particulier les scenes non présentes dans l’anime, mise a part le passé de kaji, totalement ridicule, par rapport aux liens ente shinji et rei, ou sjinji et asuka par exemple.)
    houla je m’enflamme désolé

  7. Welter

    sinon j’ai regardé le second film d’evangelion hier… j’en resté boulversé ça fait toujours autant d’effet …. j’ai l’impression d’un message à tous les geeks ou otaku qui leur dirait : « ne regarder pas les manga, ne jouez pas aux jeux vidéo, sortez dehors, grandissez, stoppez votre imaginaire, et formez vous uen vie social » un peu paradoxal le message quoi O_O
    autant l’attaque du QG est magnifique, autant le plan de complémentarité est completement délirant ! ! !

  8. Welter

    sinon j’ai regardé le second film d’evangelion hier… j’en resté boulversé ça fait toujours autant d’effet …. j’ai l’impression d’un message à tous les geeks ou otaku qui leur dirait : « ne regarder pas les manga, ne jouez pas aux jeux vidéo, sortez dehors, grandissez, stoppez votre imaginaire, et formez vous uen vie social » un peu paradoxal le message quoi O_O
    autant l’attaque du QG est magnifique, autant le plan de complémentarité est completement délirant ! ! !

  9. Les Ailes d’Honnêamiss est pour moi l’un des dix plus grands films de SF jamais réalisés (tous médias confondus : live, 3D, animation, etc…). Un classique instantanée et qui n’à pas vieillit d’un poil ! Le film pilote aussi est un monument du genre…
    Pour le manga d’Eva, je ne saurais donner une opinion car je n’ai pas tout lu. Certains fans préfèrent cependant la version papier à celle animée. Question de goûts.

    Concernant le message d’EVA, et en se basant ce que vous avez vu, il semble donc bien que cette 4ème adaptation se dirige donc bien vers la fin originale de la série, OUF !
    Mais n’en dîtes pas plus ! Vous êtes en train de spoiler !

  10. Les Ailes d’Honnêamiss est pour moi l’un des dix plus grands films de SF jamais réalisés (tous médias confondus : live, 3D, animation, etc…). Un classique instantanée et qui n’à pas vieillit d’un poil ! Le film pilote aussi est un monument du genre…
    Pour le manga d’Eva, je ne saurais donner une opinion car je n’ai pas tout lu. Certains fans préfèrent cependant la version papier à celle animée. Question de goûts.

    Concernant le message d’EVA, et en se basant ce que vous avez vu, il semble donc bien que cette 4ème adaptation se dirige donc bien vers la fin originale de la série, OUF !
    Mais n’en dîtes pas plus ! Vous êtes en train de spoiler !

  11. Welter

    pour ma part j’ai découvert le premier film d’abord, puis la version papier, puis le second film et pour finir la série. Je préfère la série, et les films, qui pour moi sont complémentaires, meme si la série peut faire preuve de plus d’humour (kaji, misato, asuka, tout ça) mais aussi plus de puérilité (c’est bien japonais, ça, les scenes adolescentes débordant d’hormones … du fan service qu’on appelle ça). la fin dela série est quant à elle plus sérieuse, et psychologique. je pense qu’evangelion la série, est un projet fait largement en dessous des moyens du studio, et que ces mecs la étaient largement en avance sur leur temps (d’ou la remake actuelle, que je n’ai pas vu d’ailleurs. j’ai essayé de minimiser le spoil dans le post précedént). La preuve en est toutes les scènes POMPéES par les ridicules anime d’aujourd’hui qu’on peut voir sur nolife et game one … abbérant on assiste à des ersatz de rei, de mecha design, des scenes entières sont reprises sans honte ni retenue O_O

    J’ai largement lâché l’actualité de la gainax, car m’étant focalisé sur la série evangelion, pour tout découvrir via les artbook, films, série à voir, revoir, observer.
    Quelle est leur derniere création mis à part les 4 films prochains? n’ont-il pas créé de nouvele série, ou de film? qu’en est-il du groupe, sont-ils séparés? j’ai l’impression que la gainax n’a cessé de regresser à partir d’evangelion et d’Honnéamise, alors que le succès étiat sensé leur apporter moyens et pouvoir.
    n’ont-il trouvé leur salut que dans les ridicules remake (evangelion : iron maiden, evangelion second stage, goodies florissant, enieme remasterisation de la série coffret DVD =_=) et l’explosion des droits d’auteur?

