Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 17, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

LES + DU BLOG : TÉLÉ ET RADIO

23 septembre 2006 |


(Illusration extraite de Cabu et Paris © Hoebecke)
FRANCE 5 : CABU, AU SAUT DU LIT

Vous aussi avez loupé l’émission Cabu politiquement incorrect, qui vient de passer sur la TNT ? Une session de rattrapage est prévue dimanche 24 septembre (demain)… sur France 5 à 8h 45. Vive les magnétoscopes…
Voici ce qu’en dit, sous le titre Les joyeux coups de plume de Cabu, Renaud Saint-Criq dans le quotidien Le Parisien daté de jeudi : « Loin des hagiographies qui plombent souvent l’exercice, les réalisateurs Jérôme Lambert et Philippe Picard ont eu l’intelligence d’adapter la forme et le fond de leur docu à la personnalité farfelue de leur interlocuteur. C’est donc Duduche, un des personnages de Cabu, qui raconte, avec Antoine de Caunes, parfait dans le rôle de la voix off. Les copains, Cavanna, Wolinski ou Gotlib y vont également de leur couplet (…). Cabu parle de l’armée pendant qu’un défilé de ses croquis donne le fou rire, tord le cou à la religion, retrace l’histoire d’Hara-Kiri et de Charlie hebdo(…) »
À lire sur bodoi.info : une interview de Cabu sur son expo sur la capitale dans les locaux de la mairie de Paris. À savourer dans BoDoï 99 : son carnet de voyage à travers Paris.

RADIO FRANCE : SIX JOURS AVEC HARA-KIRI

hara_kiri.jpgUne plongée de 130 minutes dans les années Hara-Kiri. C’est ce que va vous faire vivre Delfeil de Ton, aujourd’hui journaliste au Nouvel Observateur et qui fut un des piliers du célèbre journal bête et méchant.
Voici ce qu’en dit Judith Sibony dans le Télé Obs du 23 septembre : « …Embauché en 1967 à Hara-Kiri, le mensuel Bête et méchant de François Cavanna, Delfeil de Ton raconte les journées de travail qui commençaient en début de soirée et finissaient à l’heure du dernier métro : la rédaction se trouvait dans l’entresol d’une agence de photos dont le directeur ne prêtait les locaux qu’après la fermeture. À l’époque, aux côtés de dessinateurs célèbres comme Topor, Cabu ou Gébé, les rares rédacteurs devaient s’inventer des pseudonymes pour donner l’illusion du nombre(…) ».
France Culture, du lundi 25 au vendredi 29 septembre, 11h30. Se podcaste sur

Publiez un commentaire