Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 16, 2021















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

La Fête des ombres

2 août 2021 |
SERIE
La Fête des ombres
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
16.90 €
DATE DE SORTIE
23/02/2021
EAN
B08LNBH2XN
Achat :

FeteDesOmbresCASEChaque année, c’est le même cycle et la même mission pour la jeune Naoko et d’autres habitants de la vallée des ombres. À la fin de l’été, au cours d’une étrange cérémonie festive, des esprits tourmentés anonymes se présentent à certains villageois, s’invitent chez eux. Charge à ces derniers d’aider ces ombres à trouver qui elles sont, et pourquoi elles ne trouvent pas le repos. Attention, le temps est compté : ils n’ont qu’une année, jusqu’à la prochaine cérémonie, pour résoudre le mystère de cet être aux contours flous mais à la présence tangible qui a jeté son dévolu sur eux. Car les ombres ont tout oublié de leur vie d’avant, et c’est à leur hôte d’enquêter sur cet esprit amnésique.

Qui se cache sous les traits de ce jeune homme doux au visage flou qui s’est présenté cette année à la jeune fille? Naoko le sait : au fil des saisons se tissent entre l’ombre et son hôte un lien singulier; une expérience qui ne laisse pas toujours indemne. Mais son fascinant fantôme semble receler de mystères inédits, comme cette énigmatique constellation qui apparaît dans chacun de ses gestes.

Écrit et dessiné par l’Atelier Sentô, une entité composée de Cécile Brun et Olivier Pichard qui avaient déjà produit le très joli Onibi, La Fête des ombres est un album subtil et doux, qui emmène le lecteur dans le Japon profond, où nature et spiritualité se mêlent dans une culture traditionnelle qui flirte avec les frontières du réel, où vivants et morts cohabitent volontiers. Fins connaisseurs du pays et de sa culture, les deux auteurs naviguent sur le folklore nippon avec un respect palpable. S’appuyant sur un graphisme aux accents « ghibliesques », ils illuminent leurs personnages expressifs et leurs paysages pittoresques d’un travail à l’aquarelle très maîtrisé. Le quotidien de Naoko s’ancre résolument dans le réel grâce à un souci du détail très poussé, permettant ainsi au merveilleux de s’y insérer avec d’autant plus d’élégance, pour un résultat abouti et enchanteur.

Un seul bémol pour le lecteur impatient : ce premier volume, qui s’achève en apothéose, est totalement indissociable du tome 2, prévu pour le mois d’octobre.

FetedesombresPAGE

Publiez un commentaire