Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | May 27, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Megg, Mogg and Owl / Magical Ecstasy Trip

16 février 2015 |
SERIE
Megg, Mogg and Owl / Magical Ecstasy Trip
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
22 €
DATE DE SORTIE
11/02/2015
EAN
2916254404
Achat :

Megg, Mogg et Owl, toujours égarés aux portes du réel, poursuivent leur vie sans horizon, entre après-midi fumettes et soirées passées à avaler toutes sortes de drogues. Parfois Megg la sorcière se fait enfiler par Mogg le chat ou, en potes cruels, incendient un Décathlon puis martyrisent Owl, leur souffre-douleur fétiche, lui ruinant ses coups, le mettant au chômage tout en le forçant à payer le loyer. Pauvre Owl, joyeuse victime émissaire ! « À la vie à la mort »…

megg_mogg_owl2_image1Le premier tome des aventures potaches et cruelles de ce trio d’éclopés, Maximal Spleen, nous avait bluffés. Avec Magical Ecstasy Trip, tout aussi trash, l’auteur excentrique Simon Hanselmann enfonce encore un peu plus le clou du malaise. Plus de surprises ici – on sait que Megg et les autres vont se noyer dans une profonde léthargie mi-amusée mi-désespérée – mais un trio abandonné à sa dépression mélancolique et contemplative, trompant l’ennui et la solitude à coups d’ecstasy, de sexe zoophile et de larcins débiles, trahissant mal leur incapacité à échapper au vide existentiel qui les aspire inlassablement. Pourtant lovés dans une torpeur angoissée, les personnages et leurs aventures du quotidien fascinent car Hanselmann trouve la parfaite adéquation entre fond et forme, d’une ambivalence malicieuse. Faut-il rire ou pleurer ?

Armé d’une naïveté graphique passe-partout en apparence, à rebours de la violence du propos, l’auteur australien immortalise les névroses vénéneuses et perverses d’une époque, matérialisant des langueurs sans fin par le systématisme des scènes, pour composer in fine le tableau d’une modernité étouffante, peuplée de héros pathétiques mais attachants, sortes de figures universelles du mal-être… Puissant et très noir, Magical Ecstasy Trip confirme le regard singulier d’un auteur passionnant, avec en fond ce rire désespéré toujours aussi émouvant…

megg_mogg_owl2_image2

Publiez un commentaire