Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

Iron Man, un film indestructible ?

24 avril 2008 |

L’adaptation du comics par Jon Favreau est un pur produit hollywoodien, une grosse machine bien huilée. Et c’est tout.

 

Tony Stark, véritable génie de la technologie, est à la tête d’une florissante entreprise d’armement. Ses missiles ont autant de succès auprès des pays en conflit que son sourire charmeur en a auprès des femmes. Mais sa vie va basculer alors qu’il séjourne en Afghanistan, pour faire la démonstration d’une nouvelle machine à tuer encore plus de gens. Pris en otage par des rebelles qui veulent lui faire construire une réplique de son joujou destructeur, il va en réalité concevoir une armure révolutionnaire. Qui le fera troquer le cynisme pour l’héroïsme, et transformera le marchand de mort en type bien. Bref, cela fera de lui… Iron Man.

Voilà un nouveau blockbuster de super-héros qui s’ajoute à la liste, déjà longue, des récentes adaptations de comics. Après Spider-Man, Hulk ou Les Quatre Fantastiques, faites place à Iron Man – encore une création de Stan Lee pour Marvel. Moins connu que ses confrères, Iron Man est pourtant plutôt cool. Du moins, son armure l’est. Car, et c’est sa différence avec les autres personnages, Tony Stark n’est pas victime d’un élément surnaturel, extraterrestre ou technologique. Qu’on ne s’y trompe pas : malgré un Q.I. phénoménal et un sex-appeal hollywoodien, il ne possède pas de super-pouvoirs. Ce qui ne l’empêche pas de vouloir aider son prochain. Le film de Jon Favreau (Zathura, Elf…) se limite malheureusement à ces maigres bonnes intentions.

Plutôt agréable et rythmée, la première moitié du film est consacrée à la (classique) présentation des personnages, puis aux (efficaces) séquences de construction et tests de l’armure qui vole. Iron Man décide ensuite de rétablir le bazar afghan que Tony Stark a participé à engendrer. S’enchaînent alors un grand nombre de poursuites, bagarres et explosions, qui lassent un peu. Faute d’un univers super-héroïque suffisamment marqué (pas de quête, ni de mystère sur les origines du héros, ni surtout de super-vilain), le film fonctionne comme une machine bien huilée, mais sans âme. Il reste semblable à une voiture de sport moderne et aseptisée qui, malgré un moteur rugissant, ne possède pas le charme des anciens bolides, pleins de défauts mais fascinants.

Les effets spéciaux sont bien sûr au poil (les enfants devraient adorer l’armure rouge et jaune d’Iron Man, véritable exosquelette robotisé), et Robert Downey Jr. confirme ses grandes qualités dans le registre comique. Un film pas désagréable car bien calibré. Mais oubliable car trop calibré.

Benjamin Roure

 

Iron Man de Jon Favreau, en salles le 30 avril. Avec Robert Downey Jr., Jeff Bridges, Gwyneth Paltrow…

 

Découvrez la genèse du comics Iron Man dans BoDoï #118.

 

© Marvel – SND Films

 

Tags

Commentaires

Publiez un commentaire