Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 29, 2020















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Le Repas des hyènes

3 septembre 2020 |
SERIE
Le Repas des hyènes
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
19.99 €
DATE DE SORTIE
02/09/2020
EAN
2413002111
Achat :

Kana est jaloux de son frère jumeau, né quelques minutes avant lui et jouissant dès lors des privilèges réservés aux aînés. À savoir être initié aux rituels magiques du village, dont le fameux repas des hyènes. En nourrissant les hyènes, elles cessent de rire et permettent ainsi aux morts de reposer en paix et d’accomplir leur long périple. Sauf que la cérémonie d’initiation déraille, et un yéban – esprit coincé entre le monde des vivants et celui des esprits – qui a pris la forme d’une hyène géante s’empare de Kana pour qu’il la guide vers les enfers. Commence alors une voyage funèbre et initiatique à travers une Afrique ensanglantée.

le-repas-des-hyenes-image1Après avoir conté la vie d’une famille dans la dictature de Corée du Nord dans le poignant L’Anniversaire de Kim Jong-il, Aurélien Ducoudray et Mélanie Allag se retrouvent pour un conte fantastique africain, mi-chatoyant mi-terrifiant. Bien loin de l’inspiration réaliste de leur précédent ouvrage, ils composent ici une fable sur la mémoire et les traditions, et l’importance de leur transmission dans un monde qui vacille. Bouleversement ici incarné par la figure des colons, diables sans visage sortis des ténèbres, déracinant baobabs et population locale pour les enfermer dans un bateau direction l’Europe. Le petit Kana, si gouailleur et impertinent, forme un duo singulier avec la hyène, esprit en apparence cruel mais qui n’est que le témoin désabusé des changements en cours (et de la bêtise des hommes). Au fil de courts chapitres rythmés, tant cocasses tantôt amers, comme autant d’étapes dans leur initiation commune, ils apprennent l’un de l’autre et finissent par tisser des liens de confiance. Mais la route des enfers est un chemin glissant et le coût pour arriver à destination (grandir, quitter l’enfance, passer dans un autre monde) est parfois élevé.

Pour mettre en image ce conte sombre, Mélanie Allag alterne différentes épaisseurs de trait, joue avec les matières et les aplats, les teintes lumineuses ou charbonneuses, le crayon ou les encres colorées, dans un mélange d’une grande expressivité. Elle réussit à insuffler sa vie propre à chacun de ses personnages, et propose mêmes quelques pleines pages plus picturales et très belles.

Original et troublant, Le Repas des hyènes est une réussite singulière dans le registre toujours risqué du conte. Un livre qu’on peut lire et relire pour y trouver à chaque fois une petite voix qui murmurera des choses différentes.

le-repas-des-hyenes-image2

Publiez un commentaire