Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Les Blobby Boys

27 août 2015 |
SERIE
Les Blobby Boys
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
COLLECTION
PRIX
19 €
DATE DE SORTIE
19/06/2015
EAN
1927668026
Achat :

« Donne-moi ton fric ou  j’te slime ! » prévient Max. Entourés d’une faune bigarrée – le bling-bling Fashion Cat, la secrète Zine Police -, les Blobby Boys, débarqués de leur galaxie, promènent leur tête d’alien gluant au pays du crime et de la corruption, parmi les tristes êtres humains. Vendre de la « beuh » ou de la drogue, monter un groupe de rock hype puis agresser les inconnus dans la rue composent un quotidien sans véritable horizon. Alors, pour tuer le temps, inutile de visiter des expos (« elles sont toutes nulles à chier » pour le critique d’art), mieux vaut encore buter les concurrents qui font de l’ombre…blobby boys2

Malgré des références bien présentes (et des bonnes !) – Simon Hanselmann, Michael DeForge, Charles Burns – on sent déjà chez l’auteur américain Alex Schubert une vraie identité d’auteur. Côté ambiance, c’est l’idée d’un réel désenchanté mis en scène par des extraterrestres qui, pour survivre, ne peuvent que dealer sans renoncer à leurs pitoyables rêves de gloire. Schubert égratigne avec panache un certain star-system et des espoirs aussi vains que ridicules sur un mode potache et enlevé. Pas forcément une grande cohérence narrative ici mais plutôt une succession de saynètes qui impriment nervosité et originalité, nourries par une galerie de personnages suffisamment étoffée pour composer des archétypes aussi drôles que bizarroïdes (voir le très réussi Fashion Cat). Mais contrairement à Hanselmann, Schubert peine encore à exploiter totalement ses bonnes idées, n’évitant pas une forme de répétition dans la structure, le propos ou les motifs. C’est donc bien le graphisme façon jeu vidéo, parfaitement raccord avec l’esprit de l’album, tout en angles et lignes droites, qui retient le plus l’attention. À l’image de pétillantes couleurs « rétro-flash » ou rétro-pop qui allègent ces histoires où affleure une pointe de sordide. Un bel équilibre et un univers réjouissant au final. Encore une bonne pioche décalée pour l’éditeur indépendant Misma.

blobby boys3

Publiez un commentaire