  12. Welter

    pour ma part j’ai découvert le premier film d’abord, puis la version papier, puis le second film et pour finir la série. Je préfère la série, et les films, qui pour moi sont complémentaires, meme si la série peut faire preuve de plus d’humour (kaji, misato, asuka, tout ça) mais aussi plus de puérilité (c’est bien japonais, ça, les scenes adolescentes débordant d’hormones … du fan service qu’on appelle ça). la fin dela série est quant à elle plus sérieuse, et psychologique. je pense qu’evangelion la série, est un projet fait largement en dessous des moyens du studio, et que ces mecs la étaient largement en avance sur leur temps (d’ou la remake actuelle, que je n’ai pas vu d’ailleurs. j’ai essayé de minimiser le spoil dans le post précedént). La preuve en est toutes les scènes POMPéES par les ridicules anime d’aujourd’hui qu’on peut voir sur nolife et game one … abbérant on assiste à des ersatz de rei, de mecha design, des scenes entières sont reprises sans honte ni retenue O_O

    J’ai largement lâché l’actualité de la gainax, car m’étant focalisé sur la série evangelion, pour tout découvrir via les artbook, films, série à voir, revoir, observer.
    Quelle est leur derniere création mis à part les 4 films prochains? n’ont-il pas créé de nouvele série, ou de film? qu’en est-il du groupe, sont-ils séparés? j’ai l’impression que la gainax n’a cessé de regresser à partir d’evangelion et d’Honnéamise, alors que le succès étiat sensé leur apporter moyens et pouvoir.
    n’ont-il trouvé leur salut que dans les ridicules remake (evangelion : iron maiden, evangelion second stage, goodies florissant, enieme remasterisation de la série coffret DVD =_=) et l’explosion des droits d’auteur?

  13. Désolé du retard de ma réponse.

    Je pense pour ma part que GAINAX est resorti épuisé, lessivé par EVA. Faire une telle révolution est humainement éreintante. GAINAX à alors produit des séries plus légères mais réussies dans leur genre comme Mahoromatic. Je pense qu’ils ont voulus se reposer et re-remplir leurs caisses après les claques que furent Honnêamiss, Gunbuster, 1982 -1984 Otakh Generation, Nadia and The Secret of Blue Water et enfin Evangelion. Toutes ne furent pas de grands succès, dont Honnêamiss qui est certes un grand classique pour ma part, mais qui fut un des plus grands gouffre et naufrage financier de l’animation nippone.
    Avec Mahoromatic et consorts, Gainax laisse retomber la vapeur et se laisse un peu aller. Mais de temps en temps, ils se laisse aller à de petites « folies » telle que la suite du mythique Gunbuster. Une suite très différente mais réussie dans le genre, et déjà culte pour certains fans…

  14. Désolé du retard de ma réponse.

    Je pense pour ma part que GAINAX est resorti épuisé, lessivé par EVA. Faire une telle révolution est humainement éreintante. GAINAX à alors produit des séries plus légères mais réussies dans leur genre comme Mahoromatic. Je pense qu’ils ont voulus se reposer et re-remplir leurs caisses après les claques que furent Honnêamiss, Gunbuster, 1982 -1984 Otakh Generation, Nadia and The Secret of Blue Water et enfin Evangelion. Toutes ne furent pas de grands succès, dont Honnêamiss qui est certes un grand classique pour ma part, mais qui fut un des plus grands gouffre et naufrage financier de l’animation nippone.
    Avec Mahoromatic et consorts, Gainax laisse retomber la vapeur et se laisse un peu aller. Mais de temps en temps, ils se laisse aller à de petites « folies » telle que la suite du mythique Gunbuster. Une suite très différente mais réussie dans le genre, et déjà culte pour certains fans…

Publiez un commentaire