Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 17, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Francis est papa

18 septembre 2017 |
SERIE
Francis
ALBUM
Francis est papa - 7
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
8.50 €
DATE DE SORTIE
24/08/2017
EAN
2360811347
Achat :

Après avoir raté sa vie, sauvé le monde, cherché l’amour et voulu en finir, Francis, le blaireau farceur, est désormais papa. Oui mais voilà, la vie de paternel n’est pas de tout repos : infertilité, divorces, responsabilité vacillante… Entre l’inné et l’acquis, il existe une marge d’erreur plus ou moins grande. Francis, impuissant à comprendre certaines dynamiques, n’a donc plus le choix. Il va improviser, quitte à tourner en rond…

bdfrancis-307Voilà déjà le septième volume des aventures du blaireau farceur Francis, signées du duo Claire Bouilhac au scénario (Adieu Kharkov), Jake Raynal au dessin (Cambrioleurs, Les Situationnistes) et ce depuis 1993. Francis se promène toujours dans sa paisible campagne. Mais patatras, voilà le sort qui s’acharne : entre tromperies, impuissance, recours aux châtiments corporels et pensions alimentaires, Francis manque à ses responsabilités. Il s’enfuit, se travestit, commet des attentats  et file en prison, puis peine à trouver sa place dans ce monde qui lui échappe…

Armés d’un peu de cynisme et de bon sens, les auteurs promènent leur blaireau sur les sentiers de la cruauté avec une évidente réjouissance, le ton parfaitement détaché – comme un conte cruel – désarmant toute tentative de jugement. Le procédé est toujours aussi efficace : six vignettes, de l’humour bien noir et un dessin minimaliste incisif, croquant un blaireau dépassé mais revanchard. Grinçant et bien vu. D’autant que la répétition des motifs aiguise la drôlerie. Francis est ainsi passé maître dans l’art de la loose et cultive d’ailleurs un certain talent à échouer. Car plus la situation lui échappe, plus il s’enfonce, jusqu’à l’absurde. Comme la délicieuse chronique d’une inadaptation au monde, ou l’inverse. Qu’importe, on ne s’en lasse guère.

Publiez un commentaire