Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 25, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Ma vie dans les bois #1

19 septembre 2017 |
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
L
PRIX
7.50 €
DATE DE SORTIE
24/08/2017
EAN
2369742305
Achat :

ma-vie-dans-les-bois-1-extraitÀ l’aube de la cinquantaine, le mangaka Shin Morimura – détail amusant, « morimura » peut se traduire par « village forestier » – prend une pause dans sa carrière. De manière soudaine, il décide d’acquérir un terrain à l’abandon, en pleine montagne, et part y bâtir sa nouvelle vie à la force des bras (ramollis). D’abord seul, puis avec son épouse Miki. Convaincue qu’il s’agit là d’une lubie temporaire de son conjoint, elle parle de « la fuite d’un homme usé par son boulot et hanté par des fantasmes de changement ». Le citadin moyen, c’est vrai, risque de mal supporter l’âpreté du retour à la nature. Mais Shin y trouve un regain de vie inattendu. Ragaillardi par les tâches physiques, le grand air et la gratification du do it yourself (il construit sa propre maison à base de rondins d’arbres !), l’auteur finit par migrer définitivement dans les bois. C’est une histoire vraie. Ce manga la raconte – et la documente en photos.

En 2009, déjà, l’ancienne version d’Akata (celle qui travaillait pour Delcourt) nous a proposé Je ne suis pas mort d’Hiroshi Motomiya, le récit d’un homme fatigué qui, après son licenciement, traine sa vieille carcasse sous un arbre et décide de s’y pendre – quand la branche se brise, l’homme y voit un signe et finit par vivre au coeur de la nature. Bien plus lumineux, Ma Vie dans les bois ne porte pas une once d’amertume. Et franchement, pour une fois, ça fait du bien. La démarche de l’auteur se veut positive, inspirante, sans tomber dans la glorification aveugle d’un mode de vie alternatif ou dans la charge balourde contre le quotidien des métropoles – Miki, l’épouse, remet sans cesse en question les choix de son mari. Effet bonus : au-delà de sa singularité, Ma Vie dans les bois est surtout un manga exemplaire, à la fois drôle, cadencé et pourvu d’un graphisme à la simplicité contrôlée. Avec ce titre et Le Mari de mon frère, Akata atteint la forme la plus équilibrée de sa ligne éditoriale : un manga militant, optimiste, captivant et tout public. Bravo.

© Shin Morimura / Kodansha Ltd.

 

ma-vie-dans-les-bois-1-planche

Publiez un commentaire