Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

Goscinny et le 7e art, une expo riche à La Cinémathèque

13 novembre 2017 |

goscinny_cine_affiche« Je crois qu’il faut écrire pour la bande dessinée comme il faut écrire pour le cinéma », disait-il. Tout au long de sa carrière, René Goscinny (1926-1977) a entremêlé le goût des phylactères à celui de la pellicule. À la Cinémathèque de Paris, une belle exposition rend hommage à la facette cinématographique de son art – et se révèle très complémentaire de celle actuellement présentée au Musée d’art et d’histoire du judaïsme.

À Buenos Aires, où il grandit, le jeune René découvre avec son père les films de Laurel et Hardy, Charlot ou encore Buster Keaton. En 1938, lors d’un séjour à Paris, il voit Blanche-Neige et les sept nains : “C’était pour moi le sommet de la perfection”, se souviendra-t-il. Jeune adulte, il rallie New-York. « J’étais parti aux États-Unis dans l’espoir de travailler avec Walt Disney, mais Walt Disney l’ignorait. » Son échec dans l’animation ne le détourne pas du dessin : dans les années 1950, il réalise notamment, pour Le Moustique, une série de caricatures d’acteurs, saisissant de son crayon James Cagney, Clark Gable, Peter Lorre ou Boris Karloff.

Celui que ses amis surnomment « Walt Goscinny » – et qui, gamin, croquait les personnages disneyens – plongera un peu plus tard dans un autre type d’enfance : celle du Petit Nicolas, qu’il fait vivre avec Sempé. La Cinémathèque offre une plongée dans les adaptations filmées, tout comme elle axe ensuite le parcours sur celles d’Astérix, animées puis en “live” (avec de nombreux costumes). En 1967, les studios Belvision sortent un Astérix le Gaulois qui déplaît fort à Uderzo et Goscinny. Ce dernier n’est pas davantage client d’Astérix et la serpe d’or, au point d’en demander la destruction. En témoigne cet extrait de la lettre qu’il envoie à Georges Dargaud en 1969 : « Je ne vous étonnerai pas en disant que j’ai été atterré par la mauvaise qualité de ce film, sur tous les plans sans exception, y compris sur la direction des acteurs qui ont prêté leur voix à la bande sonore. »

goscinny_cine_1En 1973, le créateur prend enfin entièrement la main sur ses créatures : il fonde les Studios Idéfix, qui prépare Les Douze Travaux d’Astérix ou La Ballade des Dalton (un long-métrage sorti en 1978, où Goscinny prête sa voix à Jolly Jumper !). De nombreux documents techniques permettent d’apprécier l’énorme travail demandé.

La dernière partie de l’exposition présente des planches sur le septième art parues dans Pilote ou encore des photos de tournages – par exemple celui du Viager. Achevant de tracer le portrait d’un artiste à la carrière tellement riche qu’elle passe, allègrement, d’une case à l’autre.

 

 

———————————————-
Exposition Goscinny et le cinéma
Jusqu’au 4 mars 2018 à La Cinémathèque, 51 rue de Bercy, 75012 Paris. Tél. : 01 71 19 33 33.
Lundi, mercredi et vendredi de 12h à 19h ; jeudi de 12h à 21h ; samedi et dimanche de 11h à 20h. Tarifs : de 5,50 à 13€.

Photos © BoDoï.
———————————————-

goscinny_cine_2
goscinny_cine_3
goscinny_cine_4
goscinny_cine_5
goscinny_cine_6
goscinny_cine_7
goscinny_cine_8
goscinny_cine_9
goscinny_cine_10
goscinny_cine_11
goscinny_cine_12
goscinny_cine_13
goscinny_cine_14
goscinny_cine_15
goscinny_cine_16
goscinny_cine_17
goscinny_cine_18
goscinny_cine_19
goscinny_cine_20
goscinny_cine_21
goscinny_cine_22
goscinny_cine_23
goscinny_cine_24
goscinny_cine_25
goscinny_cine_26
goscinny_cine_27
goscinny_cine_28
goscinny_cine_29
goscinny_cine_30
goscinny_cine_31
goscinny_cine_32

Commentaires

  1. Samuel

    Je vous ai envoyé un tweet, mais vous n’avez toujours pas corrigé l’article. Le 9e art, c’est la bande dessinée, le cinéma étant le 7e. C’est donc « Goscinny et le 7e art ». Parce qu’écrire « La dernière partie de l’exposition présente des planches sur le neuvième art », euh, c’est ridicule…

  2. Benjamin Roure

    pardon, quelle erreur !! merci.

Publiez un commentaire