Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Les + du Blog : « SECRETS BANCAIRES »

30 novembre 2006 |

NE DITES PAS À MA MÈRE QUE JE TRAVAILLE CHEZ GLÉNAT…secrets_bancaires

« Ne dites pas à ma mère que je travaille chez Glénat, elle croit que je suis artiste chez Futuropolis… » En ces temps de crispation entre les artistes turbos de la nouvelle vague et les besogneux qui continuent à estimer qu’il faut un an pour tomber un album, l’ambiance se dégrade. Et, dans le milieu branché de la BD et de la presse, la cote de la production Glénat, -à part Titeuf et Le Triangle secret, succès oblige- se situe nettement dans le bas de la moyenne inférieure.


La cause ? Sans doute un gros mou dans la corde à nœud éditoriale de cette maison qui a laissé passer ces dernières années nombre de séries indéfendables. Sans doute aussi le snobisme qui pousse les papes de la critique à écarter d’un pied négligent tout ce qui est BD d’aventures ou BD dites populaires. Et c’est parfois dommage. Prenez la série Secrets bancaires dont BoDoï 94 vous disait le plus grand bien. Voilà une histoire actuelle qui montre comment un type comme vous ou moi, marié, un enfant, chômeur pris à la gorge par des problèmes d’argent, peut être amené àsecrets_bancaires mettre le doigt dans une machine infernale qui va le boulotter vite fait. Une histoire qui présente les possibilités de magouilles royales que l’Europe apporte sur un plateau d’argent à tous les requins s’agitant de Dunkerque à Vladivostok. Une histoire qui montre une femme dire « non » à un homme au nom de la fidélité (c’est plutôt de droite, ça !) et des banquiers escrocs prêts à tout (c’est plutôt de gauche ça !). Une histoire qui en plus finit plutôt bien. Impardonnable en ces temps de sinistrose générale.
Et pourtant l’histoire se tient fort bien. Faut dire qu’en matières de magouilles et de politique, le scénariste Philippe Richelle est un orfèvre. Cet ancien étudiant en droit à l’université de Bruxelles est l’auteur des Coulisses du pouvoir, plongée noire dans les eaux de la City londonienne, dessinée par Delitte et paru chez Casterman1 (« Casterman ? C’est donc du sérieux ! » ont dit à l’époque les critiques qui aujourd’hui n’ouvriraient même pas Secrets bancaires « Voyons, c’est du Glénat ! »). Son projet, ambitieux, prévoit entre juin 2006 et juin 2009, la sortie de quatre diptyques dessinés en alternance par Pierre Wachs (Le Triangle secret, Poèmes rouges) et Dominique Hé (Sophaletta).
Début 2006, Preview #1 de Glénat2, en présentant la collection, n’y allait pas avec le dos de la cuillère : « Elle vous fera (re)vivre les faits divers les plus sordides, les manipulations politiques les plus odieuses, les scandales financiers les plus incroyables, les atteintes à la santé des populations sans censure ni tabous ». C’est vrai, on n’imagine pas une prose pareille chez Futuropolis…
JPF
1) Après une collaboration de sept ans, le couple Richelle-Delitte s’est séparé. Richelle continue seul Les Coulisses du pouvoir dont le tome 7 vient de paraître (Casterman, 9,80 euros).
2) Glénat, dont les déprogrammations légendaires ont été le cauchemar de tous les professionnels de la BD, est paradoxalement aujourd’hui le seul à présenter au public ses sorties des six prochains mois dans un album, Preview, vendu 1,50 euros.

Parus : Les Associés et Détournement de fonds (Wachs). À paraître : Blanchiment et Le Goût de l’argent (janvier, août 2007, Hé), Au-dessus de tout soupçon et L’Affrontement (octobre 2007, juin 2008, Wachs), Les Enfants du Watergate et Coup double (novembre 2008, juin 2009, Hé).

Publiez un commentaire