Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 24, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

8 Comments

Les Rencontres Chaland 2009 en photos (partie 1)

3 octobre 2009 |

chaland_nerac2.jpgLes Rencontres Chaland (3-4 octobre) ne sont pas un festival de BD comme les autres. Il s’agit avant tout d’un convivial rendez-vous d’auteurs, partageant une passion vive et commune pour une certaine bande dessinée. Une bande de créateurs qui se retrouvent comme pour un week-end entre amis, se racontant leurs anecdotes personnelles et professionnelles, et s’extasiant devant les travaux de celui qu’on célèbre désormais tous les ans dans le plaisant village de Nérac: Yves Chaland.

S’il on retrouve bien entendu une petite expo consacrée au créateur de Freddy Lombard, cette deuxième édition met en lumière le travail d’un autre brillant représentant de la ligne claire: Ted Benoit. Une large rétrospective de ses bandes dessinées (Vers la ligne claire, Cité Lumière, Hôpital ou Blake & Mortimer…) est présentée dans la galerie des Tanneries. Une impressionnante collection de planches originales, au trait pur et dynamique, précis et expressif. Et où l’on perçoit tout l’amour pour l’imagerie américaine et le cinéma du créateur de Ray Banana.

Un attrait que l’on retrouve dans deux autres expositions, l’une présentant son travail d’affiches (à la médiathèque) et l’autre sur le septième art et les faits divers, judicieusement sise dans le cinéma de la ville. Enfin, on peut déguster quelques originaux des auteurs invités, tels François Avril, Serge Clerc, Dominique Corbasson, Stanislas Barthélémy, Olivier Saive ou Charles Berberian. À découvrir en photos dans un article suivant.

Ted Benoit et la bande dessinée

chaland_benoit1.jpg

chaland_benoit2.jpg
chaland_benoit3.jpg
chaland_benoit4.jpg
chaland_benoit5.jpg
chaland_benoit7.jpg
chaland_benoit8.jpg

À suivre, d’autres expos et événements en photos.

Photos © BoDoï

Commentaires

  1. pascal

    ça fait bizarre de voir ce parterre de has beens se débattre pour montrer qu’ ils volent encore ,avec un discourt d’ anciens combatants qui montrent leur cicatrices. des auteurs qui ont été au sommet de la branchitude, aujourd’hui ringardisés. comme quoi la mode…. pour les auteurs de la pseudo nouvelle bd – c’est les médias(le markéting ?) qui ont inventés ce terme énervant comme le roman graphique,pour qui s’intéresse vraiment à la bd et sont histoire rien n’est plus faux- pour ces auteurs donc,ça va pas tarder à venir aussi la ringardise ! reste l’intéressant stanislas .et quelqu »un pourrait dire à berberian de se taire…? en plus on voit pas ses bottes en caoutchouc quand il est descendu chez les bouseux !

  2. pascal

    ça fait bizarre de voir ce parterre de has beens se débattre pour montrer qu’ ils volent encore ,avec un discourt d’ anciens combatants qui montrent leur cicatrices. des auteurs qui ont été au sommet de la branchitude, aujourd’hui ringardisés. comme quoi la mode…. pour les auteurs de la pseudo nouvelle bd – c’est les médias(le markéting ?) qui ont inventés ce terme énervant comme le roman graphique,pour qui s’intéresse vraiment à la bd et sont histoire rien n’est plus faux- pour ces auteurs donc,ça va pas tarder à venir aussi la ringardise ! reste l’intéressant stanislas .et quelqu »un pourrait dire à berberian de se taire…? en plus on voit pas ses bottes en caoutchouc quand il est descendu chez les bouseux !

  3. Antoine

    Cher Pascal,
    Si vous vous interessez à l’histoire de la bd, ces gens là en font partie, d’une certaine manière.
    Tout ce qui a plus de 20 ans n’est pas forcement ringard. Quand à votre réflexion sur les bouseux, elle vous place bien bas.

  4. Antoine

    Cher Pascal,
    Si vous vous interessez à l’histoire de la bd, ces gens là en font partie, d’une certaine manière.
    Tout ce qui a plus de 20 ans n’est pas forcement ringard. Quand à votre réflexion sur les bouseux, elle vous place bien bas.

  5. Il faut reconnaître que, 25 ans plus tard, cette mouvance de la BD eighties a pris un petit coup de vieux. Elle faisait partie de la vogue eighties plus large (rock, affiches…) nostalgique des années 50 (et son lot de détectives à chapeaux, pin-ups, stores baissés, cadillacs chromées) qu’on retrouve sur les pochettes des 45 tours répertoriés chez bideetmusique. C’est peut-être justement parce qu’il s’agit d’une époque qui « plagie » une autre époque antérieure, que ça supporte pas bien le poids des années : avec du recul, on s’intéressera plutôt aux années 50 ,qu’aux années 80 qui imitent les années 50.

  6. Il faut reconnaître que, 25 ans plus tard, cette mouvance de la BD eighties a pris un petit coup de vieux. Elle faisait partie de la vogue eighties plus large (rock, affiches…) nostalgique des années 50 (et son lot de détectives à chapeaux, pin-ups, stores baissés, cadillacs chromées) qu’on retrouve sur les pochettes des 45 tours répertoriés chez bideetmusique. C’est peut-être justement parce qu’il s’agit d’une époque qui « plagie » une autre époque antérieure, que ça supporte pas bien le poids des années : avec du recul, on s’intéressera plutôt aux années 50 ,qu’aux années 80 qui imitent les années 50.

