Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 11, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Le Pouvoir de l’amour et autres vaines romances

23 juillet 2015 |
SERIE
Le Pouvoir de l’amour et autres vaines romances
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
24 €
DATE DE SORTIE
24/04/2015
EAN
292384159X
Achat :

De l’amour ou du rire … qui gagnera ? « Le pouvoir de l’amour… » ça sonne comme une chanson de Céline Dion, si ce n’est que le sous-titre – «…et autres vaines romances » – invite le lecteur à se méfier : nos petits cœurs d’artichauts vont rire jaune ! L’amour, l’amour… on cherche l’âme sœur, on rêve au coup de foudre, que ce soit sur les réseaux sociaux, avec un inconnu au nom exotique ou encore avec « the girl next door » que l’on épiera, forcément, à la jumelle !

le_pouvoir_de_lamour_image1Le Québécois Yves Pelletier (Valentin) est un artiste protéiforme : réalisateur, acteur et humoriste. Avec Le Pouvoir de l’amour, il nous propose de multiples variations du sentiment amoureux à travers une série de petites histoires explorant les relations humaines avec un humour ravageur et caustique. Le trait d’Iris (Justine, L’Ostie d’chat), plasticienne, dessinatrice et blogueuse, nous offre avec sa ligne claire et ses couleurs franches, un dessin en mode fanzine qui sied au style enlevé et corrosif de Pelletier.

Ces saynètes sont autant de pépites touchantes et cruelles. De lecture facile, on surfe d’une histoire à l’autre avec un intérêt manifeste, en se demandant régulièrement si on va se retrouver dans ces personnages aussi marrants que touchants dans leurs maladresses et leurs désirs contradictoires. Cette photographie de l’amour dans nos sociétés occidentales du XXIe siècle est on ne peut plus pertinente, notamment grâce à cette touche québécoise qui mêle gravité et humour, et à cette façon décloisonnée de percevoir les relations humaines dans tous les aspects de la tragi-comédie. Le cinéma québécois regorge d’exemples comme les excellents Crazy, Les Trois petits cochons ou Starbuck. Quant à la bande dessinée, la série des Paul de Rabagliati ou les œuvres de Michael DeForge (La Fourmilière), dans un style différent, participent du même élan. Et, bien entendu, les Français trouveront forcément exotiques ces nombreuses expressions qui font le quotidien des québécois.

Le Pouvoir de l’amour est frais sans jamais être vain, prouvant, s’il le fallait encore, que la bande dessinée québécoise se porte très bien !

le_pouvoir_de_lamour_image2

 

Publiez un commentaire