  7. pascal

    Cher Antoine.
    Il est vrai que ma réflexion sur les bouseux me place bien bas, vu qu’ on les sait bas de cul et que j’en fait parti.Ce que je pointait là,c’était le pénible côté Paris descend chez les ploucs et trouve ça pittoresque.Principalement le Charles « bobo » Berberian dans la contemplation de lui même avec son énorme boulard.
    Ces gens là font partie de l’histoire de la bd?Oui,certainement, mais de l’histoire du franco-belge surtout ce qui n’est pas vraiment pareil.Il ne faut pas oublier que la bd est un phénomène mondial avec ses courants, styles, et langages propres que personnellement je met sur un pied d’égalité( ben oui moi je suis con ce qui me dispense de me la jouer culturelleux et me permet d’apprécier la bd dans son ensenble pour ce qu’elle est, sans complexes) .
    On peu dire aussi que la bd esthétisante des année 80 même montée en épingle par les médias à cette époque comme l’est une certaine bd d’aujourdh’ui n’est qu’un mouvement mineur dans un regard global sur le média.Bien moindre en tout cas que l’arrivée massive de dessinateurs issue de l’animation qui ont poussés encore plus loin ses standards de qualité , la faisant monter encore d’un cran ce dont on ne parle jamais(Le dessin animé c’est moins prestigieux que la peinture et la littérature,et ça capte moins un certain public et son porte monnaie-j’adore le Futuropolis ,des livres de bande dessinée-Soleil et Bamboo en font une attaque).
    Mais le plus énervant reste ce fonctionnement en circuit fermé visible de tous ces gens qui ne connaissent de la bd que la leur et celle de leur copains, ignorant (méprisant?) tout le reste.C’est qu’il faut bien se garder d’en lire de la bd surtout! Artistes oui, abrutis certainement pas!
    Faut pas chercher ailleurs les biens curieux palmarés d’angoulème le festival internationnaaaaal de la bd.Quand Paris l’autarcique troque une fois l’an les bottes en caoutchouc contre des charentaises.
    Pour finir non évidemment ce qui a plus de vingt ans n’est pas ringard,je me désespère justement qu’on ignore ce passé riche et bien des auteurs extraordinaires.Allez d’ailleurs jeter un oeil sur le musée de la bd phillipine.Vous allez voir ce que c’est du noir et blanc et de l’encrage découvrez Alex nino , nestor redondo,et aussi ailleurs les espagnols de Barcelone…
    Ha aussi ce reportage donne une assez bonne idée de ce qu’internet peu apporter au média bd,bravo.

  8. pascal

    Cher Antoine.
    Il est vrai que ma réflexion sur les bouseux me place bien bas, vu qu’ on les sait bas de cul et que j’en fait parti.Ce que je pointait là,c’était le pénible côté Paris descend chez les ploucs et trouve ça pittoresque.Principalement le Charles « bobo » Berberian dans la contemplation de lui même avec son énorme boulard.
    Ces gens là font partie de l’histoire de la bd?Oui,certainement, mais de l’histoire du franco-belge surtout ce qui n’est pas vraiment pareil.Il ne faut pas oublier que la bd est un phénomène mondial avec ses courants, styles, et langages propres que personnellement je met sur un pied d’égalité( ben oui moi je suis con ce qui me dispense de me la jouer culturelleux et me permet d’apprécier la bd dans son ensenble pour ce qu’elle est, sans complexes) .
    On peu dire aussi que la bd esthétisante des année 80 même montée en épingle par les médias à cette époque comme l’est une certaine bd d’aujourdh’ui n’est qu’un mouvement mineur dans un regard global sur le média.Bien moindre en tout cas que l’arrivée massive de dessinateurs issue de l’animation qui ont poussés encore plus loin ses standards de qualité , la faisant monter encore d’un cran ce dont on ne parle jamais(Le dessin animé c’est moins prestigieux que la peinture et la littérature,et ça capte moins un certain public et son porte monnaie-j’adore le Futuropolis ,des livres de bande dessinée-Soleil et Bamboo en font une attaque).
    Mais le plus énervant reste ce fonctionnement en circuit fermé visible de tous ces gens qui ne connaissent de la bd que la leur et celle de leur copains, ignorant (méprisant?) tout le reste.C’est qu’il faut bien se garder d’en lire de la bd surtout! Artistes oui, abrutis certainement pas!
    Faut pas chercher ailleurs les biens curieux palmarés d’angoulème le festival internationnaaaaal de la bd.Quand Paris l’autarcique troque une fois l’an les bottes en caoutchouc contre des charentaises.
    Pour finir non évidemment ce qui a plus de vingt ans n’est pas ringard,je me désespère justement qu’on ignore ce passé riche et bien des auteurs extraordinaires.Allez d’ailleurs jeter un oeil sur le musée de la bd phillipine.Vous allez voir ce que c’est du noir et blanc et de l’encrage découvrez Alex nino , nestor redondo,et aussi ailleurs les espagnols de Barcelone…
    Ha aussi ce reportage donne une assez bonne idée de ce qu’internet peu apporter au média bd,bravo.

Publiez un commentaire